Posté il y a 1 mois par dans la catégorie Dossiers
 
 

Star Wars IX – L’ascension de Skywalker – On en parle !

Plutôt que de vous proposer une review classique, les membres de l’équipe qui ont vu Star Wars IX L’ascension de Skywalker ont voulu en parler

Pas forcément en détail mais de façon spoiler sur des moments critiques du film et comment il conclut la saga.

Mais avant d’embarquer dans le spoiler, petit retour de chacun avec un avis bref sur le film. Attention au sel, tout de même !

Les avis sur le film

Grincheux : Dire que je n’attendais pas franchement L’ascension de Skywalker serait un euphémisme. Les déclarations de J.J. Abrams ne m’incitaient pas à lui faire confiance. Il semblait renier ce qu’avait mis en place Rian Johnson. Certes, le film a fracassé le fandom mais aller jusqu’à nier son existence semblait une erreur grossière.

Pourtant, c’est ce qui arrive. Pendant toute la première heure, le réalisateur-scénariste va refaire son épisode VIII, donnant un sentiment de compression assez désagréable. Les dix premières minutes ne m’ont pas été agréables. Tout semble précipité pour réinstaller ce qui était à la fin de l’épisode VII. Pénible et épuisant, le film ne semble faire que des retours vers le passé, alors même que la trilogie me semblait vouloir aller de l’avant. D’abord, en installant des miroirs déformés, ensuite, en désacralisant les épisodes IV, V, VI. Mais ici, cela semble avoir été oublié. Et ce n’est pas l’ensemble du final, précipité et aux choix scénaristiques que je trouve ubuesques qui me feront dire le contraire.

Pourtant, il y a des choses à sauver. La photographie, déjà, très belle. Le duo que forme Rey et Kylo Ren. Adam Driver et Daisy Ridley sont toujours investis et ont une alchimie palpable et qui emporte tout dans les scènes où ils sont présents. Autre bon point, le film met en valeur Finn et Poe. Au détriment de Rose que Abrams éjecte comme une malpropre en quelques instants.

Cruelle déception que cet épisode. Loin des abysses où je positionne les épisodes I et II mais décevant.

 

 

Kit : Avec cet épisode IX : L’ascension de Skywlaker, J.J. Abrams fait ce qu’il a fait avec l’épisode VII : beaucoup de copié-collé de la trilogie originale. Pas forcément de prise de risque à l’inverse de Rian Johnson sur Les Derniers Jedi. Certes, de bons moments et bonnes idées mais aussi beaucoup trop de facilités. Le rapport Kylo/Ben et Rey est toujours aussi prenant et intense… L’une des meilleures choses de la trilogie. Mais il y a tellement de trucs qui font que j’en reste assez amer finalement, comme le trop gros souci de Monsieur J.J. : du fan service bien plus imposant ici que dans le VII. C’était aussi fortement attendu depuis Le réveil de la Force : l’évolution finale de Kylo Ren. Il a beaucoup de son grand-père Anakin Skywalker mais au final, il reste le fils de Han Solo

Mais malgré des bons moments, on ne s’attache pas aux personnages secondaires existants donc encore moins aux nouveaux venus pour cet épisode final. Le Grand méchant du film qui arrive dont ne sait où d’un coup. A la limite, il aurait pu être introduit dans le précédent mais là, ça n’arrange pas les choses de ce long métrage qui semble au final déconstruire tout ce qui a été bâti depuis dans les deux précédentes trilogies. Il reste un bon divertissement, mais enfant de la première trilogie et jeune adulte de la prélogie, je reste assez mitigé sur cette postologie. Préfère avoir des good vibes épisode par épisode sur The Mandalorian !

 

 

Chti : J’étais ressorti mitigé de l’épisode VIII. J’avais aimé certains aspects, mais je n’arrivais pas à le voir comme un “épisode” de la saga. Et avec tout le randam autour de cet épisode et de l’épisode IX, je suis allé en salle inquiet. À raison. J.J. Abrams propose de belles choses, réussit à me surprendre en ne rejetant pas tout de son prédécesseur voire même en allant dans son sens parfois. Mais il n’embrasse pas tout, et se permet donc de faire du début du film un épisode VIII.5 maladroit, confus et nécessitant de lire les déclarations autour du film pour mieux comprendre (sérieusement, ce serait Mustafar ?).

