Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Heroics Saison 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Des gens normaux avec des super-pouvoirs.
Y'a des méchants nazis.

Point(s) faible(s) :


Colorisation plate.
Des petits défauts de fluidité dans le découpage.
Des compositions parfois approximatives.


 
En résumé
 

Malgré quelques défauts narratifs et d’illustration, Heroics pose les bases d’une nouvelle bande de super-héros intéressante. Grâce à ses personnages bien ancrés dans la réalité de leur époque et du choix d’un angle de vue sur le super-héros, Heroics parvient à se démarquer dans la pléthore d’œuvres sur le sujet.

 
Infos techniques
 

Histoire : Maxime Garbarini
Dessin : Maxime Garbarini
Couleur : Hector Barros
Maxime Garbarini
François Maillet
Julien Nido

Editeur :
 
Publié il y a 3 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Les prémisses des Avengers à la Française ?

Heroics vous plonge dans le milieu des années 30, une équipe de scientifiques découvre une nouvelle source d’énergie dans l’Himalaya. L’un d’eux, un peu trop curieux, entre en contact physique avec cette étrange lumière bleue qui va l’absorber totalement. Suite à cet étrange événement, des gens développent des habiletés hors du commun un peu partout dans le monde

L’avis de Prime Sinister

C’est sans aucun a priori que je m’attelais à la lecture de Heroics, comic-book 100% français, intrigué par le synopsis. Dans ma lourde pile de lecture, c’est pourtant lui que je choisissais en ce début de week-end.

Je lus rapidement l’ouvrage qui dans l’ensemble m’aura plutôt plu, malgré la présence de quelques défauts.

Tout d’abord j’ai apprécié la trame narrative. Je retrouvais dans les préliminaires de cette histoire (l’aventure dans l’Himalaya) un peu de Lovecraft (et de ses Montagnes Hallucinées). Mais finalement, c’est une saveur d’Indiana Jones mâtinée d’une sauce super-héroïque qui me restera dans la bouche.

Des personnages attachants

Le rythme de l’ouvrage est soutenu (presque même un peu trop) et m’aura tenu en haleine jusqu’à la fin sans que l’ouvrage ne me tombe des mains (et pourtant, vu mon état de fatigue actuel, cela arrive rapidement). On suit donc la quête de James Norton pour retrouver sa famille dont les enfants ont développé des pouvoirs et sont malheureusement tombés aux mains des nazis. Dans cette épopée, on croise une galerie de personnages plutôt attachants. On passe de l’Irlandais bègue aux pouvoirs telluriques, à la femme fatale métamorphe française et au colosse polonais au grand cœur. Sans oublier le courageux et intrépide soldat américain qui peut générer un champ de force le rendant invincible.

L’auteur prend le parti d’écrire ses personnages comme étant des gens tout à fait normaux qui ont des pouvoirs surnaturels, choix plutôt agréable et qui permet au titre de ne pas devenir une énième série à super-héros.

Le dessin est honnête, rendant hommage à l’étendue des super-pouvoirs des personnages qui sont mise en image avec beaucoup de dynamisme. Je reprocherais juste au titre un petit manque de contraste sur les couleurs qui rend parfois le dessin un peu plat. J’ajouterais à cela quelques petites lacunes dans les compositions à certains moments qui ne permettent pas, sans le texte, de saisir totalement ce qui s’est passé (je pense notamment à une scène où un enfant juif se fait harceler). Rien de bien gênant, on parle de détails, mais ne dit-on pas que c’est là que le Diable se cache.

Mais un souci de rythme

J’ai parlé du rythme de narration qui m’avait semblé soutenu, même trop soutenu. En effet, l’histoire se déroulant à plusieurs endroits du monde en même temps, on se retrouve parfois perdu en fin de page lorsque l’action reprend la page suivante dans un autre lieu ou même à une autre époque. Certes, on finit par comprendre rapidement où l’on est (d’autant plus que fréquemment un petit cartouche est inséré dans la case pour effectuer un rappel), mais j’ai tout de même ressenti un petit manque de naturel dans la mise en page qui a légèrement entravé mon expérience de lecture.

Pour finir, j’ai tout de même largement apprécié la lecture de Heroics et j’aurai plaisir a continuer de suivre cette saga qui a le potentiel pour devenir un titre d’équipe de super-héros à la Française (l’auteur-illustrateur est français), finalement plus proche de La ligue des Gentlemen extra-ordinaires de Alan Moore que des Avengers, car très agréablement plus ancrée dans son époque.

Bref, en dépit de quelques défauts narratifs et d’illustration, Heroics pose les bases d’une nouvelle bande de super-héros intéressante. Grâce à ses personnages bien ancrés dans la réalité de leur époque et du choix d’un angle de vue sur le super-héros qui n’est pas sans rappeler celui de la série télévisée Heroes (des gens normaux avec des super-pouvoirs) Heroics parvient à se démarquer dans la pléthore d’œuvres sur le sujet.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Heroics Saison 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  PrimeSinister, il y a 2 semaines et 4 jours.

  • Auteur
    Messages
  • #31291

    PrimeSinister
    Modérateur

    Malgré quelques défauts narratifs et d’illustration, Heroics pose les bases d’une nouvelle bande de super-héros intéressante. Grâce à ses personnages bien ancrés dans la réalité de leur époque et du choix d’un angle de vue sur le super-héros, Heroics parvient à se démarquer dans la pléthore d’œuvres sur le sujet.

    [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse Heroics Saison 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.