Posté il y a 3 semaines par dans la catégorie Dossiers
 
 

La Tragédie de Superboy Prime

“I’ve been in worse places than this…”

Je devais avoir huit ans quand j’ai découvert cette illustration issue des fascicules de figurines en résine estampillées DC. À l’époque, je n’avais aucune idée de l’immensité de l’univers DC, pour moi seuls trois héros existaient : Batman, Wonder Woman et le grand Superman. Malgré mon admiration pour le boy-scout kryptonien, j’étais tout de même fasciné par cette illustration dans laquelle un personnage semblable à Clark se mutilait et gravait un symbole sur son torse : celui de Superman !

Seulement, contrairement à notre Homme d’acier, celui-ci était terrifiant, comme possédé par la rage. Son regard était renvoyé à ce qu’il y a de plus malsain. Il avait fait de mauvaises choses c’est certain, mais j’étais sûr que ce personnage en avait bavé avant d’en arriver là.

C’était Superboy Prime.

Avant d’entrer dans le vif du sujet et de voir ensemble où se situe la tragédie du personnage, une remise en contexte s’impose. Elle sera, ma foi plutôt compliquée.

Petit retour en 1985, une année importante pour DC qui décide de mettre fin au Multivers. Si vous ne le connaissez pas, ce sont des univers parallèles qui permit de développer d’autres versions de personnages. Loin des multiples reboots actuels, la fin du Multivers permettrait à l’éditeur de repartir de zéro. Ainsi, il pouvait créer une continuité plus moderne où pourraient évoluer nos héros. De plus, ce concept avait fini par échapper aux auteurs, rendant finalement complexes les histoires à défaut de les simplifier.

Crisis Superboy Prime

DC fait alors appel à Marv Wolfman et Georges Pèrez pour lancer la série en 12 numéros Crisis On Infinite Earths. Encore aujourd’hui, elle est considérée comme un véritable aboutissement. Les douze numéros feront intervenir tous les héros DC. Même si aujourd’hui c’est monnaie courante, à l’époque le rassemblement de tout un univers était un événement majeur. Un événement d’une telle ampleur donc que l’univers DC est aujourd’hui découpé en pré-Crisis et post-Crisis.

Le démantèlement et la destruction du Multivers est donc plutôt compliqué. Il va jusqu’à nécessiter la mort de plusieurs personnages dont Supergirl des mains de l’Anti Monitor. En bref, n’importe quel personnage peut être touché par cette crise. C’est dans cet obscur contexte que les auteurs décident de créer le personnage de Superboy Prime.

Un numéro d’introduction à Superboy Prime

Superboy Prime BeginsNous sommes le 1er Août 1985 et le numéro 87 de la série DC Comics Presents paraît sur le sol américain pour un peu moins de 1.50$. Sur la couverture de celui-ci, Superman, habitué à cette série, et confronté à… Superman ? En plus de cette couverture assez énigmatique, se rajoute le bandeau Special Crisis Cross-Over. Dès lors, on peut le comprendre comme un épisode dont les événements sont directement rattachés à un event ou un cross-over en cours. L’équivalent d’un tie-in aujourd’hui, donc.

Écrit par Elliot Maggin et illustré par Curt Swan, cet épisode si particulier d’une vingtaine de pages met en scène un personnage inédit du nom de Superboy Prime. Si l’apparition du héros semblait être une parenthèse parmi tant d’autres, les lecteurs de l’époque ne se doutaient certainement pas de son importance à l’avenir.

L’épisode introduit donc Superboy et Terre Prime, lorsque des ennemis du “vrai” Superman l’envoie dans un univers parallèle. Il débarque dans un univers plutôt singulier où les héros que nous connaissons ne sont que des personnages de comics. C’est dans cet univers proche du nôtre que Clark Kent Prime grandit. Il est entouré d’amour mais aussi de remarques vantant son étrange ressemblance entre lui et un célèbre héros de l’éditeur DC Comics. Vous trouvez cela compliqué ? Rassurez-vous, ce n’est pas fini.

