Posté il y a 1 mois par dans la catégorie Interviews
 
 

Kinaye – Romain Galand

La littérature de jeunesse est un secteur riche est varié. Tellement varié qu’il est parfois difficile de s’y retrouver.

En tant que parent on se retourne souvent vers des marques refuges. A titre d’exemple, L’école des loisirs est une maison d’édition qui rassure énormément pour les très jeunes. Pour les romans on retrouve beaucoup de collection comme les Bibliothèques rose, verte et cpie.

En bd jeunesse en France on a aussi une offre assez pléthorique allant de mortelle Adèle au Petit Spirou en passant par l’inévitable Titeuf ou les carnets de Cerise.

Le secteur comics lui était jusqu’à peu assez délaissé. On trouvait tout de même Urban comics avec sa gamme kids, qui offre un choix correct mais inscrite dans du mainstream et quelques autres propositions comme Hilda, Adventure time, Bone, Calvin & Hobbes, 5 mondes…

Début 2019, une nouvelle maison d’édition a pointé son nez, Kinaye. Alors que la maison d’éditon a fêté sont anniversaire en février dernier, nous vous proposons de faire plus ample connaissance avec Romain Galand, l’homme qui envisage de secouer le monde la bd jeunesse en apportant une touche de comics.

Chez LesComics.fr, nous trouvons que son travail et les titres qu’il apporte méritent une attention toute particulière c’est pourquoi nous tenions tant à lui accorder un espace sur notre site via son interview.

kinaye logo

Bonjour, Romain, tout d’abord, merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions. Nos lecteurs ont eu l’occasion de lire pas mal de chroniques sur les titres Kinaye cette année mais ne vous connaissent pas. Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Romain Galand et j’ai 32 ans ! Je suis le fondateur des éditions Kinaye, qui est une maison d’édition spécialisée en BD jeunesse et young adult américaines.

Lorsqu’on se lance dans l’édition, on est forcément un peu multi-tache, comment en êtes-vous arrivé à vous lancer dans l’édition ?

J’ai toujours été un gros lecteur de BD, ça a toujours été une de mes passions. J’ai fait une école de commerce dans le but d’avoir un profil différent pour devenir éditeur.

J’avais déjà l’idée de monter ma propre structure donc, je voulais avoir des compétences en entrepreneuriat, marketing, etc. Ca m’a permis d’avoir un premier stage en tant qu’assistant droits dérivés (la vente de droits des BD à des maisons d’édition étrangères et tout ce qui touche aux adaptations en films/dessins animés, figurines etc.) chez Glénat.

Puis, je suis passé assistant éditorial avant de travailler pendant un an pour Valiant aux États-Unis. J’ai fait un peu de tout là-bas, même si mon poste officiel était assistant éditorial et marketing. Le travail est beaucoup moins cloisonné là-bas. C’est là que j’ai réellement découvert la BD jeunesse américaine qui n’était pas encore aussi développée que maintenant (c’était en 2015). Du coup, je me suis dit que ce serait intéressant de l’importer en France.

kinaye le garçon sorcièreRacontez-nous un peu votre métier ? comment vous choisissez les titres ? Est-ce que vous les testez sur des proches ? Comment se passe la traduction, la prospection, la logique de publication, etc.

La ligne éditoriale a été très claire dès le début.

Choisir des albums avec des valeurs modernes et progressistes, sans prendre les enfants pour des imbéciles et des styles graphiques « mondialisés », proches de l’animation. Je pense d’ailleurs qu’au bout d’un an et demi de parution, ça commence à se voir ! Le but, c’est vraiment d’avoir une production à la qualité constante et qui se différencie des autres éditeurs.

J’assure toujours la majorité des traductions car j’aime bien avoir le contrôle sur ce point essentiel en achat de droits. Et j’ai quelqu’un qui m’aide à bien les peaufiner pour faire le meilleur travail possible. Je ne sais pas vraiment comment ça se passe ailleurs mais je fais une première version que je relis facilement 3 fois puis la personne qui m’aide reprend ma traduction en repartant de l’anglais. Il y a souvent 4-5 versions différentes avant d’obtenir le texte final.

Pour la prospection, c’est assez simple : je regarde les sollicitations chaque mois et les maisons d’édition m’envoient en plus leur programme et leurs pdf tout au long de l’année.

Et pour la logique de publication : pour les séries, j’essaie de ne pas mettre plus de 6 mois entre chaque tome car je sais que les lecteurs oublient vite (!). On évite la période de la rentrée littéraire car c’est la période la plus surchargée et on essaie d’avoir des publications tous les mois pour être présents en librairie le plus régulièrement possible.

Aux États-Unis, le secteur jeunesse occupe une part de marché important et devance même les super-héros dans les ventes. Le secteur jeunesse est très compétitif, et particulier, Comment on arrive sur ce secteur avec une offre comics ? et comment on est perçu ?

Pour être honnête, je pense que Kinaye est avant tout un éditeur jeunesse avant d’être un éditeur de comics.

Nos publications se trouvent au rayon BD jeunesse et ce n’est pas pour rien ! Je ne me sens pas vraiment en concurrence avec les autres maisons d’édition de comics. Kinaye est bien perçu par les libraires et les lecteurs (surtout les jeunes générations) mais je pense qu’il faut encore combattre un certain a-priori à propos du format qui s’éloigne du franco-belge et sur les parutions américaines, en général.

