Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Black Panther par Christopher Priest Tome 2

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
4 votants

 

Point(s) fort(s) :


Le scénario intelligent et pertinent
Killmonger
Les dialogues
La narration elliptique qui fonctionne...

Point(s) faible(s) :


...Même si elle semble parfois moins maîtrisée
L'édition
L'intégration dans un event faite n'importe comment


 
En résumé
 

Ce deuxième tome du Black Panther de Christopher Priest est moins bon que le précédent mais parvient encore à se hisser au-dessus de la mêlée. Encore une fois très politique, le récit aborde des questions encore pertinentes aujourd’hui. Néanmoins, Il est dommage que les dessins soient aussi variables en qualité.

 
Infos techniques
 

Histoire : Christopher Priest
Dessin : Sal Veluto, Jim Calafiore, Kyle Holtz, Mark Bright
Encrage : Bob Almond, Jon Holdredge, Eric Powell, Walden Wong
Couleur : Brad Vancata, Shannon Blanchard, Steve Duff
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Blackout sur l’économie !

Autant vous le dire tout de suite, si vous ne vous souvenez pas du tout du tome 1, feuilletez-le à nouveau. Sinon, vous serez perdus-es comme moi !

Christopher Priest revient à la charge avec le personnage de Black Panther et il a encore de nombreuses choses à raconter sur l’exercice du pouvoir. Une fois de plus, le discours, qui cette fois, se tourne vers l’économie d’un Etat, est brillant, pertinent et d’une actualité encore saisissante. Confrontant T’Challa à Killmonger, ce sont deux facettes de l’africanisme qui s’affronte. L’une, née dans une excellente situation et préservant l’intérêt général, l’autre, née dans la misère et voulant avant tout se sentir accepter par un pays qu’il a peu connu. Les deux adversaires sont retors et autant convaincus de leur bon sens. Et si l’affrontement se fait par stratagèmes dans un premier temps, il devient aussi physique, Priest n’oubliant jamais que ce sont deux personnages puissants. Ce que l’auteur n’oublie pas non plus, c’est de complexifier son intrigue, il y a toujours des personnages en fond qui anime ce qui se passe au premier plan. De la même façon, la narration fait bien plus d’aller-retours temporels qu’auparavant (ou alors, j’étais plus fatigué), ce qui pourra donc complexifier inutilement une intrigue qui brasse déjà de nombreux thèmes. Pourtant, je ne peux m’empêcher de trouver fascinante cette façon de faire, en éclatant les codes de la narration à laquelle nous sommes habitués. Comme je l’avais dit, Christopher Priest est un véritable OVNI, la confusion que sa narration elliptique sème dans l’esprit du lecteur ne servant qu’à refléter l’état psychologique de Ross ainsi que de T’Challa, tous les deux extrêmement secoués par ce qui s’est produit récemment.

Mais l’auteur saura aussi se calmer lorsque cela sera nécessaire et partir dans d’autres directions. Le récit va ainsi aller vers des horizons mystiques et technologiques qui ne sont pas forcément les aspects que maîtrisent le mieux le scénariste. Néanmoins, cela permet de montrer la complexité du Wakanda, pays divisé en plusieurs couches, toutes entremêlées. Le récit reste globalement un peu moins prenant que le premier arc qui connaissait une belle montée en puissance. Ici, le tout est un peu plus lisse, les menaces viennent de partout, certes mais elles sont aussi un peu trop variées à certains moments. Ce qui est cependant dérangeant, c’est lorsqu’un récit événementiel de Marvel vient parasiter un arc scénaristique. Le dernier chapitre du tome est en effet pris dans l’event Maximum Security où la Terre est transformée en une prison par des extra-terrestres. Cela est malheureusement la dure loi des events que de prendre sous leur coupe des récits et de les parasiter. Là où cela me dérange copieusement, c’est que Panini Comics aurait pu faire l’effort de le préciser au début du tome, afin de rendre moins confuse la lecture qui n’a pas besoin de ça.

L’autre problème de l’édition, c’est la traduction. On sent les traductrices mal à l’aise avec l’argot que doit certainement employer à plusieurs reprises Christopher Priest et certains dialogues tombent un peu à plat, notamment lorsque Queen Divine Justice parle au début du tome et également pour Killmonger, à certains moments. Ça reste un défaut mineur, qui ne fait pas perdre grand-chose au global mais cela reste dommageable. Pour le reste, au vu du prix du tome, le rapport quantité/prix est excellent avec quatorze chapitres inclus. Les dessins, déjà irréguliers, ne sont pas non plus aidés par certains scans qui délavent les couloirs, les noirs devenant des gris foncés, par exemple.

Bref, ce deuxième tome du Black Panther de Christopher Priest est moins bon que le précédent mais parvient encore à se hisser au-dessus de la mêlée. Encore une fois très politique, le récit aborde des questions encore pertinentes aujourd’hui et les entremêlent avec de nombreux aspects du Wakanda : mysticisme et technologie, notamment. Il reste aussi dommage que les dessins soient aussi variables en qualité.

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Black Panther par Christopher Priest Tome 2

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Comics Grincheux, il y a 3 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #25418

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Ce deuxième tome du Black Panther de Christopher Priest est moins bon que le précédent mais parvient encore à se hisser au-dessus de la mêlée. Encore une fois très politique, le récit aborde des questions encore pertinentes aujourd’hui. Néanmoins, Il est dommage que les dessins soient aussi variables en qualité.

    [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse [Review] Black Panther par Christopher Priest Tome 2]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.