Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Daredevil Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Le sidekick
Le jeu de couleurs

Point(s) faible(s) :


Pas beaucoup d'originalité


 
En résumé
 

Daredevil s’offre une nouvelle ère inspirée par le travail de Frank Miller et orchestrée par Charles Soule. Kit Fisto semble convaincu par ce titre.

 
Infos techniques
 

Dessin : Ron Garney, Goran Sudzuka
Couleur : Matt Milla
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 22 janvier 2017 par

 
Dans le détail...
 
 

Back to East Coast !

Matt Murdock est de retour à Hell’s Kitchen mais il passe cette fois de l’autre côté du barreau et devient avocat de l’accusation !
De son côté, Daredevil, dans un nouveau costume, va devoir faire face à de nouveaux défis comme affronter une nouvelle secte ou s’occuper de son protégé, Blindspot.

L’avis du Kit :

L’event Secret Wars mis fin à la période Marvel Now! de la Maison des Idées pour lancer l’ère du All-New All-Different Marvel. Matt Murdock, l’Homme Sans Peur, en profite pour regagner New-York après ses aventures californiennes.
Il reprend ses activités nocturnes avec un nouveau costume et devient adjoint au procureur en étant désormais à l’accusation. Tout le monde semble avoir oublié la double vie qu’il avait lui-même dévoilé dans de précédentes aventures. C’est sans nul doute l’une des conséquences liée à la fin de Secret Wars.
Que ce soit au Palais de Justice ou des les rues de Hell’s Kitchen, Murdock combat l’organisation criminelle et sectaire du  mystérieux “Dix-Doigts“. Ce nouveau venu utilise la faiblesse et la pauvreté de ses ouailles pour son intérêt personnel mais il semble qu’une autre organisation secrète criminelle ait son mot à dire.
Daredevil va avoir du boulot, l’aide du jeune Samuel Chung alias Blindspot ne sera pas de trop sur ce coup…

Après le run de Mark Waid qui ramenait un peu de gaieté et de couleurs au personnage du Démon Gardien de Hell’s Kitchen, retour au côté sombre et torturé du personnage développé depuis les années 80. C’est au tour du prolifique Charles Soule de prendre le relai et l’auteur,  lui-même avocat, rentre directement dans le vif du sujet avec deux trames scénaristiques intéressantes pour le personnage du Daredevil.

On avait plutôt l’habitude de voir l’Homme Sans Peur agir en solo malgré, par moment, l’aide apportée par d’autres super héros comme Spidey, Luke Cage, Iron Fist, Jessica Jones ou d’autres… L’ajout d’un apprenti à ses côtés, bien que pas forcément original dans le monde des comics super-héroïque, est un vrai plus pour le “DD”.

Côté dessin, Chris Samnee cède sa place à Ron Garney. Après les couleurs et un aspect rétro, retour à un Daredevil plus sombre et noir. On se croirait revenu à la période Frank Miller John Romita Jr dans les années 80 et 90.
Outre la nouvelle tenue du super-héros, la force du noir et du blanc imaginée par le coloriste Matt Milla donne un impact nouveau aux planches du recueil avec un soupçon d’orange et rouge pâle. On est dans des codes graphiques, encore une fois, très millerien.
Cela accentue un retour au côté sombre et tragique du héros aveugle.
Goran Sudzuka apporte son aide sur un des épisodes et la similitude de son trait avec celui de l’artiste principal ne déforme en rien l’uniformité du recueil.

En résumé, un nouveau départ pour le Daredevil qui pourrait pour certain être une redite et sembler assez “bateau”. Mais l’instauration d’un sidekick à un héros ayant  l’habitude de la jouer solo est plutôt une bonne trouvaille ici. Sans pour le moment être forcément d’une grande originalité, on prend plaisir à retrouver tout ce qu’on aime du personnage de l’Homme Sans Peur : l’altruisme, l’abnégation et le côté sombre et torturé de Matt Murdock. On attend tout de même de voir si pour la suite, la nouvelle équipe artistique saura apporter un petit plus qui pourra faire la différence.

La note du Kit :

 

L’avis de Matt :

Daredevil fait parti de mes personnages Marvel Comics préféré. Les passages sur le personnage de Frank Miller, de Kevin Smith & Joe Quesada, de Brian Michael Bendis puis de Ed Brubaker nous ont permis de vivre des aventures passionnantes au côté du héros. Pourtant, notre histoire d’amour s’était terminée en haut de boudin lors de la deuxième partie du crossover Shadowland. Ensuite, Daredevil et moi nous sommes perdu de vu.
Je n’ai pas suivi Matt sur la côte et c’est finalement le crossover récent Daredevil / Punisher qui m’aura poussé à acheter à nouveau un recueil estampillé Daredevil.

Daredevil est donc de retour à New York avec un nouveau statut quo. Tout le monde à oublié que Matt Murdock est Daredevil (bye bye le run de Bendis) même ses proches. Des personnages comme Elektra ou Captain America ont tout simplement oublié cette information.
Daredevil est donc à nouveau seul et c’est à ce moment qu’il sera abordé par Blindspot, un jeune super-héros novice qui souhaite défendre son quartier… comme Matt le faisait lorsqu’il endosse le costume de Daredevil. La filiation entre le héros et son sidekick est donc plutôt bien amené car Blindspot, le petit nouveau, sera vraiment le moteur de l’histoire.

Daredevil plonge donc au cœur de chinatown en compagnie de son disciple et devra affronter une “secte” menée par le mystérieux 10 doigts. Tout ça nous renvoyant aux relations tendues entre notre tête à cornes et la secte de La Main. Encore une fois, la filiation entre les deux héros est évidente et plutôt bien gérée.
Les auteurs jouent également avec un autre aspect essentiel de Daredevil : il est aveugle ! Ainsi, le héros peut repéré ses partenaires même quand ceux ci se rendent invisibles mais il sera incapable d’analyser une vidéo sur un téléphone portable ou de repérer le fil bleu pour désamorcer une bombe. Ce genre de petits détails me semble rarement exploités dans les aventures du personnage et déclenchent de nouvelles situations et quiproquo bienvenus.

J’ai donc passé un bon moment lors de mes retrouvailles avec le personnage. Ce premier volume sert principalement à introduire le nouveau statut quo du personnage. Il faudra attendre les développements des intrigues dans les tomes suivants pour savoir si la série est un grand cru. Malgré un premier contact sympa, j’en doute un peu mais ces épisodes me permettent de renouer tranquillement avec un héros que j’aime tant.

Sans révolutionner le personnage et son univers, ces épisodes installent un nouveau statut quo pour et permettent de lancer cette nouvelle série sur de bons rails. On appréciera de retrouver un mélange subtil entre nouveautés et références à l’univers du héros.

La note de Matt:

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


 
Matt est animateur et producteur en radio et en télé depuis 2004. Autodidacte, il lance plusieurs programmes dont C'est Quoi Ton Job ? ou L'Upperground, récompensés par des prix nationaux. Avec La Sélection Comics, il parle de BD américaine au plus d'1.3 million d'auditeurs de Sud Radio, Vibration, Voltage et beaucoup d'autres. Il est le fondateur de LesComics.fr.


Vos commentaires :

0 Comments



Soit le premier à commenter


Tu dois t'identifier pour poster un commentaire