Posté il y a 5 mois par dans la catégorie Interviews
 
 

Jock (Le Batman qui Rit, Wytches) en interview !

« C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, parce que beaucoup de gens dont je suis fan sont scénaristes ET dessinateurs Les plus évidents Frank Miller, Paul Pope… Il y a une forme de pureté à écrire ET dessiner une histoire » Jock

 

Jock est un dessinateur reconnu. Travaillant à la fois dans le comics mais aussi dans le monde du cinéma, il était présent à Angoulême. Hyanda et Captain Talbot ont pu le rencontrer et lui poser des questions.


En vidéo :


LCF Bonjour Jock, comment allez-vous ?

Jock : Bonjour ! ça va, merci. Et vous ?

 

LCF : Oui, ça va aussi, toujours un plaisir de vous voir ! Tout au long de votre carrière vous avez réalisé des comics, mais vous avez aussi réalisé du design pour des films dont Star Wars par exemple pour les plus récents. Y’a-t-il des différences entre travailler pour le cinéma et pour un comics ?

Jock : Oh Oui ! Ce sont deux disciplines différentes. Les comics ont un rythme plus effréné. Il y a toujours une autre page, une autre case ou autre chose à dessiner, une deadline qui approche. Pour le cinéma, j’ai beaucoup plus de temps pour davantage considérer l’image avant de la réaliser, réfléchir aux éléments qui vont la composer.

C’est justement ce rythme qui fait une des forces du comics selon moi. Les bons comics doivent avoir un rythme de travail. Le cinéma c’est autre chose, un peu comme utiliser un autre muscle, c’est plus pictural, plus réaliste. Donc oui, c’est vraiment deux choses très différentes et j’apprécie travailler pour les deux.

 

LCF : J’ai lu que pour vos travaux dans le cinéma, vous utilisez des outils digitaux. Pour les comics, en majorité, vous êtes plus traditionnel. Est-ce à cause des contraintes de rythme ?

Jock : Non, en fait un des avantages du digital est que c’est plus facilement modifiable. Pour le cinéma, on fait beaucoup de différentes versions, parfois du même dessin.

Particulièrement sur Star Wars, où j’ai été costum-designer il y avait souvent une figure et deux versions différentes, avec diverses coupes, etc. Le digital est donc évidemment plus facile à modifier.

Et aussi, avant de faire du comics, j’avais l’habitude de peindre beaucoup et le travail pour le cinéma se prête à un style plus réaliste, plus pictural donc. Et avec Photoshop aujourd’hui, tout un tas de pinceaux et brosses sont disponibles, j’arrive à avoir un bel aspect peint, numériquement. Donc, c’est commode, rapide mais aussi bénéfique.

 

 

LCF : J’ai une question qui, je pense, doit vous être posée tout le temps. Savez-vous si la sortie de Wytches volume 2 est prévue pour bientôt ?

Jock : OUI, OUI, oui ! Merci de poser la question !

Je sais que cela fait longtemps, cette année j’ai 3 projets comics je fais une nouvelle série en ce moment avec un bon ami qu’on prévoit depuis des années, que je termine espérons cet été, Ensuite nous faisons Wytches. Puis, à la fin de l’année, je démarre un projet qui vient d’être validé, que j’écris ET dessine. Ce qui me tarde beaucoup aussi.

Donc j’ai une année chargée en projet comics, je ne vais faire que ça, et Wytches est prévu. Je ne peux que m’excuser pour l’attente, les calendriers sont capricieux mais cela arrive !

 

LCF : Pouvez-vous nous dire quelque mots à propos de l’histoire courte que vous allez dessinez et que Scott Snyder va écrire pour le numéro spécial sur le Joker ?

Jock : En fait, je l’ai presque finie, c’est une histoire en 10 pages, écrite par Scott Snyder pour le “Joker 80th anniversary issue” (numéro spécial prévu en Avril pour fêter les 80 ans du personnage).

Quand j’ai lu le script, arrivé à la fin, je souriais. Une des choses intéressantes avec les histoires courtes, c’est que vous pouvez ne prendre qu’un morceau de quelque chose, c’est une histoire courte, et il fait ça de façon très intelligente. Il a un certain point de vue sur ce qui fait du Joker qui il est. Cela s’entrecroise avec quelques personnages durant l’histoire, de façon très intelligente. Le script est bien, j’espère que les gens apprécieront

 

LCF : Peut-être aurons-nous quelques références à vos précédents travaux avec Scott Snyder comme “Sombre Reflet” ?

Jock : Non. Désolé, non. C’est une histoire indépendante, on avait parlé avec Scott, de faire une histoire sur le Joker, une histoire plus longue. Mais nous avons été très enthousiastes de pouvoir faire cette histoire courte sur Joker et je suis très content qu’elle puisse être publiée dans ce numéro anniversaire.

 

interview Jock

Mr Hyanda buvant les paroles de Jock !

 

LCF : Vous avez dit que vous alliez travailler sur un projet en tant que scénariste ET illustrateur, j’ai toujours pensé : ” Mais quand est-ce qu’il va faire quelque chose comme ça ?”. Est-ce que c’est quelque chose auquel vous réfléchissez depuis plusieurs années, que vous avez laissé mûrir, et lorsque vous vous êtes senti prêt, vous vous êtes dit “Ok, c’est le moment de le faire” ?

Jock : C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire parce que beaucoup de gens dont je suis fan sont scénaristes ET dessinateurs. Les plus évidents Frank Miller, Paul Pope… Il y a une forme de pureté à écrire ET dessiner une histoire qui me plait vraiment. J’ai déjà pu écrire et dessiner une histoire courte sur Wolverine pour Marvel, il y a 3, 4 ans et quelques autres histoires courtes également.