L’épisode permet, en plus de l’introduction de Terre Prime, de faire coopérer un Superman expérimenté et chamboulé par ces événements, ainsi qu’un jeune Clark dont les mystérieux pouvoirs viennent de s’éveiller. Tous deux affronteront l’Anti Monitor et arrêteront un violent raz de marée. Il serait intéressant de continuer à nous pencher sur la (longue) vie éditorial de Prime, de Crisis à aujourd’hui, seulement, je n’ai pas l’intention d’écrire un roman même si, soyons honnêtes, le personnage s’y prête bien.

“And I’ve Gotten Out…”

Contrairement au Soldat de l’hiver dont j’ai déjà parlé, Superboy Prime, de part ses moindres apparitions, est un personnage plus compliqué à traiter. Néanmoins, peu d’apparitions ne veut pas dire manque d’impact. En effet, en peu de temps, le personnage est à l’origine de bouleversements dans l’univers DC et en devient également un des personnages les plus appréciés.

Mais pourquoi la vie de Superboy Prime est une tragédie ?

La réponse est simple, c’est un personnage à qui la vie a tout pris : son existence, ses proches et même son univers. Lors de Crisis, l’Anti Monitor détruit son univers, ce qui pousse le jeune homme à rejoindre les différents héros dans leur lutte. Celle-ci se conclura lorsque, accompagné du Superman de Earth Two et de Alexander Luthor Jr (doté de gigantesque pouvoirs), Superboy accédera à une dimension paradisiaque, fruit des pouvoirs de Luthor. Mais Clark se sent seul dans cette dimension. Il assiste impuissant aux différents bouleversements du DC Universe, dont l’évolution de sa terre. Cette solitude va durée vingt ans durant lesquels une haine et une tristesse vont s’installer dans le cœur du héros.

Changement radical !

C’est à partir de ce moment que le personnage va radicalement changer. Témoin de trop nombreuses morts et nostalgique d’une vie désormais disparue, le jeune homme va se renfermer sur lui-même. Au fil du temps, cette solitude va se transformer en rage. Dès lors, le kryptonien va la diriger ironiquement vers les héros qui, dans son monde, étaient des modèles de vertu et de courage.

Alors que Superboy Prime est enfermé avec Luthor et les autres, les scénaristes de chez DC multiplient les elseworlds avec plus ou moins de succès. Ces histoires issues de terres parallèles comme Superman Red Son vont amener des incohérences menant à la création d’un nouveau concept : l’Hypertime.

Superboy Vs The World

Vous l’aurez compris, DC et les univers parallèles, c’est une longue histoire ! Une histoire qui offrit de très nombreux chamboulements, encore plus présents depuis la fin de Crisis. Les éditeurs de chez DC eurent alors une excellente idée. Ces vingt années d’incohérences était le fait de ce bon vieux Superboy Prime qui frappait de rage les murs de sa prison dimensionnelle. Des coups si puissants qu’ils créèrent des turbulences dans la ligne temporelle de l’univers DC.

C’est alors que Prime (adoptant le nom Superboy pour le coup) va être à l’origine d’un des événements les plus importants de l’histoire de l’éditeur : Infinite Crisis

Pour faire court, lui et Luthor vont affronter l’univers DC tout entier. Une lutte orchestrée par Geoff Johns, qui finira par devenir l’artisan des futurs malheurs de Prime.

Emprisonné par les gardiens près de Oa, Prime va finir par sombrer dans la démence et dans un cycle de violences et de massacres. Ce qui fera de lui l’une des menaces les plus sérieuses que les héros aient dû affronter.

Johns le fit réapparaître plus tard en membre du Sinestro Corps lors de la géniale Sinestro War. Ainsi, le personnage ne sera jamais loin quand il s’agira d’événements d’ampleur.

