Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Dans l’abîme du temps

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Dessin ciselé.
Ambiance pesante .
Adaptation parfaite.

Point(s) faible(s) :


Un petit manque de travail sur la psychologie du héros.


 
En résumé
 

Une formidable adaptation de la nouvelle de Lovecraft. Gou Tanabe parvenant avec brio à retranscrire l’univers du romancier américain tant à l’écrit que visuellement. Je n’espère qu’une seule chose : que Gou Tanabe continue à nous offrir ces magnifiques interprétations lovecraftiennes.

 
Infos techniques
 

Histoire : Gou Tanabe
Dessin : Gou Tanabe
Editeur :
 
Publié il y a 1 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Bouffé par les mythes

Le Dr. Peaslee, professeur d’économie est pris d’une attaque alors qu’il donne l’un de ses cours à l’Université de Miskatonic. Un matin, il se réveille et découvre avec stupeur que 5 années se sont écoulées. 5 années durant lesquelles il semble avoir agi d’une manière très étrange, comme s’il était devenu une autre personne, 5 années dont il ne conserve aucun souvenir. Désormais maître de lui même, le Dr. Peaslee va tenter de découvrir ce qui lui est arrivé.

L’avis de Prime Sinister

Dans l’abîme du temps de Gou Tanabe est une nouvelle adaptation de l’œuvre éponyme d’H.P. Lovecraft, célébrissime auteur de SF américain. En effet, l’auteur dessinateur avait déjà proposé une excellente adaptation en deux tomes des Montagnes Hallucinées.

Mettre en image du Lovecraft est une gageure. Ce dernier décrivant très fréquemment ses paysages et constructions comme incompréhensibles, indescriptibles par le cerveau humain et obéissant à des règles physiques différentes de celles de notre monde. Pourtant, Gou Tanabe parvient à relever le défi, ou du moins à faire illusion. Je ne suis que peu amateur de mangas d’habitude, notamment à cause des dessins que je trouve souvent très surchargés d’effets de mouvements et à la limite du lisible, dont l’anatomie humaine m’apparaît trop déformée pour que j’arrive à m’y intéresser.

Cependant, Gou Tanabe nous livre un travail très propre et très agréable, avec un tracé fin qui jongle habilement entre douceur des corps, rigueur des visages et architectures fantasmagoriques. L’auteur démontre un talent certain dans l’expressivité des personnages, particulièrement dans son dessin des yeux. Gou Tanabe est en effet capable d’instiller une palette très large de sentiments à ses protagonistes, rien qu’avec leur regard dont il semble capter parfaitement l’essence. D’un œil vitreux témoignant de l’état de désorientation d’un personnage, à la pointe de folie dans une pupille en passant par des yeux sûrs d’eux mâtinés d’une pointe d’inquiétude, le dessinateur ne commet jamais quelque impair que ce soit et l’on ressent parfaitement ce que vivent ses sujets.

En ce qui concerne l’histoire, le mangaka semble avoir aussi parfaitement saisi les intentions et l’état d’esprit de Lovecaft. Ce qui n’est pas une mince affaire et qui ne semble pas sans risques. En effet, le célèbre auteur américain était réputé pour sa psyché instable, tant et si bien que l’on vient à se demander s’il ne voyait pas réellement ce qu’il écrivait. On retient d’ailleurs de cette histoire son côté excessivement moderne. Il faut savoir que Lovecraft a écrit sa nouvelle dans les années 1930. Les thèmes abordés (transfert de conscience, voyages temporels) sont à mon sens d’une modernité folle et j’ai dévoré cette adaptation avec passion sans jamais ressentir quelques désuétudes dans l’histoire. Je regrette juste que les relations entre Nathaniel Peaslee et le reste de sa famille furent survolés, et que globalement le héros n’eut pas bénéficié d’un réel travail de caractérisation. Cela renforce cependant le sentiment qu’il n’est qu’une coquille vide, réceptacle à une entité qui lui est supérieure.

Lovecraft est, quelque part, l’un des premiers à avoir créé un univers partagé, bon nombre de ses ouvrages s’imbriquant dans un univers commun. Après nous avoir offert les Montagnes Hallucinées, Gou Tanabe continue son exploration du Lovecraftverse et nous entraîne bien volontiers dans l’aventure. Vivement la suite.

Bref, Dans l’abîme du temps est une formidable adaptation de la nouvelle de Lovecraft. Gou Tanabe parvenant avec brio à retranscrire l’univers du romancier américain tant à l’écrit que visuellement. Je n’espère qu’une seule chose : que Gou Tanabe continue à nous offrir ces magnifiques interprétations lovecraftiennes.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

Les mots clé de cet article
Adaptation avis Gou Tanabe H.P. Lovecraft Manga

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Dans l’abîme du temps

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  PrimeSinister, il y a 1 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #30513

    PrimeSinister
    Modérateur

    Une formidable adaptation de la nouvelle de Lovecraft. Gou Tanabe parvenant avec brio à retranscrire l’univers du romancier américain tant à l’écrit que visuellement. Je n’espère qu’une seule chose : que Gou Tanabe continue à nous offrir ces magnifiques interprétations lovecraftiennes.

    [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse Dans l’abîme du temps]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.