Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Bloodborne Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
13 votants

 

Point(s) fort(s) :


Des réutilisations intelligentes du gameplay du jeu
Une utilisation pertinente de la mythologie
Insuffle de la vie à Yharnam

Point(s) faible(s) :


Les non-joueurs ne comprendront pas toutes les références


 
En résumé
 

Bloodborne saura réjouir les fans du jeu vidéo en montrant un travail précis de réutilisation de la mythologie ainsi que des éléments qui font le jeu (morts, armes trompeuses, etc.). Il insuffle vie et émotion dans cet univers. Il constitue donc un incontournable pour les fans qui m’a replongé avec plaisir à Yharnam.

 
Infos techniques
 

Histoire : Ales Kot
Dessin : Piotr Kowalski
Couleur : Brad Simpson, Kevin Enhart
Editeur :
 
Publié 26 octobre 2018 par

 
Dans le détail...
 
 

Né(e) dans le sang

Bloodborne, avant d’être un comics, c’est surtout un des meilleurs jeux vidéo sortis sur PS4, pour peu que vous soyez conquis par l’ambiance crépusculaire et victorienne du jeu. Accessoirement, il faut aussi accepter de mourir pour les quelques bêtises que vous commettrez…

En devenant un comics, Bloodborne avait tout pour finir par être un produit générique adapté d’une licence culte pour bon nombre d’individus. Mais en annonçant le nom d’Ales Kot, la curiosité avait de quoi titiller l’amateur de lectures comics, notamment indépendantes. L’auteur a une excellente réputation dans le milieu et mes quelques lectures de ces œuvres n’ont fait que le confirmer (dont Generation Gone dont je tâcherai de parler à sa sortie).

Ce que l’on comprend dès les premières pages, c’est que l’auteur a joué au jeu vidéo et l’a poncé assez violemment. La première excellente surprise, c’est qu’il parvient à intégrer nombre de mécanismes de gameplay dans sa narration. La plus notable étant la mort qui règne dans l’univers mais qui assure aussi une renaissance aux chasseurs.

Car Bloodborne, c’est avant tout un jeu où l’on incarne un chasseur devant se sortir d’un véritable cauchemar éveillé où l’ombre de Lovecraft n’est jamais loin. Si vous avez la flemme de jouer au jeu vidéo ou que n’avez pas de PS4, vous pouvez aller vers le comics pour tenter d’appréhender cet univers. Ales Kot parvient très facilement à vous immerger dans la peau du chasseur qui tient le rôle-titre. La carence viendra de votre manque de connaissance de l’univers vidéoludique.

En effet, le jeu vidéo de From Software a une histoire racontée de façon particulière. Très peu de cinématiques mais l’univers et sa mythologie se comprennent via la lecture des descriptions d’objets qui vont peupler votre inventaire. D’une simple potion de santé à une arme, le jeu construit son histoire à travers cela et à travers les paroles énigmatiques des différents protagonistes et boss rencontrés pendant le jeu.

L’auteur croate va reprendre ça en comptant sur le fait que ce sont les fans du jeu qui vont y jouer. Il construit alors son intrigue sur plusieurs niveaux de lecture pour les différents types de joueurs : ceux qui jouent pour chasser auront l’action ; ceux qui jouent pour la mythologie auront la réutilisation intelligente de celle-ci.

L’histoire que nous raconte l’auteur est celle d’un chasseur qui doit veiller sur un jeune enfant qui semble important. Les fans reconnaîtront les pâle-sangs et c’est ce qui va être le focus de la trame de ce premier tome. L’auteur parvient à tisser une relation très touchante entre les personnages, permettant de démystifier ces créatures et de donner un semblant de vie à cet univers.

Du côté des dessins, Piotr Kowalski parvient à donner vie aux environnements du jeu et il sait donner corps dans une bande-dessinée à un univers virtuel. Il reprend l’esthétique gothique à son compte et on s’amuse à reconnaître les différentes zones que l’on a pu traverser. Il parvient à mettre en case des combats aussi frénétiques que ceux du jeu vidéo mais sait aussi parfaitement insuffler la vie dans les discussions. Son trait assez anguleux et détaillé permet de fournir un travail remarquable qui comblera les fans.

Bref, Bloodborne saura réjouir les fans du jeu vidéo en montrant un travail précis de réutilisation de la mythologie ainsi que des éléments qui font le jeu (morts, armes trompeuses, etc.). Un immanquable pour eux. Pour les autres, il faudra jouer au jeu vidéo !
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Bloodborne Tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Comics Grincheux, il y a 1 an et 1 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #22138

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Bloodborne saura réjouir les fans du jeu vidéo en montrant un travail précis de réutilisation de la mythologie ainsi que des éléments qui font le jeu (morts, armes trompeuses, etc.). Il insuffle vie et émotion dans cet univers. Il constitue donc un incontournable pour les fans qui m’a replongé avec plaisir à Yharnam.

    [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse [Review] Bloodborne Tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.