Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Black Monday Murders Tome 2

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
8 votants

 

Point(s) fort(s) :


Récit d'une grande qualité
Ambiance soignée

Point(s) faible(s) :


Les dessins des bouches (Dram00n)


 
En résumé
 

Un tome 2 qui tient les promesses du premier tome en levant avec un dosage millimétré le voile sur les mystères qui entourent l’univers du titre. Servi par une mise en scène brillante et un récit maîtrisé, Black Monday Murders semble bien parti pour devenir un incontournable des comics indépendants.

 
Infos techniques
 

Histoire : Jonathan Hickman
Dessin : Tomm Coker
Couleur : Michael Garland
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Lundi, c’est pourri !

On le sait désormais, derrière les différentes écoles de magie se cachent en réalité de nombreux cartels bancaires clandestins. Un monde secret où les oligarques russes, les papes noirs, les aristocrates américains et les hommes de main du Fond monétaire international contrôlent notre société et usent de tous les moyens à leur disposition pour nous maintenir à notre place. L’argent sale peut presque tout acheter, mais quel genre de personne recrute-t-on avec ça ?

L’avis de Prime Sinister :

L

‘inspecteur Dumas poursuit son enquête pour résoudre le meurtre de Daniel Rotschild, magnat de la finance américain. Milieu bien plus étrange et dangereux que l’on ne pouvait l’imaginer : derrière l’économie mondiale se dissimule des individus maléfiques qui tirent les ficelles grâce à des pouvoirs mystiques .

Comme le disait déjà mon confrère DramOOn dans sa review du premier tome, Black Monday Murders est un ouvrage exigeant. La complexité de la narration, conséquence directe de la profondeur du récit, m’a demandé une lecture attentive. Cela dit, l’histoire qui m’a littéralement passionné a grandement facilité ma concentration. Qu’on se le dise, tout de suite, je suis archi-fan de Black Monday Murders ! Le tome 1 souffrait d’un démarrage un peu lent à mon goût, sûrement parce que J. Hickman a cherché a instiller un climat de lourdeur, presque poisseux, dans son oeuvre. Mais dès l’apparition de l’inspecteur Dumas au bout de quelques pages, le récit a pris une direction qui m’a tout de suite plu. Le mélange entre finance, ésotérisme et polar fonctionne à merveille. Autant vous dire que c’est avec impatience et de grandes attentes que je me lançais dans la lecture de ce deuxième tome.

La force de J. Hickman dans ce récit est d’être parvenu à créer un univers d’une profondeur dense à l’atmosphère unique au travers d’une narration riche, compliquée, mais sans être complexe. Je m’attends à me faire tirer dessus à boulets rouges mais à la lecture de Black Monday Murders tome 2, je me suis dit “on dirait du Alan Moore, en mieux”. En mieux parce que l’écriture de J. Hickman n’est ni prétentieuse, ni ampoulée. Elle est sonne juste, tel le tintement de deux pièces de monnaie qui s’entrechoquent.

L’intrigue de Black Monday Murders ne ressemble à aucun autre titre, simplement parce que cette histoire de meurtre n’est au final qu’une porte d’entrée vers un monde de mystères qui m’a fasciné. Les réponses nous sont apportées au compte-gouttes, distillées avec brio par l’auteur qui m’a constamment gardé cramponné du regard à la case suivante. Je n’ai pas ressenti le moindre ennui ou la moindre baisse de rythme dans ce tome 2 et j’ai adoré cela !

Mais en plus du rythme, c’est l’atmosphère du titre qui m’a énormément plu. Par bien des aspects il m’a remémoré avec délectations certaines oeuvres de Lovecraft. En effet la présence d’un dieu ancien et de ses adorateurs n’est pas sans rappeler les cultistes de Cthulhu. L’impression que le héros déchire un pan de la réalité pour découvrir que le monde est totalement différent de ce qu’il croyait est aussi un thème récurrent des nouvelles du célèbre auteur américain. De plus, le titre bénéfice d’une mise en scène remarquable. Les extraits de correspondance épistolaires caviardés, regorgeant d’indices scrupuleusement disséminés et les schémas emplis de glyphes sibyllins sont une formidable astuce pour créer ce climat si particulier au titre. Mais de surcroît – et c’est là le tour de force – ils servent totalement la narration. Ajoutez à cela un dessin jouant particulièrement sur les ombres (il n’y a quasiment aucune scène où l’ont voit totalement le visage des personnages) et sur les expressions faciales des protagonistes et vous aurez l’impression d’être dans un polar noir américain des années 40-50. Difficile de ne pas trouver un air Bogartien à l’inspecteur Dumas, le visage toujours dissimulé pour moitié sous son feutre.

