Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Billionaire Island

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
64 votants

 

Point(s) fort(s) :


Une catharsis puissante.
Les dessins de Steve Pugh, créant un contraste fascinant.
La satire fonctionne…

Point(s) faible(s) :


… Mais elle aurait pu (dû ?) aller encore plus loin dans l'absurde.


 
En résumé
 

Pognon-Lanta Billionaire Island édité chez Urban Comics est la nouvelle série de Mark Russell. Ici, co-créé avec Steve Pugh, déjà partenaire artistique sur Les Pierrafeu (inédit en VF, quel dommage). Ensemble, ils nous proposent de découvrir une île où les milliardaires se sont réfugiés après avoir achevé de détruire la planète. A bâbord ! Comme […]

 
Infos techniques
 

Scénario : Mark Russell
Dessin : Steve Pugh
Couleur : Chris Chuckry
Publié il y a 4 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Pognon-Lanta

Billionaire Island édité chez Urban Comics est la nouvelle série de Mark Russell. Ici, co-créé avec Steve Pugh, déjà partenaire artistique sur Les Pierrafeu (inédit en VF, quel dommage). Ensemble, ils nous proposent de découvrir une île où les milliardaires se sont réfugiés après avoir achevé de détruire la planète.

A bâbord !

Comme à son accoutumée, Mark Russell nous propose une satire violente et terriblement à-propos. Clairement, si vous pensez que les milliardaires font le bien dans notre monde, qu’ils peuvent et ont envie de solutionner les problèmes qu’ils ont engendré, Mark Russell vous prouvera avec un humour féroce que ce ne sera pas le cas. On va suivre le point de vue de deux personnages : un homme qui cherche à se venger et une journaliste, cherchant à faire éclater la vérité. Commençons tout de suite par ce qui ne fonctionne pas : eux. Ils sont caricaturaux, lourdingues et bêtes. Surtout l’homme, caricature de mec cherchant à se venger. La journaliste a pour elle d’avoir une mission vertueuse qui va bien avec le thème du récit et elle côtoie bon nombre d’individus sur l’île.

Mark Russell s’attarde trop souvent sur eux et c’est un peu dommage. Car, j’aurai aimé qu’ils se collent plus aux excentricités toutes plus absurdes les unes que les autres des milliardaires. Il y a un grand nombre de situations loufoques et pourtant pas si déconnantes. Mais en se collant trop aux individus normaux, il ne va pas assez loin dans sa satire. Finalement, l’ensemble aurait dû être un peu plus mordant et plus féroce. Suivre encore plus ces fous milliardaires, poussez plus loin les curseurs.

Sarcasme cathartique !

Le récit manque finalement d’un quelque chose. Il enfonce des portes ouvertes, avec des personnages caricaturaux à souhait. Mais ce n’est pas réellement un défaut puisque la satire fonctionne en tant que telle. Et surtout, elle fonctionne souvent sur ces principes mêmes. Mais Mark Russell nous a habitué à mieux dans ses travaux comme Wonder Twins ou surtout Prez. Pourtant, le scénariste parvient toujours à trouver des idées folles et surtout il écrit des dialogues simplement géniaux. Bravo d’ailleurs à Arnaud Tomasini pour la traduction qui met en valeur et respecte le style du scénariste. Il réadapte de manière intelligente les propos et met en valeur la pertinence du récit dans sa postface.

Car c’est peut-être le plus atroce dans cette histoire : c’est une satire mais nous vivons déjà dans le monde de Billionaire Island ! Ceux qui détiennent les richesses polluent plus que le reste du monde et n’en ont rien à foutre. Il y a donc une forme de catharsis qui s’exerce via le titre. Car on aimerait être ce type qui se venge froidement et salement sur des milliardaires qui lui ont fait tout perdre. Ou cette journaliste qui veut faire éclater une vérité simple. Et là-dessus, le récit marche impeccablement ! Mark Russell nous fait détester ces milliardaires, opulents, vautrés dans un confort et une débauche nauséabonde.

Et le dessin de Steve Pugh offre un contraste saisissant. Son trait est léger, fin et doux. Pourtant, il parvient à donner des visages détestables aux milliardaires. L’ensemble du casting est très expressif mais les visages des milliardaires sont saisissants de vice. Et là encore, ils s’additionnent pour l’esprit cathartique du titre.

Bref, Billionaire Island que nous propose Urban Comics est un très bon récit. Il possède des défauts intrinsèques. Pourtant, il offre une catharsis frappante alors qu’on vit à une époque où les milliardaires possèdent tant et détruisent encore plus.

 

Ils ont kiffé :

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

Les mots clé de cet article
avis critique review

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums Billionaire Island

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42439
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Pognon-Lanta Billionaire Island édité chez Urban Comics est la nouvelle série de Mark Russell. Ici, co-créé avec Steve Pugh, déjà partenaire artistiqu
      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Billionaire Island]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.