Posté il y a 4 semaines par dans la catégorie Dossiers
 
 

DC Fandome : Un nouveau départ au cinéma ?

Une ère de changement ?

Du 22 au 23 août 2020 se tenait la DC FanDome, une convention virtuelle annoncée en Juin 2020 par la Warner en réponse à l’annuelle San Diego Comic Con qui, cette année, fut également tenue en ligne de par la crise du COVID-19.

Après plusieurs années à avoir présenté ses projets à la SDCC, DC et Warner ont, cette fois-ci, mis les grands moyens. Profitant d’une Comic Con faiblarde et d’un manque d’annonces de la concurrence pour dévoiler extraits, teasers et trailers concernant le futur de DC sur nos écrans.

Cet évènement fut marqué par des annonces très attendues du public. La Snyder Cut de Zack Snyder mais aussi le Batman de Matt Reeves. Ou encore The Suicide Squad de James Gunn, des projets ciné qui donnent envie. Ils furent également suivies par les prochains jeux estampillés DC : Gotham Knights, Suicide Squad : Kill the Justice League.

Des annonces qui créent un certain engouement. Mais elles peuvent également soulever quelques questions sur la direction créative que Warner souhaite prendre avec ses nombreux projets et l’idée d’un potentiel renouvellement du très controversé DCEU.

Nouvelle approche.

La majorité de résultats décevants du DCEU de l’ère 2013-2018 peuvent être facilement explicables par les ambitions du studio. Jusqu’à Aquaman, on voit une vaine répétition de la méthode Marvel sur des films, dont la vison d’auteur pouvait grandement différer des habituels films du MCU

Il en va ainsi de Suicide Squad ou Justice League, totalement dépourvu de leurs essences pour se conformer aux standards du MCU. Ainsi, les films du DCEU n’ont jamais su trouver une structure artistique stable. De nombreux mouvements de foules (Snyder Cut) ont vu le jour pour que le studio daigne laisser une certaine liberté créative à leurs auteurs.

Des initiatives louables certes mais qui soulevèrent surtout un débat sur la véritable direction que DC/Warner devait impérativement prendre aujourd’hui.

Le DC Fandome et ses nombreuses annonces vont dans ce sens. Dès lors, l’incorporation du Multivers va permettre à de très nombreux artistes de créer sans contrainte leurs concepts. Aussi, ils n’auront pas à respecter une quelconque ligne éditoriale ou un historique de publication.

Dans les faits, l’idée peut se relever être déterminante pour DC qui cherche depuis Man Of Steel un moyen de se démarquer et à faire valoir son univers cinématographique. Pour les scénaristes et réalisateurs, c’est la possibilité de ne pas être freiné par un modèle de production quelconque. Ainsi, ils pourront créer leurs visions et l’insérer dans un univers aux codes différents du MCU.

Un univers cinématographique où aventures solos, diptyques et trilogies uniques naviguent dans leurs petites bulles. Les auteurs sont maîtres, l’exemple le plus frappant est sans doute le Joker de Todd Phillips. Une part de sa réussite s’appuyant sur le fait que le film se suffit à lui-même en proposant une vision spécifique.

A une heure où le MCU fait teasing sur teasing au fur et à mesure de ses projets, l’hypothétique Multivers cinématographique DC se permettra d’offrir une certaine liberté créatrice. L’avantage indéniable sera sûrement dans la richesse des styles que l’on perçoit déjà. Naviguant entre film psychologique pour Joker, film noir pour The Batman ou bien comédie d’action avec Birds of Prey. La démarche fait penser à la multitudes d’ambiances découlant des comics mais aussi pouvant ravir les amateurs de cinéma. Les films n’étant jamais redondants esthétiquement ou thématiquement parlant.

Un avenir radieux ?

Un choix ambitieux mais qui peut aussi s’avérer dangereux pour ceux qui, comme à l’époque de BvS, se sont trouvés outrés de découvrir une vision diamétralement différente des standards pour Batman et Superman. Les nombreuses plaintes concernant la violence de The Batman et la soi-disant vision trop adulte du personnage y faisant déjà écho. Ne reste qu’à espérer que les producteurs ne prennent pas peur et ne retombent pas dans leurs travers. Gageons toutefois que la Warner saura maintenir une liberté créative pour ses artistes, au contraire de BvS, Suicide Squad et Justice League.

Car le Multivers DC semble donc être la direction à prendre pour la Warner à une heure où, après dix ans, le MCU semble s’essouffler ou se reposer sur ses acquis.

Si la Snyder Cut, Black Adam, Aquaman 2 ou WW 84 restent les héritiers du DCEU originel, les prochains Flashpoint ou The Batman vont devoir impérativement se démarquer pour ouvrir la voie à une nouvelle ère chez DC. Côté annonces, Warner ne se perd plus comme auparavant, ayant créé un schéma bien précis pour les univers imaginés par leurs nouveaux auteurs. Il en va ainsi du Bat-Verse de Matt Reeves qui s’installe au cinéma et sur le petit écran avec une série TV sur HBO Max.

Wait and see donc mais pour ma part si DC cherche la qualité à la quantité l’avenir ne sera que radieux pour eux et leurs équipes.

 
Quand il n'est pas en hibernation ComicsQuest parle beaucoup (trop) de Bucky Barnes. Accro aux sidekicks et à Scott Snyder, il est ce qu'on peut appeler l'atout "jeune" de la bande.