Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Aquaman Rebirth Tome 5

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


La lutte entre les différentes factions.
Une bonne conclusion au run de Dan Abnett.
Les dessins.

Point(s) faible(s) :


La gestion de l'action et du rythme.


 
En résumé
 

Aquaman Rebirth Tome 5 clôt de manière tout à fait satisfaisante le run de Dan Abnett sur le personnage. Les intrigues politiques laissent la place à l’action et même si l’auteur semble moins inspiré et à l’aise dans ce domaine nous avons tout de même droit à un récit de qualité nous offrant une bonne conclusion.

 
Infos techniques
 

Histoire : Dan Abnett, Rob Williams
Dessin : Kelley Jones, Robson Rocha, Riccardo Federici, José Luis, Joe Bennett
Encrage : Kelley Jones, Daniel Henriques, Danny Miki, Riccardo Federici, Jordi Tarragona, Vicente Cifuentes
Couleur : Michelle Madsen, Sunny Gho, Adriano Lucas
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 3 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Le roi est mort, vive le roi !

L’avis de Spider-Matt :

Alors que Corum Rath s’enfonce toujours plus dans ses rêves de grandeurs et de conquêtes et qu’il se laisse corrompre par la magie Atlante, Aquaman et la résistance font tout pour mettre un terme aux agissements de ce roi fou. Batailles désespérées, trahisons et actes de bravoure sont au menu de ce dernier tome qui clôt le run de Dan Abnett sur la série.

La majorité du tome est une course contre la montre afin de mettre fin au règne de Corum Rath. Différentes solutions vont être envisagées et la situation paraîtra assez souvent désespérée. Le ton politique du run de l’auteur est ici un peu mis de côté pour se concentrer sur la guerre intestine déclenchée par la destitution de Arthur. La magie est encore une fois au cœur du récit ainsi qu’un lourd secret lui étant rattaché. Dan Abnett lâche les rennes et fait dans le grandiose avec des batailles féroces auxquelles toutes les factions de l’Atlantide participent. Batailles féroces mais souvent trop vites avortées, la résistance étant forcée à de trop nombreuses fois à mon goût à fuir et à se cacher avant de reprendre le combat. Ça traîne donc parfois en longueur, le rythme est souvent cassé et on se rend compte que le scénariste est plus à l’aise dans les dialogues et intrigues politiques que dans l’action pure. On pourra toutefois y voir un dernier questionnement sur la responsabilité du peuple quant à l’élection et au choix de son souverain. La colère pouvant vite aveugler les jugements et pousser à choisir une personnalité extrême. La fin de cet arc est tout à fait satisfaisante et se termine avec deux événements majeurs pour l’Atlantide. Si l’un des deux était assez logique et attendu, le second est assez surprenant et étrangement amené, avec une explication un peu facile et vite expédiée, mais peut s’avérer intéressant à traiter pour l’auteur qui prendra la relève.

Le personnage de Dolphin est assez touchant et bien écrit. J’ai beaucoup aimé son traitement et sa personnalité, toute en retenue. De plus étant muette les dessinateurs ont la lourde de tâche de retranscrire ses émotions et ce qu’elle veut dire via des expressions faciales précises. À l’inverse j’ai beaucoup moins aimé les choix assez douteux et parfois incompréhensibles de Murk. C’est une vraie girouette qui ne semble pas savoir ce qu’il veut.

L’histoire se termine sur un crossover avec la Suicide Squad. C’est divertissant et ça se laisse bien lire. Je ne peux pas trop entrer dans les détails sans risquer de dévoiler l’un des deux événements majeurs précités mais la politique internationale étant au centre du récit, le gouvernement américain, du moins certaines personnes en faisant partie, vont prendre la décision d’ordonner à Amanda Waller de faire intervenir son escadron suicide directement en Atlantide. Je ne suis pas très client de la série Suicide Squad mais scénaristiquement son intervention était assez logique et justifiée, ce qui permettra de revenir sur des questionnements géopolitique et les relations de méfiances qu’entretiennent les Terriens et les Atlantes.

Plusieurs dessinateurs participent à ce tome. Riccardo Federici réalise un travail remarquable avec un trait très fin, beaucoup de coups de crayons et de détails mis en valeurs par les très belle couleurs pastelles choisies par Sunny Gho. Je retiendrai aussi tout particulièrement les prestations de José Luis et Joe Bennett qui interviennent lors du crossover avec la Suicide Squad et qui font du très bon travail avec des constructions de planches et des pleines pages magnifiques.

Bref, Aquaman Rebirth Tome 5 clôt de manière tout à fait satisfaisante le run de Dan Abnett sur le personnage. Les intrigues politiques laissent la place à l’action et même si l’auteur semble moins inspiré et à l’aise dans ce domaine nous avons tout de même droit à un récit de qualité nous offrant une bonne conclusion.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


Vos commentaires :

Accueil Forums Aquaman Rebirth Tome 5

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Spider-Matt, il y a 2 mois et 2 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #27118

    Spider-Matt
    Modérateur

    Aquaman Rebirth Tome 5 clôt de manière tout à fait satisfaisante le run de Dan Abnett sur le personnage. Les intrigues politiques laissent la place à l’action et même si l’auteur semble moins inspiré et à l’aise dans ce domaine nous avons tout de même droit à un récit de qualité nous offrant une bonne conclusion.

    [Retrouvez l’article de spider-matt à l’adresse Aquaman Rebirth Tome 5]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.