Posté il y a 6 mois par dans la catégorie Videos
 
 

Jules et Nico au Roubaix Comics Festival – Interview

Clin d’œil Report : Interview de Benoit Debuisser, chargé de communication pour le Roubaix Comics Festival

Une intro

La 2ème édition du Roubaix Comics Festival s’est déroulée les samedi 7 et dimanche 8 mars 2020 à Roubaix, près de Lille, dans le Nord. Ce petit festival ne paie pas de mine au premier abord mais son côté familial (le dimanche propice aux balades familiales, le samedi étant « réservé » aux fans hardcores) donne une bouffée d’air frais dans le monde des festoches à plusieurs milliers de visiteurs par jour.  

Ce festival existe depuis 2006 et avait lieu d’abord à Lille (il s’appelait alors le Lille Comics Festival, itinérant à l’époque), puis fixé à Roubaix depuis l’édition 2019. Il est porté par l’association Art Thémis.

Cette année, le thème du festival était les super-héroïnes, le 8 mars étant la journée internationale des droits des femmes. Animations et conférences centrées sur ce thème ont eu lieu durant ce week-end, un tarif réduit pour les femmes le dimanche. Cette année proposait également une expo des œuvres de Laurent Zimny (voir plus bas).

Nous nous y sommes rendus sur la journée du dimanche. Un beau dimanche pluvieux comme le Nord sait merveilleusement bien les faire. Le lieu où s’est déroulé le RCF était atypique : la salle Henri Watremez, dans les Ateliers Jouret, « ancienne friche industrielle héritée de l’âge d’or du textile dans le Nord (qui) se situe au cœur de Roubaix » qui donnent une ambiance très conviviale, le plafond de verre étant particulièrement remarquable, un véritable puits de lumière ; un lieu propice à ce type d’événement en somme. Mais laissons là les considérations architecturale et touristique et revenons à nos moutons : le festoche sacrebleu !

Tout ce qu’on peut d’ores et déjà vous dire, c’est que nous avons pris un énorme plaisir lors de cette journée. Même si le public était peu nombreux (Coronavirus oblige…), l’ambiance était chouette, choucarde même ! On pouvait vraiment se permettre de flâner autour des stands des artistes, des maisons d’éditions et des exposants présents, libraires et autres revendeurs de Comics professionnels ou même des particuliers. Cela nous a permis également de prendre le temps de discuter, d’échanger avec tout ce petit monde, et c’est ça qu’on aime avant tout : le partage d’une même passion : la bédé !

Comme nous l’a dit Benoit Debuisser, chargé de communication pour le Roubaix Comics Festival, la vocation de ce festival est d’accueillir « des auteurs anglo-saxon mais également européens [du monde du Comics], les Italiens et Espagnols particulièrement qui apportent un nouveau trait, une autre approche (…) [plus européenne] de faire des comics (découpage, manière de raconter des histoires). »

Comme tout festival consacré au 9ème art, le RCF 2020 proposait au public divers événements.

L’interview de Benoit Debuisser :

 

Le Tour du Roubaix Comics Festival :

 

Les invités :

Parmi les invités, des italiens, trois espagnols, un allemand, un canadien, un gallois. Malheureusement, un grand nombre d’artistes italiens, neuf au total, a dû décliner l’invitation au dernier moment à cause de la propagation de ce satané coronavirus en Italie. Dans l’Artist Alley, beaucoup d’artistes du cru lillois également. Cela a donc donné une atmosphère assez étrange, des stands vides, un public épars, mais le côté positif du bazar, c’est que les artistes présents n’étaient pas débordés et nous avons pu rencontrer, échanger avec certains d’entre eux, parmi lesquels :