Et à vouloir faire cette transition qu’il n’a pas eu pour son histoire, il perd du temps, et rend son film rapide, beaucoup trop rapide, ne laissant aucune place pour le spectateur. Il ne nous est jamais possible d’éprouver le moindre sentiment tant tout est immédiatement désamorcé. Nous avons malgré cela de bons moments dans ce film, des réponses, quelques autres interrogations. Mais tout est trop mélangé. Et ce n’est pas seulement cet épisode, mais toute cette trilogie qui est ainsi. Il manque clairement une direction globale entre les trois films, un chef d’orchestre qui aurait permis l’harmonie entre chaque épisode, plutôt que deux personnes qui se répondent dans la négation et le rejet.

Les arcs de Kylo et Rey se concluent, mais avec ce sentiment de manque, pour eux mais surtout pour les autres personnages. Lecteurs de comics, je m’attends à en lire plus sur eux. Mais ceux qui ne se contentent que des films resteront sur leur faim.

Finalement, comme pour Les Derniers Jedi, je pense qu’il y a de bonnes choses dans L’ascension de Skywalker, c’est un Star Wars intéressant. Malheureusement, il ne s’emboite pas comme il faut dans une trilogie. Cette trilogie Disney est un échec à mes yeux : certains films Star Wars sont intéressants (Rogue One et Solo inclus, avec des nuances pour ce dernier), mais jamais une histoire construite sur un ensemble comme le demande une trilogie.

 

 

SpicyCactus : L’Ascension de Skywalker est un échec ! Tentant de nous faire oublier Star Wars VIII, J.J. Abrams nous propose ici un film rushé, bourrés d’incohérences, de facilités et aux personnages sans intérêt. Seul Kylo Ken a eu la chance de connaitre un petit développement lors de cette trilogie. Les rares bonnes scènes d’actions du film ne sauvent en aucun moment la débâcle et ne parlons même pas du scénario, complètement ridicule et sorti de nulle part. Il tente de compenser sa vacuité par un enchainement de péripéties qui n’avaient clairement pas leurs places dans un film censé clore une trilogie.

Si, individuellement, les films qui composent cette dernière trilogie sont de meilleure qualité que ceux de la prélogie (on peut tout de même discuter pour le III), cette postlogie a vraiment souffert de l’absence d’une direction claire et d’une vraie finalité. Le caractère complètement improvisé du récit saute aux yeux à chaque instant et cela est dérangeant au possible. C’est notamment flagrant lorsque l’on voit l’énergie folle que déploie J.J. Abrams pour déconstruire tout ce que Rian Johnson avait mis en place, rendant ce dernier encore plus anecdotique qu’il ne l’était déjà. C’est particulièrement vrai pour le personnage de Rey dont les origines ne cessent de changer selon le désir de qui est aux commandes.

Bref, vous l’aurez compris, Star Wars IX est une déception et j’espère, très sincèrement, que lorsque Disney nous annoncera la prochaine trilogie, ils auront pris la peine de réfléchir un tant soi peu en amont à une direction scénaristique et artistique à donner au récit.

 

Discussion spoilers :

Soyez prévenus, la discussion va pouvoir paraître désordonnée mais nous voulions conserver un aspect authentique. Elle a été réalisée en ligne avec les membres, sur plusieurs heures, découpées sur plusieurs jours et retranscrite ici.

 

SPOILER – cliquer ici pour le lire

Une fin gâchée ?

Chti : Ce que je retiens de L’ascension de Skywalker, c’est que J.J. Abrams est un fan du style connard. Le genre tellement fan qu’il s’imagine un bout d’univers. Mais sauce connard parce qu’il zappe ce qu’il n’a pas aimé. Genre 90% de l’épisode VIII.

Grincheux : Oui, clairement. Je trouve en plus qu’il flingue certaines idées ou thèmes que je pensais qu’il développerait dans la trilogie. Genre, tuer Ben, ça me paraît con mais à un niveau stratosphérique.

Chti : D’ailleurs, je le redis : cette trilogie souffre d’un manque d’une direction d’ensemble. Et c’était très con de faire revenir celui du premier volet sur le troisième du coup. D’autant plus qu’il n’aime pas le second volet. Genre, les origines de Rey, Johnson l’aurait su, il aurait pu en faire une révélation ou un travail n’amenant pas un truc chié sur le 9.

