Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Star Wars 9

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


La maîtrise de Kieron Gillen sur l'univers Star Wars
Le personnage de Aphra, toujours intéressant
Les dessins de Giuseppe Camuncoli sur Dark Vador et un scénario divertissant

Point(s) faible(s) :


Les visages de Salvador Larroca
Un arc faible pour Docteur Aphra


 
En résumé
 

Ce neuvième kiosque Star Wars est très bon. Les trois séries bénéficient de scénaristes talentueux qui confirment leur maitrise de l’univers malgré des dessins en dents de scie. Si Salvador Larroca dessine des visages vraiment laids, Giuseppe Camuncoli prouve une aisance pour dessiner les combats de sabre laser.

 
Sommaire
 

Episode 1 : Star Wars #40 - Les Cendres de Jedha III
Episode 2 : Star Wars #41 - Les Cendres de Jedha IV
Episode 3 : Docteur Aphra #16 - Hiérarchisation III
Episode 4 : Dark Vador #10 - Les Ténèbres Étouffent La Lumière IV
Episode 5 : Dark Vador #11 - La Règle des Cinq I
Editeur Kiosque :
 
Publié il y a 2 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

L’avis de Comics Grincheux :

Star Wars :

Histoire : Kieron Gillen
Illustrations : Salvador Larroca
Encrage : Salvador Larroca
Couleur : Guru-eFX

Suite du premier arc scénarisé par Kieron Gillen qui le voit continuer à s’appuyer sur bon nombre d’éléments instaurés dans Rogue One, le film sorti en 2016. Ce qui est très bien, c’est que ça donnait déjà une approche originale de la Force dans le long-métrage et ça continue ici en forçant Luke, alors qu’il est encore en apprentissage, à s’ouvrir à d’autres formes de puissances.

Bien entendu, on retrouve toujours la force de l’auteur, à savoir les dialogues et le sentiment d’être dans une forme de continuité face au cinéma. Les caractères sont bien entendu respectés et c’est surtout la relation entre Luke et Leïa qui marque le pas des deux épisodes. En conflit sur la marche à suivre, l’un voulant apprendre toujours plus d’éléments sur la Force, l’autre voulant des informations pour la Rébellion. Ils sont encore dans une forme de dualité où l’un et l’autre ne comprennent pas que ces deux objectifs sont finalement bien plus liés qu’ils ne peuvent le croire. Reste à savoir où Kieron Gillen emmènera cet aspect puisqu’il est limité par la période temporelle de la série (entre l’épisode IV et l’épisode V, pour rappel).

Encore une fois, l’action est au rendez-vous et je ne suis pas déçu par la narration de l’auteur qui parvient à donner de la profondeur à des personnages et des éléments esquissés au cinéma.

Du côté des dessins, le travail de Larroca sur les décors est clairement bon mais c’est surtout la colorisation sur la planète Jedha qui en met plein la vue, parvenant à mettre en avant l’aspect chaotique de la planète ravagée par l’Etoile de la Mort. Par contre, du côté des visages, c’est vraiment une catastrophe. L’artiste utilise des référentiels photographiques mais s’approche trop de la photo et donne au visage un aspect, poupée de cire, vraiment dérangeant. Certes, on retrouve parfaitement les visages des acteurs et actrices mais personnellement, je m’en fiche complètement. De même, les compositions de pages sont souvent trop sages, notamment dans les séquences d’action. Il y a un côté trop proche du respect des films qui dénature et enlève toute personnalité aux dessins.

Une note pour cette série :

 

Docteur Aphra :

Histoire : Kieron Gillen, Si Spurrier
Illustrations : Emilio Laiso
Encrage : Emilio Laiso
Couleur : Rachelle Rosenberg

Suite de l’arc où Aphra se retrouve en position de faiblesse face à son ancien assistant, le droïde Triple Zéro, si la situation est intéressante, elle a néanmoins du mal à passionner. On sent que Aphra tente de se sortir de cette situation mais qu’elle ne sait pas comment s’y prendre.

Le numéro la voit faire ce qu’elle fait de mieux : trouver un trésor pour le compte de son nouveau maître. Mais le vrai intérêt du numéro, c’est l’évolution (prévisible) de la relation entre la archéotechnologue et Tolvan. Leurs dialogues sont toujours aussi bons et maîtrisés et c’est ce seul échappatoire offert au personnage principal qui permet de respirer. Le reste du numéro étant convenu. La fouille va partir en vrille, il va y avoir un monstre, des morts, etc. Bref, du classique sans grande surprise, sauf le cliffhanger qui pourrait donner quelque chose d’intéressant dans le prochain numéro.

Une note pour cette série :

 

Dark Vador :

Histoire : Charles Soule
Illustrations : Giuseppe Camuncoli
Encrage : Daniele Orlandini
Couleur : David Curiel

Moi qui n’avait pas particulièrement apprécié le premier arc, je trouve que cette suite est beaucoup plus maîtrisée pour Charles Soule. La confrontation avec une Jedi beaucoup plus développée est plus intéressant que dans l’arc précédent. Évidemment, ici, c’est la fin et on a donc beaucoup d’action où la maîtrise de Giuseppe Camuncoli peut parler.

Ses pages éclatent la rétine, bien aidées par la colorisation très vive. Il parvient à montrer le manque de maîtrise du Seigneur Sith ainsi que le manque de confiance qu’il a envers Palpatine. Les combats sont très bien chorégraphiés, il y a une très bonne patate grâce à certaines idées de composition malignes.

Du côté de l’intrigue, Charles Soule a développé un personnage très intéressant en la présence de Jocasta Nu. Liée à la Force, elle offre à Vador une adversaire de poids et, comme je le disais, elle est plus intéressante que son adversaire du premier arc qui ne relevait que de la chair à canon. La fin du numéro montrant l’importance de ses actions.

Le second épisode du recueil propore le début d’un nouvel arc et début plein d’action mais moins intéressant que le précédent. Il y a encore plein d’action, ce qui permet à Charles Soule de laisser son dessinateur s’amuser comme un petit fou pour la mise en scène des pouvoirs.

Pour l’histoire, j’attends de voir où cela va nous emmener car je trouve que l’on tombe dans une forme de redite avec encore un test ou une crise de confiance à venir entre Dark Sidious et son apprenti. Pour autant, l’équipe de mercenaires était cool à suivre.

Une note pour cette série :

L’avis de Comics Grincheux

Encore un très bon numéro pour le kiosque Star Wars même si Docteur Aphra n’est plus autant au niveau depuis le nouvel arc. La suite du run de Kieron Gillen est très bonne, puisant généreusement dans la mythologie de Rogue One pour offrir une continuité à ce film et lui donner une force supplémentaire. Dark Vador est quant à elle, très divertissante même si on est loin de la qualité de la série précédente.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Star Wars 9

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Comics Grincheux, il y a 2 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #22827

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Ce neuvième kiosque Star Wars est très bon. Les trois séries bénéficient de scénaristes talentueux qui confirment leur maitrise de l’univers malgré des dessins en dents de scie. Si Salvador Larroca dessine des visages vraiment laids, Giuseppe Camuncoli prouve une aisance pour dessiner les combats de sabre laser.

    [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse [Review] Star Wars 9]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.