Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Department of Truth Tome 2

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un thriller paranoïaque et ésothérique de haute volée.
Un lore incroyable de crédibilité qui vous fera douter de certaines croyances.
Des dessins et un storytelling extrêmement dense et maitrisé…

Point(s) faible(s) :


.... mais qui peuvent rebuter les fans de dessin plus mainstream ou qui peuvent perdre leur lecteur par un trop plein d’informations.


 
En résumé
 

Pour la vérité ! Le tome 2 de Department of Truth par James Tynion IV et Martin Simmonds arrive quelques mois après le premier tome. Elle paraît aux USA chez Image Comics et la voir débarquer enfin dans nos contrées est un grand plaisir pour vôtre hôte ! Petit rappel des épisodes précédents, L’agent spécial […]

 
Infos techniques
 

Scénario : James Tynion IV
Dessin : Martin Simmonds
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Pour la vérité !

Le tome 2 de Department of Truth par James Tynion IV et Martin Simmonds arrive quelques mois après le premier tome. Elle paraît aux USA chez Image Comics et la voir débarquer enfin dans nos contrées est un grand plaisir pour vôtre hôte !

Petit rappel des épisodes précédents,

L’agent spécial Cole Turner étudie les théories conspirationnistes et enseigne à l’académie du FBI de Quantico. De l’assassinat du président Kennedy à l’alunissage de 1969, en passant par la crise des missiles de Cuba, l’information est sans cesse remise en question par les complotistes les plus fervents. Certain qu’il comprendra mieux leur fonctionnement et leur logique, Turner décide de s’immiscer au cœur d’une étrange réunion. Se pourrait-il que les classes dominantes soient à l’origine de faits qui n’ont jamais eu lieu ? Approché par le Département de la Vérité, une agence gouvernementale occulte, Cole va rapidement être exposé à de nombreuses réponses bien différentes de ce qu’il imaginait. Des réponses qui ne manqueront pas de soulever de nombreuses autres questions.

Dans cette suite, Cole a donc fait le choix de rejoindre le Département de la vérité même s’il continue de douter du bien fondé de cette organisation et de sa santé mentale… Au contact d’un agent formateur qui semble jouer sur plusieurs tableaux, Cole va prendre conscience de la folie qui gangrène la réalité tout en apprenant qu’il est lui-même victime d’un complot remontant à son enfance, jusqu’à une révélation finale qui pourrait bien tout changer.

Théorie du complot

Pour rappel, James Tynion IV avait avancé dans son 1er arc la théorie suivante : plus il y a de monde pour croire à un complot, plus il y a de probabilité pour qu’elle devienne une réalité. Notre héros a pu en faire l’expérience en se rendant au « bout du monde » avec des théoriciens de la terre plate triés sur le volet.

Dans ce nouvel arc, Tynion IV pousse son raisonnement encore plus loin en mettant en scène le principe des tulpas. Ce sont des manifestations tangibles de créatures sorties de l’imaginaire collectif. On peut y retrouver le Wendigo ou encore la créature du Loch Ness. Le problème c’est que ces tulpas apparaissent à divers endroits du globe, selon la ferveur de ceux qui y croient, et ces manifestations représentent un danger bien réel pour la population. Ben ouais imaginez que se baladent un peu partout d’abominables créatures mangeuses d’hommes ?

Et que se passerait-il si la presse relayait l’histoire d’enfants livrés par des professeurs à un tueur sataniste mangeur de bébés ?

C’est ce que va apprendre Cole au contact de Hawk. Grâce à lui, il va apprendre, et donc nous allons apprendre, comment fonctionne tout cet univers qui nous est caché. De la création d’une rumeur à « l’élimination » d’un complot, tout est expliqué intelligemment par l’exemple et la mise en situation.

Croire l’impossible

Aussi loufoque que tout cela puisse paraitre, je me suis plusieurs fois pris à penser, à l’image de Cole, à la crédibilité de tout ça. Tout est si bien écrit, ancré dans des faits réels que tout le monde connait, que je me suis mis à douter de certaines vérités et à en croire d’autres. L’idée a fait son chemin et j’ai été manipulé, le temps de ma lecture, comme le sont des millions de personnes à travers le monde qui prennent pour vérité une simple info dégotée sur de sombres forums ou d’autres relayées par des influenceurs sur Twitter. Bien joué M. Tynion.

Comme le dit si bien la quatrième de couverture, nous sommes victimes de notre besoin de croire à l’incroyable. Par la puissance du verbe, les idées les plus folles semblent pouvoir prendre vie. Cette œuvre nous interroge aussi sur notre propre capacité à nous remettre en question face au flot d’informations qui nous submerge, que ce soit sur internet, la radio ou la télévision. Avons-nous réellement toutes les clés pour démêler le vrai du faux ? Notre propre passif n’influe-t-il pas sur nos croyances et notre perception de la réalité ?

Un véritable tour de force narratif qui élève le récit de Tynion IV au niveau des thrillers paranoïaques tels que The Mandchurian Candidate ou bien Les 3 Jours du Condor. Et ce n’est pas un petit compliment, faites-moi « confiance » !

Véritablement beau !

Mais pour hisser cette histoire au rang d’œuvre « majeure » du genre, il fallait un artiste au style torturé, fort de nombreuses symboliques et maitrisant les rouages d’un storytelling avant-gardiste mettant en images la paranoïa et la folie parcourant chaque page de ce comic book.

Et Martin Simmonds est un orfèvre du genre, entre Bill Sienkiewikz pour le trait cauchemardesque et éthéré, et Andrea Sorrentino pour le storytelling en harmonie avec le ton du récit ou la psyché des différents personnages. Chaque page est la vision d’une certaine réalité, tordue et brumeuse. Une réalité dans laquelle se croisent et se superposent les idées comme autant d’informations qui nous submergent sans que l’on puisse réellement faire le tri.

Et c’est un peu la force et la limite de Simmonds et Tynion IV : à force de submerger d’idées, de concepts et d’informations, ils peuvent finir par nous perdre. On se retrouve parfois à errer sans but et sans compréhension au fil des pages, jusqu’à revenir en arrière pour rassembler les pièces du puzzle.

En conclusion : oui, Department of Truth est une lecture exigeante qui peut frustrer. Mais si vous avez aimé le 1er volume, je ne peux que vous encourager à plonger dans ce 2eme arc qui répondra à de nombreuses questions mais qui vous donnera le vertige. La vérité à un prix qu’il faut être prêt à payer…

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Enfant des années 80 biberonné à Strange, je suis un éternel ado dans un corps de vieux con. Fan irréductible de Frank Miller et Alan Moore, je prends aussi du plaisir dans toutes sortes de genres.


Vos commentaires :

Accueil Forums Department of Truth Tome 2

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42747
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Pour la vérité ! Le tome 2 de Department of Truth par James Tynion IV et Martin Simmonds arrive quelques mois après le premier tome. Elle paraît aux U
      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Department of Truth Tome 2]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.