Grincheux : Surtout que là-dessus, Johnson à toujours dit qu’Abrams en savait rien. Et cette révélation est très conne, ça nique tout le perso de Rey. Sa construction et sa métaphore.

Chti : Bah, finalement, comme la saga Skywalker est une question de génération et d’héritage, dans le fond, ça fonctionne.

Grincheux : Mais le côté “fille de personne” de Rey était tellement passionnant. Là, ça flingue totalement le propos sur le besoin de changement, désacraliser et ne pas confier le pouvoir à une élite.

Chti : Je suis d’accord avec toi, c’est intéressant et ce que Johnson glisse comme quoi faut oublier le passé, faire du neuf aussi. Mais du coup, pas dans cette saga. Finalement, c’est la grosse erreur de Disney, avoir fait une trilogie qui suit l’épisode 6 dans la numérotation, et dans les protagonistes. Mais Disney joué cette même carte dans les comics et ça flingue le tout.

Grincheux : Le souci, c’est que si Rian Johnson ne le faisait pas là, il ne le faisait jamais. Parce que on ne sait rien encore de sa trilogie. Ni si elle se fera ou quoi d’autre. Mais ce qu’il raconte sur les persos de la trilogie originale fonctionne à ce moment. Montrer Luke comme quelqu’un qui a perdu la foi en la Force, c’est pertinent. Inscrire cette trilogie dans la thématique de la fin des idoles, c’est intéressant et d’actualité. Ça donne une densité politique inédite à SW. Mais Abrams n’a pas vu ça et ne veut pas voir ça. Il l’a dit en interview.

Mais c’était pas possible car, comme tu le dis, le gros problème de la trilogie est d’avoir deux réalisateurs qui ont des vues méga divergentes, sans quelqu’un au-dessus qui semble chapeauter le merdier.

Chti : Je veux du gris, moi. Qu’il y a un milieu entre Jedi et Sith.

Grincheux : J’ai tellement cru que ce serait ça le point d’arrivée de cette trilogie. Tout me semblait aller là. Ben et Rey ensemble dans le gris. Mais non, c’était plus simple qu’ils s’embrassent et que Ben meurt.

Chti : Ouais, c’était étrange ce baiser. Alors qu’il y a l’idée de la dyade qui est cool à explorer mais finalement, ça se fait pas.

Kit : Au final, elle disparaît avec Ben car sa Force et sa bonté sont en lui. Quand Ben disparaît, Leïa peut partir aussi.

Chti : Oui, Leïa a accompli sa destinée. D’ailleurs, sa séquence d’entraînement avec Luke montre que la boucle est bouclée pour elle. D’ailleurs, je veux tellement un comics là-dessus.

Grincheux : Idem pour le comics. C’est une jolie façon d’envisager la mort de Ben même si je trouve toujours qu’il n’aurait pas dû mourir.

Kit : Pareil pour le comics, je veux lire ça.

Personnellement, je trouve ça bien que Ben meurt, vu le nombre de gens qu’il a tué. Il est comme son grand-père, sauvé par l’amour des autres.

Grincheux : Justement, ça le fait trop ressembler à son grand-père et du coup, ça continue à ne faire exister cette postlogie que dans son rapport glorifié au passé.

SpciyCactus : Ouais et puis, la relation entre Rey et Ben est plus profonde que de l’amour.

 

Des révélations en bois et des gamineries ?

Grincheux : Cette bataille finale, on en parle ? Y a des centaines de vaisseaux, j’ai cru à un gros machin. Non, tout grille parce que Palpatine a plus d’électricité.

Kit : Ouais mais y a avait au moins Wedge dans le final ! Plus sérieusement, j’ai adoré le passage. Mais j’ai grillé le cerveau à chercher à remettre les perso. Genre quand toute la flotte arrive en renfort, j’ai buggé à chercher qui est qui. Mais c’est un super moment du film avec l’une des répliques les plus fortes : « ce n’est pas une armée, ce sont juste des gens ! ».

