Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Gretch & Ferragus Dragons Mégalos Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


C'est parfois rigolo
Le style comique rafraîchissant
Identité graphique

Point(s) faible(s) :


Certaines blagues font un bide
Manque de contexte
Traduction pas toujours au top


 
En résumé
 

Gretch & Ferragus se présente comme un comic-book humoristique plutôt sympathique mais qui souffre d’un rythme saccadé. Si le dessin convient très bien au genre, la narration pourra laisser le lecteur assez hermétique, l’auteur ne livrant que peu du contexte de son histoire.

 
Infos techniques
 

Histoire : Joshua Wright
Dessin : Joshua Wright
Encrage : Wombastic
Editeur :
 
Publié il y a 2 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Un titre qui fera long feu ?

Ferragus et sa sœur Gretch sont deux dragons. Si Gretch prend son rôle de dragon au sérieux et n’a de cesse d’amasser fortune pour avoir un beau trésor sur lequel trôner et attirer des aventuriers qu’elle se réjouit de réduire en cendres, Ferragus est plus dilettante, préférant se la couler douce, terrorisant les humains mais sans se fatiguer .

L’avis de Prime Sinister

Gretch et Ferragus n’est pas un comic-book à proprement parler. On se retrouve plutôt face un un style hybride entre le comic-strip (mais si vous savez, ces bandes dessinées qui tiennent en une ligne horizontale de quelques cases, comme Snoopy), style dont je suis assez fan et la BD Franco-Belge humoristique à la Gaston Lagaffe (avec un gag par page), dont je suis totalement fan. Bon, je vais être clair tout de suite, Gretch & Ferragus n’est pas du même niveau, loin de là.

Un des gros reproches que j’ai à faire au titre est son manque de contexte. Pour tout vous dire, on en apprend plus grâce à la 4e de couverture qu’en lisant l’œuvre. On devra se contenter d’un “c’est des dragons, les dragons, ça tue des humains et ça amasse du pognon dans un donjon”. Mais bon, sur de la BD humoristique, si les gags fonctionnent, on peut se passer d’un contexte riche. Même si celui-ci peut aider le lecteur à s’attacher aux personnages.

Car la difficulté dans ce style, c’est la régularité. Il faut que chaque page vous donne envie de lire la suivante, soit parce qu’elle vous a fait rire, soit parce qu’elle vous a ému soit parce qu’elle vous a amené à réfléchir (je pense bien sûr au célèbre beagle et à ses réflexions philosophiques dispensées du toit de sa niche, la truffe pointée vers le ciel).

Gretch & Ferragus ne remplit que très partiellement ses objectifs, plus souvent drôle que philosophique, rarement poétique. Le titre m’aura fait rire une fois, fait souffler par les narines (mais si quand on rit juste un petit peu) une dizaine de fois et m’aura laissé quelque fois circonspect. En effet j’ai eu l’impression de passer à côté de certains gags, ne comprenant pas du tout ce que l’auteur essayait de transmettre. Il faut reconnaître qu’une culture geek est fortement recommandée (inutile de dire que J. Wright doit sûrement être un gros fan du Seigneur des anneaux tant les références sont omniprésentes) et je suppose que parfois, il me manquait la référence. Pourtant, sans être du niveau de mon collègue vidéaste Sn Parod, j’ai mon petit niveau. Ou peut-être était-ce à cause de la traduction. Sans être réellement mauvaise, la traduction dans ce style d’ouvrage est assez difficile et demande un certain talent. Localiser des jeux de mots dans une langue étrangère, ou des allusions à des référence qui ne sont pas culturellement les nôtres est un périlleux exercice et sans être catastrophique, la traduction est loin de s’en sortir avec brio. Dommage, il y a bien 4 ou 5 pages que j’ai lu en me disant “bon, y a un truc que j’ai pas compris là”.

Quant au style graphique, il est plutôt agréable et pour le coup ne souffre d’aucun défaut : je le trouve vraiment parfaitement adapté. Dans la même veine que celui de Skottie Young, Joshua Wright nous livre un travail à la fois très cartoony dont on sent qu’il peut basculer dans le trash assez rapidement, sans que cela soit choquant. Jouant sur l’expression des yeux et le sourire de ses personnages, l’auteur-illustrateur nous fait rentrer assez facilement dans son univers avec son dessin. Dommage que les histoires qu’il nous raconte nous laissent parfois un peu de côté.

Gretch & Ferragus se présente donc comme un comic-book humoristique sympathique mais qui souffre d’un rythme saccadé. Si le dessin convient très bien au genre, la narration pourra laisser le lecteur assez hermétique, l’auteur ne livrant que peu le contexte de son histoire.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

Les mots clé de cet article
avis comique dragons Humour Joshua Wright review

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Gretch & Ferragus dragons mégalos tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  PrimeSinister, il y a 2 semaines et 1 jour.

  • Auteur
    Messages
  • #28275

    PrimeSinister
    Modérateur

    Gretch & Ferragus se présente comme un comic-book humoristique plutôt sympathique mais qui souffre d’un rythme saccadé. Si le dessin convient très bien au genre, la narration pourra laisser le lecteur assez hermétique, l’auteur ne livrant que peu du contexte de son histoire.

    [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse Gretch & Ferragus dragons mégalos tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.