Pour les journalistes BD, c’est à peu près la même chose : beaucoup ne prennent même pas la peine de s’intéresser à autre chose qu’au franco-belge « classique ». C’est un peu dommage mais je me suis aperçu qu’il faut du temps avant que les mentalités puissent changer !

Cette année, il y a eu un joli succès de la BD 5 mondes chez Gallimard, les dessins sont signés Boya Sun, qui a réalisé Chasma Knight chez Kinaye. Est-ce que ce succès a eu un impact sur les ventes ?chasma kinghts kinaye

Non, pas vraiment. Chasma Knight est sorti trop tôt et je pense que les gens n’ont pas vraiment fait le lien entre ce titre et 5 Mondes. C’est un titre qui fonctionne super bien en festival, maintenant que 5 Mondes est plus connu, cela dit. Mais il n’est jamais trop tard pour le découvrir (rires).

Chez Kinaye, on trouve des titres variés. A la fois pour les jeunes mais aussi pour les ados / jeunes adultes. Est-ce une volonté de toucher un large panel d’enfants ?

Ma volonté, c’est de proposer de la BD familiale « modernisée » !

Du coup, ce sont des parutions axées jeunesse mais qui possèdent souvent différents niveaux de lecture et/ou qui traitent de sujets assez intéressants pour que tout le monde puisse les lire sans s’ennuyer. Mais oui, j’essaie toujours de proposer des titres qui ont un large potentiel pour toucher le maximum de monde !

Beaucoup de titres véhiculent des valeurs assez fortes. L’écologie, le partage, l’amitié. Cette recherche est motivée par une volonté éducative ?

La priorité, c’est d’avoir avant tout une bonne histoire, divertissante et qui se démarque par son originalité.

Mais les valeurs sont très importantes pour moi, c’est ce qui permet aux histoires d’avoir une âme supplémentaire, ce petit truc en plus qui permet au titre de passer de « bon » à « très bon ». En plus de ça, je pense qu’un éditeur à une responsabilité supplémentaire lorsqu’il s’adresse aux plus jeunes. Donc les sensibiliser à des thèmes humanistes comme l’écologie, la diversité, la solidarité… ça me parait essentiel !

C’est vraiment un des éléments les plus importants de la ligne éditoriale et ce qui nous différencie fortement des autres éditeurs.

Est-ce qu’il y a un titre que vous rêvez de publié ou auriez aimé publier? Qui peut déjà être paru en France ou non ?

5 Mondes est un bon exemple et c’est un titre que j’aime beaucoup, mais lorsque je suis arrivé sur le marché, il était déjà réservé depuis 2 ans !

Est-ce que, au-delà des parents, vous parvenez aussi à toucher des adultes, sans enfants ? Plus largement, comment pensez-vous que la littérature jeunesse peut servir aux adultes ?

Oui, beaucoup plus que je le pensais au départ ! J’ai un gros public qui vient du manga et des romans young adult.

C’est un public plutôt féminin et jeune (entre 20 et 30 ans) qui est sans doute attiré par les thèmes et valeurs qu’on ne retrouve pas forcément en BD adulte, la forte présence d’héroïnes, la douceur des histoires et le fait qu’il y ait peu ou pas de violence.

Est-ce que tu aimerais parvenir à publier un récit fait par des français chez Kinaye ? Ou aura-t-on des titres directement édité par Kinaye dans un avenir plus ou moins proche? the world kinaye

On a déjà publié The Word par Valentin Seiche !

Mais oui, c’est en cours de préparation et ça arrivera début 2021 ! Je ne peux pas trop en dire plus pour le moment mais c’est quelque chose qui me tenait vraiment à cœur. J’ai la chance de pouvoir travailler avec des artistes super talentueux et dont je suis le travail depuis longtemps, donc c’est génial ! En plus de ça, c’est un concept inédit en BD jeunesse…

Il y aura 5 parutions 100% françaises l’année prochaine. Vous en saurez plus à la rentrée.

On vient tous de passer une crise sanitaire sans précédent qui a eu de fort impact sur notre quotidien. Comment Kinaye essaye de passer la crise ?

On a reporté la moitié des titres prévus en 2020 à 2021 pour éviter d’augmenter l’embouteillage post-confinement en librairie. Du coup, rien n’a été annulé !

Pour l’instant, la catastrophe est évitée mais comme tu t’en doutes, on a quand même été impacté et on a donc besoin de soutien ! n’hésitez pas à réserver/demander les titres Kinaye à votre libraire.

Au-delà de ton métier d’éditeur, quels sont tes goûts en matière de comics ?

J’ai commencé à lire des comics dès 2006/2007 avec le cross-over Civil War. Pour le coup, je suis plutôt bien tombé ! Pour être honnête, je ne lis quasiment plus de comics de super-héros à part un peu de Batman et Daredevil. Je ne lis plus que des titres indés.

J’aime bien tout ce qu’écrit Ales Kot, Si Spurrier et côté dessinateurs, j’adore Andrew Mac Lean, Daniel Warren Johnson, ou encore David Rùbin. Et un de mes titres préférés est BPRD, dont la qualité ne varie jamais au fil des années !

Merci énormément à Romain d’avoir pris le temps de nous répondre.

Retrouvez toutes nos critiques des titres Kinaye.

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


Les mots clé de cet article
Kinaye Kinaye éditions Romain Galand

 
Au côté de Matt depuis le début de l'aventure LesComics.fr et même déjà présent pour La Sélection Comics, il essaye de mettre ses connaissances aux profits du groupe et de leurs demandes farfelues.