Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Lincoln Highway 750

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
4 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un voyage poétique
Des dessins qui complètent le récit

Point(s) faible(s) :


Un voyage trop court
Le choix du noir et blanc


 
En résumé
 

Lincoln Highway 750 est un récit qui plaira à beaucoup de lecteurs qui cherchent une lecture détente et qui souhaitent partir en voyage. Je ne suis juste pas le public ciblé et la frustration naissante lors de la lecture ne m’a pas aidé à pleinement profiter de l’oeuvre.

 
Infos techniques
 

Histoire : Bernard Chambaz
Dessin : Barroux
Editeur :
 
Publié 17 octobre 2018 par

 
Dans le détail...
 
 

Road Trip

Prêt à s’élancer pour le marathon de New York, notre héros reçoit un appel de son amie, lui faisant part de son intention de mettre un terme à leur relation. Désespéré, il décide en apercevant une vieille moto de l’acheter et de traverser ce pays. À travers cette route, on découvrira toutes ses réflexions, ses joies, ses peines, les lieux mythiques de cette Amérique.

L’avis de Dram00n :

Je ne vais pas trop revenir sur ce récit car, faisant “simplement” 80 pages environ, je ne souhaite pas dévoiler tout le contenu de l’histoire. Lincoln Highway 750 a été une lecture frustrante pour moi. Doté de très bonnes idées, le peu de pages ne m’a pas laissé rentrer complètement dans cette oeuvre que j’avais déjà atteint la fin. On voyage avec notre héros et on partage les différents moments de joie, de peine, qu’il va vivre tout au long de ce Road Trip. C’est là le point fort du comics, ce voyage à travers les Etats-Unis, cette recherche de la délivrance après une rupture difficile.

Même si ce voyage à travers les Etats-Unis nous partage les états d’âmes de notre protagoniste, il n’en reste qu’il semble beaucoup trop court afin de s’attacher aux personnages. On va assister aux différentes rencontres mais rien ne va être vraiment marquant pour le lecteur. On peut supposer que chaque rencontre reste éphémère comme ce voyage qui n’a pour but que de reprendre confiance dans une période où l’on se sent abandonné, il reste pour autant un manque d’éléments pour comprendre notre personnage principal. Difficile de se rendre compte de l’importance d’une rencontre aux yeux du protagoniste quand cette fameuse rencontre n’a le droit qu’à une phrase sur tout le récit. Et c’est là tout le défaut de Lincoln Highway 750 selon moi. L’important est-il le bout du voyage ainsi que les rencontres faites qui malgré leur intérêt ne sont qu’annexes (comme dans Into the wild) ? Ou bien est-ce tout le périple qui est important et non pas le bout du voyage car ce sont les rencontres qui nous permettent de réellement avancer ?

La partie graphique est en adéquation avec le style du récit, pas besoin de réalisme ni de détails pour sentir une certaine poésie. Pour autant j’ai été déçu par le choix du noir et blanc et donc du manque de couleurs. Ces dernières auraient permis de mettre en valeur justement certaines rencontres, certains éléments qui sortent du lot et qui font avancer notre protagoniste. Ou un traitement allant crescendo qui symboliserait l’avancée du trajet. Oui les dessins sont beaux et servent le récit, mais sont également représentatifs du sentiment de confusion quant à ma compréhension de l’histoire.

Lincoln Highway 750 est un récit qui plaira à beaucoup de lecteurs qui cherchent une lecture détente et qui souhaitent partir en voyage. Je ne suis juste pas le public ciblé et la frustration naissante lors de la lecture ne m’a pas aidé à pleinement profiter de l’oeuvre.

La note de Dram00n :

 

L’avis de Comics Grincheux :

J’adore les road-trips, ce sont toujours des histoires positives qui permettent, en tant que lecteur ou spectateur, d’avoir l’impression de faire partie d’un voyage. Que ce soit Into the wild ou Sur la route de Jack Kerouac ou simplement dans La route de Cormac McCarthy, chacun de ces récits permet d’accompagner des personnages dans un moment précis et qui m’a souvent permis d’envisager de nouvelles perspectives.

Lincoln Highway 750 est, de ce point de vue, raté dans les grandes largeurs. Comme le dit si bien Dram00n, il y a un immense problème de construction. Le récit est court, se lit très vite, n’est pas vraiment très agréable à regarder. Les pages sont composées de manière répétitive et on a le sentiment que l’auteur s’ennuie en narrant son récit. L’autre problème, c’est que le personnage principal ne parle jamais aux individus. Jamais, il n’y aura de dialogue. Pour un type de récit où l’échange est important, c’est, à mon avis, un gros problème. On pourra lire quelques interactions mais elles sont ridicules. Le récit se contente de se dérouler assez péniblement et on ne parvient jamais à s’attacher à rien. Pire, à la fin du récit, il n’y a pas de sentiment d’accomplissement mais l’impression d’un immense gâchis avec un personnage principal qui semble faire un caprice.

Lui semble tout détester, ce qu’il a fait et fuit suite à un SMS de rupture reçu de sa copine. On se dit qu’il va en profiter pour voir des gens, découvrir d’autres vies et se rendre compte que ce n’est pas si grave et que ça ira. Oui mais non, à la fin 

SPOILER – cliquer ici pour le lire

il répond simplement à sa copine, comme s’il n’avait fait ce chemin que pour avoir le courage de répondre dans un acte de pur orgueil et comme si ce chemin sur la route n’avait servi à rien.

Puis, ce que j’aime dans les road-trips, c’est pouvoir admirer de superbes décors. En prenant comme exemple cette route qui parcourt le territoire américain d’Est en Ouest, je pensais voir des dessins léchés. Que nenni ! Passons sur le noir et blanc, ça ne m’a pas dérangé. Le véritable problème est plutôt dans le manque d’incarnation, le manque d’un sentiment de voyage. Je n’ai jamais eu l’impression de voyager au côté du héros parce le trait est trop simple et se concentre trop sur les personnages. Pire, comme la construction est souvent identique, les dessins sont enfermés dans un petit espace avec un texte qui vampirise toute possibilité de s’échapper. Egalement, on ne ressent pas d’harmonie entre le dessin et le texte, comme si l’un et l’autre avaient des objectifs différents, l’un ne complète pas l’autre et je crois que le récit aurait été plus impactant sous la forme d’une nouvelle ou d’un roman car il adopte très mal les codes de la BD, qu’elle soit franco-belge ou de comics. Le choix éditorial de Urban est donc très surprenant de ce côté…

Bref, Lincoln Highway 750 ressemble à un immense gâchis. Jamais, je n’ai compris où l’équipe voulait en venir, quel était le message à transmettre derrière. Pire, je n’ai réussi à m’attacher au héros ou à son voyage. Le récit est vide et désincarné alors qu’il devrait être tout le contraire.

La note de Comics Grincheux :


 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Lincoln Highway 750

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Dram00n, il y a 10 mois et 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #21791

    Dram00n
    Modérateur

    Lincoln Highway 750 est un récit qui plaira à beaucoup de lecteurs qui cherchent une lecture détente et qui souhaitent partir en voyage. Je ne suis juste pas le public ciblé et la frustration naissante lors de la lecture ne m’a pas aidé à pleinement profiter de l’oeuvre.

    [Retrouvez l’article de dram00n à l’adresse [Review] Lincoln Highway 750]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.