  • Raul Allén, dessinateur espagnol, (Wonder WomanSecret AvengersHawkeyeImmortal Iron Fist, Eternal Warrior) qui a collaboré avec entre autres Warren Ellis, Matt Kindt, Jeff Lemire et Ed Brubaker.
  • Laurent Zimny, artiste lillois, ancien architecte influencé par la BD franco-belge et les comics. Durant le RCF 2020, il a exposé ses nombreuses illustrations et ses réinterprétations personnelles de personnages. Et on peut dors et déjà vous dire que c’est notre 1er coup de cœur !
  • Patricia Martin, qui a bossé avec Steve Orlando sur Wonder Woman, avec Jeff Lemire sur la série Bloodshot Reborn, avec Matt Kindt sur le titre Ninjak, puis avec Robert Venditti sur les séries Wrath of Eternal Warrior etSecret Weapons.
  • Sedat Oezgen, dessinateur allemand qui a démarré sa carrière en 2009 et a travaillé pour IDW, Valiant entertainment, Zenescope Entertainment, Devils Due Publishing. Il dessine également pour le secteur médical et pour l’industrie du jeux vidéo. Ses prochains projets seront publiés chez PKMM entertainment.
  • Cary Nord, que nous n’avons fait qu’apercevoir (Superman,Wolverine, Wonder Woman, Ghost Rider, Star Wars, X-O Manowar, Thor, Conan pour lequel il a été primé du Will Eisner Comic Industry Award for Best Single Issue).
  • Juan Samu, dessinateur et encreur Barcelonais, a réalisé, entre 2015 à 2017, des projets pour Dark Horse et a illustré des couvertures pour IDW Back To The Futureet Rom & Micronauts. Il dessine également dans Transformers : Unicron et dans Marvel Action : Black Panther.
  • Bruno Ghys, artiste 100% boulonnais (de Boulogne/Mer quoi, donc du coin d’eul festoche !), auteur de Les Faiseurs de Nuées en 1998 aux Editions ERC Boulon ou de L’Arbre qui voulait voir la mer en 2001 chez Delphi.
  • Grégory Watine, dessinateur et gros lecteur depuis l’âge où certains tombent dans des marmites de potion magique, il est un fan de BD de tous styles et pays, avec un crayon. Rassemblant ses différentes influences dans ses illustrations, on y retrouve un style semi-réaliste issu du comics, associé à un héritage franco-belge par une touche d’ambiance, d’humour ou de poésie. Aujourd’hui, Grégory met ses crayons au service des particuliers, des professionnels.
  • Maxime Garbarini, dans l’Artist Alley, auteur illustrateur autodidacte lillois. Il se lance dans l’aventure webcomics en 2010 avec Close Call Comics, micro label online qui publiera plus de 80 pages des aventures de l’Heroic Patrol, super-héros de la Seconde Guerre Mondiale. En 2014 il rencontre Héctor Barros un artiste et coloriste espagnol avec qui il réalise les dessins de l’épisode 6 de The Pride, comics indé british mettant en scène une équipe de super-héros LGBT. Il publie HEROICS en novembre 2019 chez Northstar comics, qui reprend et étend le récit débuté sur le micro-label online. Notre 2ème coup de cœur !
  • Enfin, l’artiste auteur Pyel qui archimboldise son travail a été pour nous l’occas d’en prendre plein les mirettes avec un style caricatural et cartoon détonnant ! Il dirige dès 2005 des ateliers ayant pour objectif l’apprentissage du dessin animé à l’attention des plus jeunes, et s’active à la réalisation de ses propres concepts animés. L’un d’eux, baptisé « Herbes folles » en 2010, deviendra sous forme d’illustrations uniques son univers de prédilection : « Swing Green ». Ayant depuis participé à quelques fanzines, il scénarise et dessine des BD dans lesquelles il exploite sans relâche un système narratif hérité de son premier amour : le dessin animé.

Le programme du RCF 2020

– Le samedi, le RCF proposait en plus 3 conférences et 1 quizz :

  • Rétrospective Microéditeurs modernes de comics ;
  • Conan dans les comics
  • Pourquoi lire encore des comics ?
  • Le quizz « L’Italie dans les Comics »

– Le dimanche, 2 conférences, un quizz et un concours Cosplay :

  • Les héroïnes dans la Bande Dessinée
  • Le quizz « L’Espagne dans les Comics »

Sources :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

 


 
A l'origine féru de littérature en tout genre (Classique, SF, fantastique, historique, etc.), car littéraire de formation, et grand lecteur de BD franco-belge depuis que je sais tenir des trucs dans les mains, je me suis (re)mis aux Comics sur le tard suite à la création de la chaîne Youtube Jules et Nico. Le manga, c'était pour plus tard, au grand désespoir de ma bibliothèque (pour ne pas dire également de mon portefeuille).