Le 1er collectif comics de France

 


 
 

DCeased

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
21 votants

 

Point(s) fort(s) :


Le trait réaliste d'Hairsine.
La justesse d'une narration prenante, incisive, jouissive.
Le traitement de la menace Superman.

Point(s) faible(s) :


L'encrage de Gaudiano.
La fin expédiée.


 
En résumé
 

Darkseid est, Darkseid n’est plus. Mais il a laissé un dernier cadeau, et pas des moindres. Contaminant la terre entière via internet, regarder son écran devient mortel. Ne reste alors que des individus hystériques se dévorant les uns et autres. Les héros sont alors aussi menacés que menaçant…

 
Infos techniques
 

Histoire : Tom Taylor
Dessin : Trevor Hairsine
Encrage : Stefano Gaudiano
Couleur : Rain Beredo
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 28 février 2020 par

 
Dans le détail...
 
 

Walking Super-heroes !

P

artant d’une idée simple, pour ne pas dire basique, DCeased, fut l’une des publications phénomènes de DC Comics en 2019. Les ventes furent plus qu’au rendez-vous, la montagne de variantes covers liées à l’événement  n’y étant pas pour rien : entre les super-héros zombifiés et les références aux affiches de films d’horreur cultes, l’emballage était des plus alléchants. Mais à l’intérieur alors ?

Le bon scénariste

Darkseid est, Darkseid n’est plus. Mais il a laissé un dernier cadeau, et pas des moindres. Lors de son ultime combat avec la Ligue de justice, l’équation d’Anti-Vie prend une forme nouvelle et inédite. Contaminant la terre entière via Internet, regarder son écran devient ainsi mortel. Ne reste alors que des individus hystériques se dévorant les uns et autres. Les héros sont alors aussi menacés que menaçant…

Le pitch de DCeased est simple, mais d’une efficacité redoutable. Il est même improbable de se dire que DC ne fut jamais tenté auparavant tant celui-ci est un terrain de jeu rêvé. Un Superman zombie, franchement ? Le choix de Tom Taylor n’est donc pas anodin. Connu pour sa superbe série sous forme de what if Injustice, accompagnant les jeux vidéos du même nom, Taylor y a fait preuve d’une écriture aussi jouissive qu’efficace.

Tenant un univers et des personnages qu’il chérit, avec une belle marge de manœuvre, il a réussi à livrer une série toujours euphorisante et imprévisible. Lui mettre entre les mains un événement d’une grande ampleur où celui-ci peut se lâcher était donc une idée assez brillante correspondant bien à l’écriture du monsieur.

On retrouve alors les mêmes qualités d’écriture dans DCeased, nouveau travail pour DC, montrant qu’une relation durable entre eux s’est installée. Le récit est prenant dès les premières pages. Dès lors, il devient difficile de lâcher le livre une fois la lecture commencée tant le récit est d’une limpidité très accrocheuse. En véritable page turner, Taylor n’étire pas sa narration. Son écriture est incisive, sèche et va droit au but, lui donnant ainsi un coté organique, très juste et pourtant toujours imprévisible.

Sombre atmosphère pour dessin réaliste

La contamination de la planète sonne crédible, ses différentes étapes également. Celle des super-héros, nos protagonistes également, leurs réactions face au virus sont toutes différentes et les morts qui s’enchaînent semblent logiques. Mais il est aussi jouissif qu’angoissant de suivre l’évolution des héros passant du « mauvais coté » et des conséquences qui accompagnent cette transformation. Comme on pouvait s’en douter, Superman à un rôle primordial à y jouer. Personnage tenant beaucoup à cœur à Tom Taylor, celui-ci a de nouveau pu mettre en avant de la plus belle des façons l’Homme d’acier et ce d’une manière pour le moins inédite.

L’atmosphère est tendue, sombre, et de plus en plus désespérée au fil des chapitres, grande force du titre jusqu’à son dénouement. Le final de celui-ci est son principal défaut, trop rapide et souffrant de quelques facilités, il n’est alors pas à la hauteur de l’ensemble malheureusement.

Trevor Hairsine, dessinateur que j’affectionne tout particulièrement pour son univers graphique sur Divinity chez Bliss comics, illustre l’ensemble de l’événement. Son trait réaliste colle parfaitement à l’atmosphère du titre, les corps semblent lasses, et les « monstres » repoussant. Cependant, Stefano Gaudiano s’occupant d’encrer les traits de celui-ci dessert la performance d’Hairsine, manquant de finesse. Certains visages peuvent sembler brouillons, certaines pages sont trop sombres.

Il faut une nouvelle fois saluer le travail d’édition d’Urban Comics. Différents tie-in complètent le récit principal, agréables également. En fin de volume, la montagne de variantes covers de l’événement nous est présentée, dont les très chouettes hommages aux films d’horreur d’hier et d’aujourd’hui. En plus de l’édition régulière avec le superman zombie en couverture, trois couvertures variantes à l’effigie respectivement de Batman, Wonder Woman et du Joker l’accompagnent. De quoi vous laissez le choix.

Fun, jamais prise de tête, intelligent tout en restant un divertissement terriblement efficace. Malgré un final trop vite expédié, ce nouvel elseworld DC de Tom Taylor qu’est DCeased reste donc un plaisir de lecture coupable, un page turner des plus euphorisants !

 

Ils ont kiffé :

 

Vous pouvez retrouver DCeased chez Excalibur Comics avec toutes ses variantes !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Ginlange est un peu comme Bruce Wayne, mais en mieux. Aimant cinéma et comics, et parfois les comics au cinéma, il essaiera de partager au mieux ses coups de cœur et coups de gueule avec vous, pour votre plus grand plaisir. Ave Lynch.


Vos commentaires :

Accueil Forums DCeased

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #32857
      Ginlange
      Modérateur

      Darkseid est, Darkseid n’est plus. Mais il a laissé un dernier cadeau, et pas des moindres. Contaminant la terre entière via internet, regarder son écran devient mortel. Ne reste alors que des individus hystériques se dévorant les uns et autres. Les héros sont alors aussi menacés que menaçant…

      [Retrouvez l’article de ginlange à l’adresse DCeased]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.