Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Lowreader Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
7 votants

 

Point(s) fort(s) :


Le mélange de styles.
L'appropriation de légendes.
L'ambiance pesante de Mr Sato.
Retrouver Massiko.
Lazarre.
Digne successeur du Doggybags

Point(s) faible(s) :


Je n'ai pas eu la cassette jaune.


 
En résumé
 

Suivez le corbeau ! Peut-être que Lowreader vous évoque déjà quelque chose, à côté du Label 619, inscrit dans une forme de corbeau ? C’était notamment ce petit logo qu’on pouvait apercevoir sur les regrettés Doggybags parus par le Label chez Ankama. Le corbeau prend aujourd’hui son envol pour nous narrer de nouvelles anthologies chez […]

 
Infos techniques
 

Scénario : Mud, Run, Guillaume Singelin, Florent Maudoux
Dessin : Nicolas Ghisalberti, Guillaume Singelin, Florent Maudoux
Editeur :
 
Publié 7 février 2022 par

 
Dans le détail...
 
 

Suivez le corbeau !

Peut-être que Lowreader vous évoque déjà quelque chose, à côté du Label 619, inscrit dans une forme de corbeau ? C’était notamment ce petit logo qu’on pouvait apercevoir sur les regrettés Doggybags parus par le Label chez Ankama. Le corbeau prend aujourd’hui son envol pour nous narrer de nouvelles anthologies chez Rue de Sèvres !

Trois histoires, un rapporteur.

Celles et ceux qui ont connu Doggybags ne seront pas dépaysés. On retrouve en effet ce qui a fait la formule du titre pendant 17 numéros. Trois histoires courtes, indépendantes, aux auteurs différents, se suivent, mêlées de fausses pubs au look vintage, d’anecdotes et parfois de nouvelles. Sous ses airs de “comics d’exploitation” un peu grindhouse, Lowreader nous apporte d’excellents récits comme le Label 619 en a l’habitude. Et à la manière des Contes de la Crypte, la série nous introduit un observateur en la personne du Corbeau. Un bref édito nous retrace la mythologie de ce volatile et ses symboliques. Il est ici l’observateur des histoires qu’il nous délivre. Les récits se suivent alors, sans fil commun sinon l’horreur et le frisson sous différentes formes.

Histoires de styles

Sous l’œil du corbeau, trois ambiances différentes se succèdent dans des univers bien différents également. Quoi de mieux que “la musique du diable” pour ouvrir le bal ? Dans Devil’s Key, Mud part de légendes funèbres autour de groupe de Rock pour nous donner sa vision d’un groupe ayant vendu son âme pour passer à la TV. Et quand le diable vient chercher son dû, Ghisalberti nous le rapporte dans des planches au style aussi vintage et coloré que sanglant. Très accrocheur, ce premier récit nous plonge directement dans une ambiance dynamique, prenante, qui n’oublie pas son lot de gore. Le spectacle est bien de retour !

Un autre démon se dessine sous le trait de Guillaume Singelin dans le second récit, co-scénarisé avec Run. Direction le Japon moderne, dans un récit qui pourrait très bien être celui de votre voisin. Sur fond de harcèlement, de malaise social, le démon de la vengeance se glisse dans une histoire sombre. Le trait de Singelin, la colorisation à la palette restreinte, les effets graphiques, l’atmosphère est pensante et nous serre la gorge. L’alchimie entre les deux poids lourds du Label est parfaite, et la progression de Mr Sato dans ce récit en devient encore plus glaçante.

Un dernier récit symbolique

Enfin, ce premier volume se termine avec un autre habitué du Label et une héroïne bien connue également. Florent Maudoux nous donne des nouvelles de Masiko et de son bébé. Et, celle qui partageait à l’époque l’affiche du premier Doggybags, va se confronter à un gang de motards hurlants sous la pleine lune, qui ouvrait lui aussi le premier Doggybags. Un bel hommage et une belle façon d’appuyer le symbole de renaissance du corbeau Lazare. Le style de Maudoux tranche avec les autres récits, plus lisse, plus doux, mais tout aussi sanglant. On sort de l’asphyxie et le calme pour en prendre plein les yeux dans un rythme effréné, essoufflant. L’histoire d’une course contre la montre pour ne pas céder à l’animal qui s’éveille en soi.Et finalement, cette rencontre en Massiko et les Lupus est presque symbolique, tant elle est déjà une louve pour protéger son petit…

Lowreader est la parfaite renaissance de Doggybags. On retrouve la formule que l’on a aimée et regrettée à l’annonce de sa (seconde) mort. De l’exploitation assumée, une lecture décomplexée. Dans l’exercice pas toujours évident du récit court, c’est l’aperçu des talents du Label 619 et le ressenti d’un défouloir.

 

Ils ont kiffé :

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Ombre planant au dessus de Lescomics City, traquant sans répit les fautes dans les ruelles de nos articles. Et de temps en temps, il prose sa patte également.


Vos commentaires :

Accueil Forums Lowreader Tome 1

  • Ce sujet contient 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par ChtiDkois, le il y a 6 mois.
Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #41264
      ChtiDkois
      Participant

      Suivez le corbeau ! Peut-être que Lowreader vous évoque déjà quelque chose, à côté du Label 619, inscrit dans une forme de corbeau ? C’était notamment
      [Retrouvez l’article de chtidkois à l’adresse Lowreader Tome 1]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.