Le 1er collectif comics de France

 


 
 

She Hulk par Dan Slott Tome 1 chez Panini Comics

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


Une jolie étude du personnage.
Un casting de personnages secondaires très bon.
Les situations et le côté boîte à jouets qui fonctionnent très bien.
Les dessins de Juan Bobillo

Point(s) faible(s) :


Les autres dessinateurs.
L'insertion de moments qui ont eu lieu dans d'autres séries.


 
En résumé
 

Gamma ! She-Hulk débarque en Deluxe chez Panini Comics avec le run de Dan Slott. Après John Byrne, c’est un nouvel épisode de la carrière de la cousine de Hulk qui arrive chez Panini Comics. Et un qui a une bonne réputation en plus. Mais bon, méfiance, il paraît que John Byrne était excellent et […]

 
Infos techniques
 

Scénario : Dan Slott
Dessin : Juan Bobillo, Paul Pelletier, Scott Kolins, Mike Mayhew, etc.
Publié il y a 1 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Gamma !

She-Hulk débarque en Deluxe chez Panini Comics avec le run de Dan Slott. Après John Byrne, c’est un nouvel épisode de la carrière de la cousine de Hulk qui arrive chez Panini Comics. Et un qui a une bonne réputation en plus. Mais bon, méfiance, il paraît que John Byrne était excellent et j’ai lâché après 6 épisodes !

Jennifer Walters en avant

On débarque avec une Jennifer Walters qui passe son temps en She-Hulk, s’éclate dans tous les sens du terme et fait passer son alter-ego avant elle-même. Mais quand un cabinet d’avocats la contacte pour que Jennifer Walters les aide à défendre des super, elle va devoir modifier son comportement et redécouvrir qui elle est. C’est un très bon de départ. On pourrait avoir peur car She-Hulk est une fêtarde au début de l’intrigue : elle sort en boîte, couche beaucoup avec d’autres hommes. Le portrait pourrait terrifier mais Dan Slott rassure car il va montrer que ce comportement cache de nombreuses choses qu’elle enfouie. Comme pour Hulk, la mutation gamma révèle des failles psychologiques que Dan Slott explore très bien.

Sans en faire trop, il parvient dans les différents arcs à montrer une évolution et un changement de comportement pour Jennifer Walters. Elle va se ré-accepter, montrer que ses deux personnalités peuvent être se compléter et vivre en harmonie. Il y a un parcours d’héroïne pour une femme qui n’a jamais été mise en avant dans des séries au long cours. Dan Slott entend rectifier cela en la confrontant à elle-même. Les courts arcs mettent en avant des petits cas de conscience, des nécessités pour elle d’évoluer. Et c’est plaisant car on a rarement, dans les comics, un personnage qui se modifie et se bonifie autant en si peu de temps.

Vashement bien !

Et pour cette évolution, elle peut compter sur un gros casting de personnages secondaires. Un casting diversifié, avec des personnages différents, qui accompagnent l’évolution de Jen. On retiendra surtout Pug en amoureux transi et malheureux de l’héroïne. Il faut aussi que Dan Slott s’amuse à mettre beaucoup de concepts qui l’amusent comme le Tribunal Vivant ou la TVA et s’insère parfaitement dans des moments importants de l’Histoire Marvel. On notera quand même que cela l’empêche parfois de fluidifier sa narration.

Le bémol consiste dans les derniers numéros. Comme Panini l’explique, il y a eu deux séries She-Hulk par Dan Slott. Comme ce que l’on connaît aujourd’hui, Marvel a annulé la première et relancé une deuxième série dans la foulée. Dan Slott reprend ce qu’il avait laissé en suspens mais on sent aussi qu’il se cherche à nouveau, multipliant les pistes et ces numéros partent un peu dans tous les sens. On a du mal à voir où l’ensemble va aller. Mais on attendra le deuxième et dernier tome afin de se faire un avis plus définitif.

Du côté des dessins, on parlera surtout de la prestation de Juan Bobillo qui illustre la grande partie des numéros. Son trait peut rebuter car très simple et chiche en détails. Pourtant, il y a une grande expressivité dans ce dessin. Les émotions des personnages du récit sont parfaitement mises en avant grâce à un excellent travail sur la gestuelle et les visages. Cela accompagne très bien le script, si bien que quand on passe au style de Paul Pelletier, très classique, on a tendance à se dépêcher, histoire de retrouver le fabuleux trait de Bobillo. Il marque de façon indélébile le personnage et c’est vraiment une belle découverte.

Bref, ce tome 1 du run de Dan Slott sur She-Hulk disponible en Deluxe chez Panini Comics est un vrai plaisir. On y suit un examen de l’héroïne et de sa dualité, qui s’inscrit à la fois parfaitement dans la continuité du travail sur les Gamma mais aussi dans la veine humoristique que John Byrne. Mais mieux écrite, Dan Slott s’amuse comme un petit fou et nous procure beaucoup de plaisir de lecture.

 

Ils ont kiffé :

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums She Hulk par Dan Slott Tome 1 chez Panini Comics

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.