Mais cela va être mon projet le plus important de ce type. C’est une bonne chose que pour les autres projets qui arrivent, je ne fais que le dessin. Comme ça, je peux travailler sur l’écriture en parallèle pendant toute l’année. Nous devrions démarrer la partie artistique fin janvier, en 2021, cela permet une bonne gestation. Je veux être sûr que le script est assez bon.

C’est un exercice que je n’ai pas eu l’occasion de faire souvent et lorsque je faisais l’histoire sur Wolverine, la partie dessin était évidente, facile. En principe, il y a une petite partie de mon cerveau, quand je travaille sur un projet qui se préoccupe de ce que je fais, si je fais cela correctement. Mais tout cela s’est passé pendant que j’écrivais, du coup le dessin c’était juste, du plaisir.

Il me tarde de pouvoir refaire cela sur ce projet, j’ai quelques idées pour le dessin, je suis surtout impatient de pouvoir m’y mettre

 

LCF : Est-ce que cela va être un projet en indépendant ?

Jock : Non.

 

 

LCF : J’aimerais parler avec vous du “Grim Knight”, un nouveau personnage que vous avez designé pour la mini-série “Le Batman qui rit”. Je sais que vous ne vouliez pas faire de ce personnage sur-armé, une représentation positive. Comment avez-vous fixé la limite entre ne pas aller trop loin et en même temps, garder cette image de “Batman-Punisher” ?

Jock : Oui, la limite est fine. À cause du climat actuel, il faut être prudent, très prudent. Je sais que le concept de Scott était le Bat-Punisher. C’était le ton voulu. Mais bien sûr quand vous voyez ce personnage, avec tout son équipement, ce que vous ne voulez pas faire, c’est glorifier.

Mais une fois de plus, Scott est tellement un bon scénariste que la raison de ce personnage me parait censée. Je ne pense pas qu’il était particulièrement attiré par la violence, il était violent oui mais on ne l’a pas trop glorifié. J’espère en tout cas, c’est juste un élément du personnage.

Merci pour cette question car c’était une véritable préoccupation pour nous. Quand vous travaillez sur des personnages comme celui-ci, Batman et d’autres, vous devez être au courant que c’est un médium qui va être publié un peu partout dans le monde. Les gens le prennent de façon différente. Il y a l’argument disant que la violence dans les films ou les jeux vidéo rend les gens violent. A titre personnel, je ne crois pas, néanmoins, les gens prennent parfois ce qu’ils voient dans les médias d’une mauvaise façon. Ce personnage nous a clairement fait réfléchir à cela oui.

 

LCF : Pour les artistes comme vous, travaillant dans différents secteurs (cinéma, comics, etc.), est-ce que cette alternance entre illustrations et comics, est une façon de toujours être créatif ?

Jock : Ce sont des choses qui arrivent. Je fais pas mal de travail pour des posters, avec Mondo par exemple, et c’est là aussi une expérience différente. Mais la vérité, c’est que j’aime autant les films que les comics. Donc quand j’ai eu l’opportunité de travailler sur des films, j’ai juste dit : « Oui ! ».

Mon approche sur chaque projet est toujours d’amener une vraie force. Les gens disent du coup que j’ai un style unique, en comics.

Travailler pour des films est une approche très différente et c’est bien d’avoir cela. Sur un gros film, c’est excitant mais je ne suis qu’un rouage dans la machine, une partie du process, dont le film est la conclusion.

Tandis que les comics ou les posters, mon travail est réellement celui que les gens voient. Je pense que si je faisais trop de l’un, l’autre me manquerait.

J’ai eu la chance de travailler sur des choses que je n’aurais pas pu imaginer, je n’ai pas à me plaindre. C’est agréable de pouvoir passer de l’un à l’autre.

 

LCF : Cela permet un bon équilibre entre chaque ?

Jock : Oui, oui, je pense.

 

LCF : Pour terminer, quel est votre point de vue sur le marché actuel du comics ? Aux USA, les ventes de singles sont en baisse. De l’autre côté, les ventes de TPB sont en hausse, est-ce selon vous une évolution logique de cette industrie ?

Jock : Je n’ai pas vraiment d’opinion tranchée sur le sujet. Les ventes de singles baissent mais quand j’ai commencé chez DC, les choses étaient généralement en hausse et c’était il y a 15 ans.

Le Batman Who Laugh #1 s’est vendu à 300 – 350 000 exemplaires, à l’époque, les meilleurs titres se battaient pour atteindre 100 000 ventes.

Le monde évolue, les éditions digitales comme Comixology et les autres progressent.

Quelqu’un m’a demandé hier si je trouvais que l’industrie du comics était saine et je le pense. C’est peut-être une réponse facile, mais je ne crois pas vraiment, je suis au courant de ce genre de choses mais ce n’est pas ce qui me préoccupe, mon travail est de faire ce que je fais.

 

LCF : C’est au-delà de ce qui concerne votre travail à proprement parler…

Jock : Oui, tout à fait.

 

LCF : Merci beaucoup pour votre temps

Jock : Avec plaisir, content de vous avoir vu. Merci !

 

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Jarvis est notre majordome. Les films nous font croire que c'est une I.A. mais en réalité, c'est un humain. Chez nous, c'est pareil. On vous croire que c'est un BOT LesComics.fr mais en fait, c'est un humain qui poste les contenus de l'équipe avec ce compte.