Kit : Après, même si c’est la fin de la saga Skywalker, on pourrait revoir Finn ou Poe. Parce que Finn qui semble lié à la Force, ça pourrait être exploré ensuite.

Chti : Non mais tout le monde est lié à la Force.

Grincheux : Non mais c’est une révélation moisie, ça. On le sait depuis le VIII.

Chti : Le VII, même.

Kit : Oui mais au moins, c’est acté maintenant, y a pas de débat possible.

Grincheux : Ouais, enfin, faut une confirmation en interview… Après, une suite avec Oscar Isaac, je pense pas. Quand on le voit en interview, il a l’air saoulé. Tout ce qu’il veut, c’est Finn et Poe en couple !

Chti : J’ai pas kiffé Poe dans le IX, décevant.

SpicyCactus : Je le voulais moi ce couple Finn/Poe. Mais quand tu vois les deux secondes de baiser gay censurées en Chine, ça ne serait jamais passé.

Grincheux : C’est vraiment dommage parce que quand tu vois l’alchimie entre John Boyega et O. Isaac, y avait moyen de faire un truc cool. Afin de sortir encore plus Star Wars de son côté WASP.

SpicyCactus : Franchement, je pense que ma scène préférée de toute la trilogie, c’est quand ils se font un câlin dans le VII !

Grincheux : Non, la meilleure, c’est Luke qui tej son sabre laser au début du VIII (oui, c’est juste pour faire rager). En vrai, ma préférée, c’est le combat dans la salle du trône de Snoke.

Kit : Non mais le IX est quand même hyper confus dans l’histoire. Pour avoir revu le VII, c’est fluide et ça parait plus clair.

Grincheux : Par contre, en y repensant, l’épisode IX a au moins réussi la mort de Leia. Même si je trouve que la séquence dans le VIII avec la projection de Luke marche mieux.

SpicyCactus : Ce qui me déçoit le plus dans la trilogie, c’est ce que l’obsession de Ben envers Vador n’est pas traité et même complètement passé à la trappe dans le dernier.

Chti : Je veux une fin différente parce que là, c’est raté. La bataille spatiale est franchement bof. Heureusement que le retour sur Tatooine est chouette.

Grincheux : Y a un sabre laser jaune donc, j’ai trouvé ça cool même si seuls les hardcore du lore comprendront la signification.

Chti : Non mais le combat contre Palpatine, il est nul. Ben se fait propulser tranquillement dans le trou. Et puis, ce que je veux, c’est une femme capable de s’en sortir seule, de s’élever sans aide extérieure, surtout d’un mec.

En remattant le VII, y avait ce côté « je peux faire ça même en étant une femme » et toute cette partie du VII était brillante. Finn était constamment en train de vouloir porter secours à Rey, et celle-ci qui lui dit « mais lâche-moi, merde ! », pour qu’au final ce soit elle qui le sauve à chaque fois. Je pense que J.J. Abrams a maladroitement voulu remettre de ça. Le côté « je me casse toute seule affronter ma destinée », ou même le fait qu’elle soit entrainée par Leia ! Dommage qu’il n’ait malheureusement pas pu faire ça bien…

Kit : Au final, Palpatine aurait dû arriver en cliffhanger juste à la fin du VII. Là, ça fait cheveu sur la soupe.

Grincheux : Honnêtement, J.J. Abrams fait pas son gosse avec le IX et suit ce que Johnson a placé, il fait une conclusion correcte. Mais le mieux aurait été de laisser Johnson conclure, d’après moi.

SpicyCactus : Ou prendre un troisième gugus un peu plus raisonnable.

Grincheux : Le pire, c’est que je ne considère pas Abrams comme déraisonnable mais j’ai l’impression que Disney s’est dit, on les laisse avoir leur vision tranquille. Du coup, ça fait une impression de gâchis parce que le gars s’est fait plaisir. D’ailleurs, il l’a dit récemment. Il s’en fout des avis, il a fait sa conclusion de rêve.

SpicyCactus : Ben, il est déraisonnable dans le sens où il a quand même voulu raconter sa merde malgré le VIII.

 

 

Pour ceux qui ne veulent pas être spoilés, nous avons largement été déçus par cette conclusion. L’ascension de Skywalker manque de structure dans la trilogie et parait souvent être un remake du VIII en plus d’être l’épisode IX.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.