Même mieux, on apprend que les coups que Prime a donné dans sa prison ont créé des événements majeurs chez DC. Ainsi, la résurrection de Jason Todd, écho à la mort de ce dernier des mains du Joker que Prime vit et considéra comme une raison de plus d’éliminer les héros.

Bref, de Infinite Crisis à Final Crisis, Prime va hanter le multivers DC. Il se transforme en force de frappe incontrôlable et démente. A tel point que même Superman n’est pas sûr de pouvoir le combattre.

La tragédie de Superboy Prime

Contrairement à une version bas de plafond où Superman est juste méchant parce que c’est cool, Prime sort de l’ordinaire. A la base, c’est un idéaliste bercé par les même comics que nous. Il a dans l’idée que tout problème finit par être résolu par un de ses surhommes. Prime était aussi un ado, il avait une famille, un amour en la personne de Laurie Lemmon. Mais il fut entraîné dans un événement cataclysmique contre son gré. Ce qui l’amènera à tout perdre !

Bien qu’il aurait pu se relever, sa naïveté, son inexpérience et sa fragilité émotionnel feront basculer Prime dans le mal. Chacune de ses mauvaises décisions, chacun des meurtres qu’il commettra de sang froid seront décisifs dans sa longue descente aux enfers.

Le pire dans tout cela c’est que certains récits comme Coutdown To Infinite Crisis ou Adventure Comics #4 vont littéralement faire de sa vie une tragédie. Prime est de retour sur sa terre natale.

Eh bien, devinez quoi ?

De Infinite Crisis à aujourd’hui, les proches de Clark ont pu être témoins de toutes ses atrocités. À leurs yeux, Prime est aujourd’hui ce qu’il aurait dû combattre : un meurtrier de masse, un psychopathe et surtout un vilain.

Celui qui pendant des années a crié au Multivers tout entier son désespoir de tout perdre, qui a hurlé de voir les autres vivre la belle vie, se voit être une des plus grosses victimes de ces dernières Crises. Tragique, on est d’accord ?

Voilà donc la tragédie de Superboy Prime: un personnage à qui on a tout enlevé. Il est une des premières victime de scénaristes souhaitant aggrandir un univers. Un personnage chez qui les émotions négatives sont poussées à l’extrême, le rendant détestable et, paradoxalement, attachant. Un personnage violent, méta et tragique. Il refuse d’admettre le bonheur que l’on offre sur un plateau à d’autres. Il est, à mon sens, un des personnages les mieux écrits de l’univers DC sur lequel j’aurais encore tant de choses à dire.
Un être perdu et pour qui la violence fût une offre de choix qui nous rappelle encore aujourd’hui la fragilité de nos émotions. Surtout, cela nous rappelle dans quelles directions ces émotions peuvent nous amener. Prime est comme nous. Il est victime de ses émotions et de ses choix, conscient que le destin va continuer de s’acharner sur lui tout comme nous.
Il est l’une des plus grandes réussites chez DC qui, pour une fois ne propose pas une énième figure mythologique et iconique mais un être en proie à sa rancœur envers un monde qui ne saura jamais l’accepter. Aujourd’hui, si je m’attarde sur un bon nombre d’éléments c’est aussi pour faire prendre conscience de la grandeur des comics, les sujets qu’ils peuvent aborder et le ton qu’ils peuvent prendre. Non, un personnage n’est jamais ni gentil ni méchant. Ça ne marche pas ou plus comme ça.
Aujourd’hui l’ère est aux personnages nuancés, tragiques, auxquels on peut se raccrocher pour pleurer nos malheurs, car le plus important pour rentrer dans une histoire aujourd’hui, bien plus que d’avoir un modèle, c’est de trouver des personnages dont le vécu nous rappelle le nôtre. Des personnages comme Superboy Prime…
Merci de votre lecture.

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Quand il n'est pas en hibernation ComicsQuest parle beaucoup (trop) de Bucky Barnes. Défenseur de l’indéfendable et accro à Scott Snyder, il est ce qu'on peut appeler l'atout "jeune" de la bande.