Le 1er collectif comics de France

 


 
 

American Flagg

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


Univers riche
mise en page ingénieuse
parfait alliance d'humour, charme et intrigue

Point(s) faible(s) :


Dessin daté
beaucoup de ressemblance dans les visages


 
En résumé
 

Flagrant délire Avec American Flagg , Urban Comics propose un comics patrimonial, qui se déroule en 2030. Pour se sortir d’une crise financière délétère, les Etats-Unis se sont installés sur Mars. La planète est organisée en centre commerciaux géants qui font office de mégalopole. Le rythme de la vie est réglé par des programmes télévisés. […]

 
Infos techniques
 

Scénario : Howard Chaykins
Dessin : Howard Chaykins
Couleur : Leslie Zahler
Linda Lessmann
Lynn Varley
Brian Haberlin

Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Flagrant délire

Avec American Flagg , Urban Comics propose un comics patrimonial, qui se déroule en 2030. Pour se sortir d’une crise financière délétère, les Etats-Unis se sont installés sur Mars. La planète est organisée en centre commerciaux géants qui font office de mégalopole. Le rythme de la vie est réglé par des programmes télévisés. Reuben Flagg, acteur star d’une série d’action, est embauché pour rejoindre la force d’élite de maintien de l’odre martienne : les plexus rangers. Quant Reuben se rend compte que les programmes télévisuels contiennent des messages subliminaux incitant à la violence que lui seul et son chat parlant peuvent voir distinctement, il se lance dans une enquête qui va ébranler l’ensemble de la société.


Urban Comics offre une belle édition à American Flagg, qui rend l’objet très attractif. Un beau dos de la couleur de la Star-Spangled Banner et une couverture minimaliste très travaillée. Je ne connaissais pas du tout ce titre, je n’en avais jamais entendu parler. En déballant l’ouvrage, je me doutai bien que j’étais face à du “patrimonial”, le dessin de la couverture me rappelant notamment le trait très typé eighties de Brian Bolland. Je me lançai ainsi dans la lecture vierge de tout a priori.

Syndrome du “déja-vu mais c’est moi le premier”

Dès les premières pages d’American Flagg on retrouve une atmosphère très particulière qui ne peut que rappeler celle de Transmetropolitan. La paternité du premier sur le second semble évidente. On retouve cette société futuriste dysfonctionnelle avec une omniprésence et une emprise absurdes de la télévision sur La société. L’on retrouve aussi un héro qui décide de s’ériger en contre-pouvoir. Tant et si bien que j’ai passé les cent premières pages d’American Flagg à me dire “mouais, mouais, déjà-vu, pas original”. Je me souviens que j’avais ressenti la même chose en voyant le Seigneur des Anneaux au cinéma. Vous savez ces films qui ressemblent à des dizaines d’autres, sauf que là, vous êtes face à l’œuvre à l’origine de tout le reste. Passé ce petit effort intellectuel pour me dire que l’œuvre date de 1983, j’ai pu apprécier le titre à sa juste valeur.

Un modernisme incroyable

American Flagg souffre d’un démarrage légèrement mollasson. Howard Chaykin y met en place son univers. On a cependant par moments le sentiment d’être un peu largué tellement celui-ci est dense et riche et l’on ne saisit pas tout. Il est nécessaire d’accepter de ne pas réussir à s’emparer de tout sous peine de décrocher rapidement. Heureusement l’auteur-dessinateur fait preuve d’un talent remarquable dans sa mise en scène, particulièrement graĉe au travail de découpage des bulles. Celles-ci rappellent les écrans de journaux télévisés américain et procèdent intelligemment à créer l’ambiance particulière du titre. Il est assez inconcevable de se dire que le titre flirte avec les quarante ans. Tant au niveau des problématiques (abrutissement et asservissement des masses par les écrans) que des dispositifs technologiques imaginés par Chaykin qui existent réellement de nos jours (Imprimantes 3D par exemple).

Malgré un graphisme logiquement daté

Il fallait bien cela pour faire passer le dessin et les couleurs assez datées du titre. Bien évidemment on ne peut reprocher à American Flagg son esthétique datée. Mais admettons que pour certain.e.s d’entre nous, cela peut-être rebutant ou à minima gênant. D’acun.e.s trouveront cela charmant et vintage. Chacun.e se fera son avis à cet égard. D’un point de vue objectif, je reproche surtout à Howard Chaykin son travail sur les visages. L’oeuvre est assez complexe à certains endroits, à cause de la multitude de personnages impliqués. J’ai retrouvé la même sensation qu’en lisant de la littérature Russe et les mêmes exclamations à base de “put*** mais c’est qui celui-là déjà”. Pour ne pas faciliter la chose, Chaykin à tendance à dessiner des visages dont les traits sont assez proches. Mâchoires carrées, fossettes au menton, tant pour les hommes que pour les femmes. Pour les coquin.e.s imaginez que tous les personnages féminins ressemblent à Kendra Lust (NSFW) et que tous les personnages masculins ressemblent à Ben Affleck. Sans rire, par moments j’ai dû vérifier qui était qui en me concentrant sur les coupes de cheveux !

Et le scénario dans tout cela ?

Le scénario d’American Flagg est excellent. Passé le manque d’enjeu du début, l’intrigue prend son envol et l’univers décrit si longuement en devient une partie intégrante. L’écriture de Chaykin ne manque en plus par d’humour et de charme. Et par charme, je pense aux téléfilms des années 90 du dimanche soir sur M6. Comme je le disais, l’œuvre est par moments exigeante, parce que profonde mais aussi légèrement brouillonne. Les dialogues sont nombreux, les protagonistes fourmillent dans les cases. Tout cela sert l’atmosphère du titre, électrique, épileptique mais demande un peu d’effort au lecteur.

Bref, American Flagg est un ouvrage patrimonial proposé par Urban Comics. Précurseur des titres cyberpunk dont Transmetropolitan est le fer de lance, il possède un intérêt qui va au-delà de l’histoire et du respect des anciens. Son modernisme dans les détails de l’univers, son style narratif nerveux et drôle en font un titre parfaitement d’actualité.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums American Flagg

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #40579
      PrimeSinister
      Modérateur

      Flagrant délire American Flagg se déroule en 2030. Pour se sortir d’une crise financière délétère, les Etats-Unis se sont installés sur Mars. La planè
      [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse American Flagg]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.