Un tome 2 qui tient les promesses du premier en levant avec un dosage millimétré le voile sur les mystères qui entourent l’univers du titre. Servi par une mise en scène brillante et un récit maîtrisé, Black Monday Murders semble bien parti pour devenir un incontournable des comics indépendants.

La note de Prime Sinister :

 

L’avis de Dram00n :

Le premier tome de Black Monday Murders fait partie de mes meilleures lectures de 2018. Il me tardait de retourner dans l’univers de Jonathan Hickman avec ce second tome. J’utilise bien le mot “univers” car si on ne plonge pas dedans, on va très vite être imperméable à tout ce  que l’auteur va mettre en place et la confusion n’en sera qu’encore plus présente.

Dès l’entame de ce deuxième volume de Black Monday Murders, on retrouve l’inspecteur Dumas qui continue son enquête sur la mort de Rotschild ancien magnat de la finance mais dont le décès a soulevé des questions bien plus importantes que cela ne laissait le paraître.

Sans trop s’attarder sur l’histoire, ce second tome nous entraîne dans un monde de questions sans réponses. Toute la faculté de Hickman à se jouer des lecteurs et de semer la confusion dans notre esprit. Il y prend un malin plaisir et comme pour le premier volume, concentration et attention sont nécessaires pour repérer toutes les subtilités agrémentées par le scénariste. C’est peut-être ici toute la complexité de l’oeuvre, juste lire la surface ne suffira pas, il faut la creuser, relire chaque phrase et chaque mots pour tirer certains indices et pouvoir refaire le puzzle. Ce qui est assez paradoxal car il faut parfois se faire violence pour prendre le plus de plaisir possible dans la lecture de Black Monday Murders.  Je m’explique, j’ai lu une première fois ce second volume et j’en suis sorti désemparé, comme si j’étais perdu dans une pièce noire sans issues. Après m’être plongé dedans une seconde fois, j’ai pris plus de temps, accordé plus d’importance à certaines phrases et j’en suis sorti dans un état complètement différent.

Outre le scénario, l’univers mis en place est le gros point fort. C’est ici toute la force de Jonathan Hickman, sa capacité à installer une atmosphère pesante et glauque qui vous met à l’aise mais dont vous ne voulez pas sortir. On est emporté dans un récit bien plus profond qu’un simple polar noir et surtout qui veut aller plus loin que la forme classique du comics. Sur ce point, Hickman n’hésite pas, comme dans le premier tome, à mélanger pages de comics, pages de rapports et e-mails. On est dans une forme plus complexe mais dans laquelle l’auteur s’amuse à distiller des indices et des réponses dans les moindres détails.

Comme pour le premier tome de Black Monday Murders, Tomm Coker livre un travail graphique juste sublime. Il retranscrit à merveille l’univers mis en place par le scénariste et ses dessins aident complètement à l’immersion dans le titre. J’y retrouve malgré tout le même défaut que dans le premier tome, celui de ne dessiner que très peu de mouvement au niveau des bouches et des lèvres. Cela coupe pas mal l’intensité de certains propos à mon sens et annihile certaines émotions par moment, c’est le cas de la colère notamment. On reste malgré tout avec un travail somptueux sur les personnages, sur les décors et avec des actions très posées et très calme qui reflètent très bien le rythme du récit selon moi.

Ce second tome de Black Monday Murders est un quasi sans-fautes à mes yeux. Il n’a de défaut que les dessins des bouches, et cela, juste pour pinailler. Il en ressort un titre avec un scénario maîtrisé par l’auteur, une ambiance glauque et un univers riche et rempli de mystères. Loin d’un simple comics, on est ici dans la meilleure forme des talents de Hickman et Coker.

La note de Dram00n :

 

Ils ont kiffé :

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Black Monday Murders Tome 2

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  PrimeSinister, il y a 2 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #26058

    PrimeSinister
    Modérateur

    Un tome 2 qui tient les promesses du premier tome en levant avec un dosage millimétré le voile sur les mystères qui entourent l’univers du titre. Servi par une mise en scène brillante et un récit maîtrisé, Black Monday Murders semble bien parti pour devenir un incontournable des comics indépendants.

    [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse [Review] Black Monday Murders Tome 2]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.