Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Batman Damned

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
42 votants

 

Point(s) fort(s) :


Les dessins et la couleur.

Point(s) faible(s) :


Scénario sans intérêt.
Typographie désagréable.


 
En résumé
 

En dépit d’un dessin et de couleurs magnifiques, Batman Damned se retrouve entravé par un scénario totalement inintéressant et par des choix de typographie malheureux. Sorti quelques jours avant Halloween, c’est sa faiblesse qui vous effraiera. Comme quoi, il semble que finalement cet ouvrage soit vraiment maudit.

 
Infos techniques
 

Histoire : Brian Azzarello
Dessin : Lee Bermejo
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 1 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Un maudit ouvrage aussi

Notre célèbre croisé masqué déambule gravement blessé et visiblement dans un état de rage dans les rues de Gotham City. Totalement désorienté, Batman essaie de retracer le fil des événements qui l’ont mené jusque là.

L’avis de Prime Sinister

Comme beaucoup d’entre nous, Batman est mon héros de comics préféré. Lorsque j’appris que Lee Bermejo allait officier sur l’un de ses titres avec Brian Azzarello, je fus des plus enthousiastes. Je me procurais grâce à mon libraire (hello Au Bonheur des Ogres) le FCBD du titre, qui me laissait entrevoir en avant-première les premières pages de l’ouvrage définitif. Toujours séduit, je lus le recueil VF en avant-première grâce à Urban Comics.

M’imaginant dévorer le recueil d’une traite, il me tomba rapidement des mains. Me forçant tout de même à le finir pour écrire la chronique ici présente, voici mon ressenti en un mot : mouais.

Le style de Lee Bermejo ne plait pas à tout le monde, mais moi j’adore. Son style très réaliste avec son tracé quasi photographique convient parfaitement à mes attentes de lecteur de comics. La précision de son trait quasi anatomique sur les visages et sur des corps robustes, musculeux donne un côté très brutal à ses œuvres et convient parfaitement à un titre de Batman. Cela semble tout de même se faire quelque peu au détriment de l’impression de mouvement, les personnages semblant très lourds, donnant une impression globale de lenteur. Lee Bermejo excelle cela dit dans le rendu architectural : ses paysages urbains sont à couper le souffle et la ville de Gotham a rarement semblé aussi oppressante par son envergure. Ajoutons que le travail de colorisation et de jeux de lumières est simplement formidable et pour le coup, semble donner vie à la ville qui s’anime des spasmes d’incendies et explosion et dont les artères semblent tressaillir au rythme métronomique des éclairs bicolores lancés par les gyrophares des véhicules en tous genres.

Dans Batman Damned, c’est au final le scénario qui pêche par sa vacuité et par le manque d’intérêt flagrant qu’il aura suscité chez moi. Premier défaut totalement subjectif : je n’ai absolument pas saisi où Brian Azzarello voulait m’amener. Tout d’abord, le postulat de départ m’a semblé archi vu (Batman a tué le Joker) et m’a fait pousser un premier soupir. Ensuite, bien que fan de la Justice League Dark, j’ai eu l’impression que la présence de ses membres était totalement gratuite et ne servait pas l’intrigue. Hormis le plaisir de voir Constantine se comporter comme un crétin arrogant, de voir un Deadman plus vrai que nature sous le crayon de Bermejo, et d’admirer le string de Zatanna (était-ce bien nécessaire d’ailleurs ?), leur présence me semble peu exploitée, servant de vague prétexte à une intrigue mâtinée d’ésotérisme.

Dernier point qui m’aura posé problème : le choix de la typographie. Certains passages sont écrits dans une police parfaitement désagréable à lire. Tout cela pour ajouter un effet de style narratif qui tombe totalement à plat. Comme si le titre ne souffrait pas déjà d’assez de défauts.

On aura surtout entendu parler de Batman Damned au travers du Bat-Zizi Gate (scène du premier numéro VO où l’on devine le pénis du chevalier noir dans la pénombre, bien sûr censuré depuis), rien d’anormal, c’était sûrement ce qu’il y avait de plus excitant dans ce titre.

Bref, en dépit d’un dessin et de couleurs magnifiques, Batman Damned se retrouve entravé par un scénario totalement inintéressant et par des choix de typographie malheureux. Comme quoi, il semble que cet ouvrage soit finalement réellement maudit.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Toutes les images présentes sur ce site sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Elles sont utilisées au titre du droit de citations prévu par l’Art.L.122-5 3° du Code de la propriété intellectuelle.

Pour toute réclamation, contactez nous
Lien direct : https://www.lescomics.fr/reclamation-droit-dauteur/


 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Batman Damned

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  PrimeSinister, il y a 1 mois et 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #30741

    PrimeSinister
    Modérateur

    En dépit d’un dessin et de couleurs magnifiques, Batman Damned se retrouve entravé par un scénario totalement inintéressant et par des choix de typographie malheureux. Sorti quelques jours avant Halloween, c’est sa faiblesse qui vous effraiera. Comme quoi, il semble que finalement cet ouvrage soit vraiment maudit.

    [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse Batman Damned]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.