Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Wonder Woman Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Une réinvention originale du personnage
La plongée dans la mythologie grecque


 
En résumé
 

Sang neuf pour la mythologie grecque Guerrière farouche et princesse des Amazones, Diana a quitté son île pour rejoindre le Monde des Hommes en tant que Wonder Woman ! Mais en sauvant une jeune femme de griffes de monstres mythologiques, elle ne s’attendait pas à lever le voile du mystère de ses origines. Suite à […]

 
Infos techniques
 

Histoire : Brian Azzareloo
Dessin : Cliff Chiang, Tony Akins
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 7 juin 2017 par

 
Dans le détail...
 
 

Sang neuf pour la mythologie grecque

Guerrière farouche et princesse des Amazones, Diana a quitté son île pour rejoindre le Monde des Hommes en tant que Wonder Woman ! Mais en sauvant une jeune femme de griffes de monstres mythologiques, elle ne s’attendait pas à lever le voile du mystère de ses origines. Suite à sa découverte, Diana va devoir affronter la colère d’Héra et les machinations des autres dieux de l’Olympe.

A l’occasion de l’arrivée en France du DC Rebirth dans tous les kiosques et toutes les bonnes librairies et de la sortie ciné du film centrée sur l’Amazone de DC comics, retour sur le 1er tome de la princesse guerrière lors du New 52 ( DC Renaissance pour Urban Comics).

L’avis du Kit :

Hippolyte & Diana, mère & fille

2011 marque un tournant pour  la Distinguée Concurrence. Elle décide de rebooter tout son univers, là où le concurrent, la Maison des Idées poursuit sa continuité établie. DC Comics charge des équipes créatives conséquentes de relancer tous les héros de la firme.  C’est à Brian Azzarello ( Joker, Luthor :Man of Steel, 100 Bullets, Flashpoint : Batman,  Knight of Vengeance…) de s’occuper de Diana Prince alias Wonder Woman, princesse amazone de Themyscira. L’auteur redonne un coup de frais à la mythologie grecque dans laquelle l’héroïne a toujours été bercée. Le Panthéon divin de l’Olympe vit ici de manière contemporaine tel que n’importe qui au début de ce XXIème siècle. On a donc un Arès, Dieux de la Guerre, fatigué, usé, alcoolique, un Apollon  “m’as-tu vu ” et “blingbling“, une Héra esseulée telle une Desperate Housewife…On est bien dans une histoire de Azzarello, toujours habitué à écrire des polars. Oui car le scénariste livre bien un polar chez les divinités grecques. Zeus a disparu, et les rivalités internes apparaissent donc parmi ses successeurs. On se croirait d’ailleurs presque dans une guerre de succession entre gangsters de la Mafia. Et comme dans toute guerre, on s’attaque d’abord au plus faible. Ici, c’est un bébé, issu une nouvelle fois des infidélités du Dieu des dieux depuis disparu. C’est sans compter sur Diana/Wonder Woman qui fera tout pour protéger le bambin toujours présent dans le ventre de sa mère, Zola, des agissements de Héra et de ses enfants. Durant sa mission, l’Amazone apprendra quelles sont ses réelles origines et devra alors se trouver de nouveaux  alliés, bien plus proches à ses yeux qu’elle ne croit, pour sauver l’enfant et sa mère. Une histoire vraiment intéressante à lire avec une super héroïne très mature, déterminée et avec un grand sens du leadership .

Coté dessin, c’est l’illustrateur Cliff Chiang (Paper girls, Zatanna, Human Target…)  qui signe ici une majeure partie des planches avec un travail dynamique et fluide et des traits au style cartoon qu’on lui connaît. Un trait qui pourrait dénoté avec la violence et le coté cru de l’histoire mais qui, justement, permet de bien s’y plonger et s’y immiscer. Tony Akins remplace ici Chiang sur deux chapitres, mais les traits de ce second artiste s’avère assez identique voir quasi-similaire, ce qui fait que l’ensemble du recueil est assez homogène et uniforme au niveau graphique. En bonus, Urban Comics nous offre les croquis préparatoires des personnages ainsi que les différents couvertures US

2011, DC Comics reboot Wonder Woman sur un scénario du génial Brian Azzarello avec des bons dessins de Cliff Chiang et Tony Akins
L’équipe artistique nous donne une Diana/Wonder-Woman, princesse des amazones, que l’on connaît tou(te)s tout en y injectant de nouvelles révélations sur ce personnage charismatique de la Trinité de DC Comics. Ces révélations font que l’amazone se sente encore plus proche de la jeune femme qu’elle doit protégée. Un très bon 1er tome New 52 de l’Amazone de la Distinguée Concurrence nous replongeant dans la mythologie grecque avec un grand plaisir et de façon plus que modernisée. Un reboot régal à lire et relire .
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Toutes les images présentes sur ce site sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Elles sont utilisées au titre du droit de citations prévu par l’Art.L.122-5 3° du Code de la propriété intellectuelle.

Pour toute réclamation, contactez nous
Lien direct : https://www.lescomics.fr/reclamation-droit-dauteur/

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Trentenaire originaire du Grand Ouest. Fan de ciné, de comics, de SF, d'Heroic Fantasy. Bercé par les années 80, forgé par le années 90, mes goûts pour la pop culture de ces deux décennies précises s'y retrouvent. Les années 80 m'ont fait découvrir les comics via les éditions Lug et l'univers Star Wars.


Vos commentaires :

0 Comments



Soit le premier à commenter


Tu dois t'identifier pour poster un commentaire