Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Spider-Man Miles Morales – Le roman préquelle

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Une très bonne plongée dans la tête de Miles.
Une écriture de très bonne qualité.
Adapté au jeune lectorat.

Point(s) faible(s) :


Des contradictions face au jeu vidéo.
Manque d'approfondissements sur certains éléments.


 
En résumé
 

Ce roman préquel à Spider-Man Miles Morales est bon. Il souffre d’un défaut classique de préquelle, posant des contradictions avec la suite, ce qui est dommage mais pas préjudiciable de façon catastrophique. Car au-delà de ça, il nous plonge dans la tête d’un Miles encore perdu

 
Infos techniques
 

Histoire : Brittney Morris
Editeur :
 
Publié il y a 5 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Thwip !

Le jeu vidéo Spider-Man Miles Morales s’offre une préquelle en roman. Après un artbook de très bonne qualité sorti chez HiComics, c’est Ynnis, connu pour ses mooks, qui s’en occupe.

Comme dit le roman est une préquelle, il se passe donc avant le jeu vidéo et on peut supposer très peu de temps après le premier opus. Miles est encore débutant mais il vient tout juste de déménager à Spanish Harlem, lieu de l’action principale de son jeu vidéo. L’un des premiers excellents points du roman est son utilisation de l’univers de Miles Morales. On note la très bonne utilisation du cadre et des références du comics, même les plus récents, notamment dans l’identité d’un personnage. L’autre très bon point, c’est qu’il nous plonge très bien dans la psyché de Miles. On suit ses troubles, ses doutes et ses premiers pas vers son affirmation en tant que super-héros.

Une préquelle agréable mais qui pose des soucis

C’est toutefois aussi l’un des soucis du roman. Inhérent au concept de préquelle, il pose certaines contradictions dans ses détails. La présence de Vulture notamment mais je n’en dirai pas plus pour celles et ceux qui n’ont pas fait le jeu vidéo. Mais plus généralement, c’est le concept d’affirmation de Miles qui me pose ici souci. Le jeu vidéo le voit s’affirmer en tant que Spider-Man et on a donc une affirmation en deux étapes, pas vraiment nécessaire. D’autant que les aventures de ce roman ne sont jamais évoquées dans le jeu vidéo, où l’on a la très forte sensation que Miles n’a subi qu’un entraînement modéré de la part de Peter Parker et rien de plus.

Ce sera un détail pour certains et certaines mais ça m’a toutefois gêné et je n’ai pu m’empêcher de l’avoir en tête pendant la lecture. Néanmoins, ce n’est pas tellement la faute de l’autrice, Brittney Morris. La responsabilité sera plutôt à chercher auprès des décideurs, lui ayant certainement laissé peu d’accès au déroulement du jeu vidéo. Car au-delà de ça, la lecture est très agréable et on dévore le livre. Outre cela, le roman utilise bien l’entourage de Miles Morales et les thèmes de Spider-Man. Le thème de la responsabilité est bien présent et étudié, la présence de Ganke et Rio fait beaucoup de bien. D’autant que le roman est globalement très bien écrit. L’autrice parvient facilement à nous immerger dans les décors et les différentes situations. Le tout se suit facilement et peut se conseiller à un jeune lectorat, un bon point d’après moi.

Un dernier souci à noter est le manque d’approfondissement des questionnements sur la condition afro-américaine. Ils apparaissent de manière trop fugace à certains moments mais sans jamais être creusé. C’est dommage d’autant que l’affrontement entre Miles et son adversaire pose des questions intéressantes de ce côté-là. Mais comme trop souvent dans ce genre de récit, la réflexion consiste simplement à un maintien du statu-quo sans remise en cause profonde des racines d’un problème. D’autant plus décevant que certaines séquences soulèvent des éléments intéressants.

Bref, ce roman préquel à Spider-Man Miles Morales est bon. Il souffre d’un défaut classique de préquelle, posant des contradictions avec la suite, ce qui est dommage mais pas préjudiciable de façon catastrophique. Car au-delà de ça, il nous plonge dans la tête d’un Miles encore perdu et qui doit s’affirmer dans sa nouvelle situation. L’autrice le fait aisément et utilise très bien l’univers du héros.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums Spider-Man Miles Morales – Le roman préquelle

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #38477
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Ce roman préquel à Spider-Man Miles Morales est bon. Il souffre d’un défaut classique de préquelle, posant des contradictions avec la suite, ce qui est dommage mais pas préjudiciable de façon catastrophique. Car au-delà de ça, il nous plonge dans la tête d’un Miles encore perdu

      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Spider-Man Miles Morales – Le roman préquelle]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.