Posté il y a 3 semaines par dans la catégorie [Non classé]
 
 

Jason Todd / Bruce Wayne – Tragédie père / fils

ATTENTION : Ceci est une “Tragédie sur…” HS, l’article est plus court, moins profond et n’aborde pas un personnage en particulier, je ne souhaitais surtout pas créer un autre type d’article car la thématique ici est proche des articles tragédie. Bonne lecture !

Second Robin et futur Red Hood, Jason Todd fait aujourd’hui partie intégrante de la Bat-Family et de l’univers DC en règle générale 

Son comportement fougueux et sa violence l’on rapidement distingué du précèdent et iconique Robin, Dick Grayson. Des manies et un comportement si différent de son prédécesseur que les lecteurs décideront, à la suite d’un vote, de le faire tuer par le Joker, un acte barbare et violent raconté dans le comics Un deuil dans la famille et qui marquera Batman jusqu’au retour de Jason Todd !

Il est le mal-aimé !

Si aujourd’hui Jason est un élément iconique de la Bat-Family et un personnage aimé par énormément de monde, il n’en a pas toujours été ainsi. En effet, Grayson en son statut de premier acolyte de Batman a su marquer les lecteurs au fer rouge. De ce fait, son remplacement par le jeune Jason fut pris comme une trahison. Le lectorat américain voyait son jeune prodige remplacé trop brusquement.

Pourtant, lorsque le personnage apparaît pour la première fois, DC cherche impérativement à rassurer son jeune lectorat. Ainsi, il est un Grayson bis (fils d’acrobates, tempérament moins explosif…) ; des choix discutables qui n’y feront rien. Plus tard, l’éditeur se charge de changer les caractéristiques du garçon en le détachant totalement de Dick Grayson.

Mais alors qu’est ce qui clochait avec Jason ? Comme dit plus haut, le garçon avait un comportement beaucoup moins appréciable que Dick. Il n’hésitait pas à tabasser les vilains et à discuter les ordres de Batman. Pour l’époque, cela n’était pas si fréquent et assez peu appréciable au vu de la précédente relation entre Batman et Robin.

On note donc l’écriture du personnage mais aussi et surtout une certaine nostalgie que les lecteurs retenait de la période Grayson. D’ailleurs, Jason a eu la malchance d’être le premier nouveau Robin, là où Tim, Stéphanie ou récemment Damian choqueront beaucoup moins le lectorat. Celui-ci étant désormais habitué au changement de statu quo et de personnages sous le masque.

Bref, Jason Todd fût peu apprécié en tant que Robin malgré son background.

Le Chaperon Rouge et la Chauve-Souris

Pour commencer, il est important de savoir qui est Robin et l’importance de son symbole.

En effet, Robin a toujours été la lumière dans la vie de Batman, un moteur, une traversée de lumière empêchant le Chevalier noir de sombrer dans la folie. Ce qui est assez tragique quand on sait que ce qui arrivera de pire à Bruce découlera des tragédies que vivront ses acolytes.

Jason Todd est un enfant de la rue dont la première apparition le voit voler les roues de la Batmobile dans Crime Alley. Une façon comme une autre de survivre dans cet environnement hostile. Dès lors, bien plus qu’un acte de vandalisme, Bruce y verra une véritable force de caractère et un énorme sang-froid. Des qualités qui vont permettre au jeune homme d’être entrainé et guidé par Bruce et Alfred en tant que nouveau Robin. 

Là où beaucoup verront le début d’une relation Batman / Robin classique, j’y vois une profonde relation père-fils. Avec Dick, Bruce avait eu un écho de sa propre vie et de son malheur. Avec Jason, on peut remonter à un aspect plus comportemental et intime.

Jason est violent, méprisant et agressif mais, il est aussi sans repère et perdu. Surtout, il est confronté à un monde beaucoup trop violent, beaucoup trop tôt, Jason n’a jamais eu de chances avec sa famille.

En effet, entre un père, homme de main des plus grands criminels et une mère, addict à la drogue, il manque de repères. De son côté, Bruce a tout eu : argent, confort et amour ne manquaient jamais. Malheureusement pour lui, une sinistre ruelle lui a arraché amour et innocence. Deux enfances marquées par un trauma sur le long ou court terme, qui résonne rapidement comme un parallèle pour chacun d’entre eux.

Bruce et Jason : deux faces d’une même pièce

Jason et Bruce sont au final très complémentaires. Ils furent livrés à eux-mêmes très jeunes, pour des raisons différentes certes, mais je pense que Bruce l’a très vite compris en voyant Jason. L’un des points forts de leur relation se situe peut être là.

En effet, Jason a eu des repères trop tard, sa colère se déchainant sur chaque adversaire, conjuguée au désespoir. De son côté, Bruce pouvait le comprendre, être en empathie car il aurait pu faire pareil.

Lorsque la mort de Jason intervient, on peut évidemment se dire que Batman a échoué en tant que mentor. Pourtant, d’après moi, on peut aussi traduire cette mort comme une nouvelle part de Bruce qui meurt. Jason n’étais pas le meilleur, le plus iconique ni le plus fiable des Robins mais, pour moi, il cristallise une partie de l’âme Bruce. Un fragment hypothétique de son être qui vient a s’envoler. Avec lui, l’espoir de guider une personne des bas fonds à la lumière d’une vie servant à aider autrui. 

Récemment, l’auteur Sean Murphy dans Batman : White Knight a rendu hommage à cette analyse en faisant de Jason le premier Robin. S’il est toujours tué par le Joker, il prend la place de Dick. Lorsque Barbara demande à Dick qui était le jeune homme, il répond : “Jason était comme un fils pour lui. Plus proche de lui que je l’aie jamais été“.

Un choix audacieux et vecteur de changements qui, je l’espère, seront  présents dans le futur du MurphyVerse.

Jason Todd = Oublié aujourd’hui ?

L’une des questions que je me pose aujourd’hui vis a vis de Jason est : quelle est sa place ? 

En effet, tout comme certains aspects de Dick, la mort de Jason fait aujourd’hui partie des meubles, Batman a en effet vécu tellement d’expériences et traumatismes que plus personne n’évoque le choc de ce trauma.

Un trauma qui, comme sa défaite contre Bane devrait rester gravé. Néanmoins, à l’exception de flashbacks, rien ! Contrairement à la mort de Superman des mains de Doomsday qui résonne encore aujourd’hui sur le héros malgré le côté anecdotique que l’on donne à Doomsday aujourd’hui.

Bref, un détail que je regrette amèrement. Pourtant, soyons honnête pour les 80 ans de Robin, on ne peut pas dire qu’ils soient tous gâtés. Néanmoins, ils resteront à jamais des personnages impactant, en particulier Jason Todd qui, je l’espère, sera un peu mieux traiter à l’avenir.

Merci d’avoir lu.

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


Les mots clé de cet article
Batman Jason Todd

 
Quand il n'est pas en hibernation ComicsQuest parle beaucoup (trop) de Bucky Barnes. Accro aux sidekicks et à Scott Snyder, il est ce qu'on peut appeler l'atout "jeune" de la bande.