Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Skybourne

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Les dessins.

Point(s) faible(s) :


Une histoire assez simple et peu développée.


 
En résumé
 

Skybourne s’adressera surtout aux amoureux du dessinateur, le scénario tient la route mais n’est pas le point fort de ce comics. Toutefois si vous aimez tout ce qui touche à la mythologie sans forcément vouloir lire quelque chose de trop prise de tête je n’ai qu’un conseil : foncez !

 
Infos techniques
 

Histoire : Frank Cho
Dessin : Frank Cho
Couleur : Marcio Menyz
Editeur :
 
Publié il y a 5 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Arthur, c’est Cho !

 

L’avis du Kit :

A

près avoir débuté dans le monde des comics avec sa propre série Liberty Meadows, puis œuvré pas mal de temps du côté de chez Marvel (Savage Wolverine, Ultimate Spider-Man, Shanna, The totally Awesome Hulk, etc.), Frank Cho revient à ses premières amour comics : l’indé. Il signe chez BOOM! Studios une histoire qui lui trottait dans l’esprit depuis une dizaine d’années. Ici, une organisation secrète para-militaire et ecclésiastique lutte pour préserver la sécurité de la planète face aux menaces surnaturelles qui pèsent sur elle. La Mountain Top se voit confier la préservation de reliques sacrées et autres armes magiques tout en combattant des multitudes de créatures mythologiques. Pour l’appuyer, l’organisation peut compter sur la fratrie des Skybourne, les enfants de Lazare, l’homme revenu des morts grâce au Christ. Ces derniers invincibles et immortels ne seront pas de trop pour lutter contre le mage Merlin qui a perdu la boule plus d’un millénaire et menace désormais la civilisation.

Frank Cho signe ici l’histoire et les planches. On sent que, bossant de nouveau pour un titre indé, l’auteur/illustrateur a pu se lâcher. En effet, ici pas de fioritures, que ce soit dans les dialogues et la mise en scène. L’action y est violente et sanglante, avec des scènes souvent gores et des dialogues assez crus. Cho n’en oublie pas sa touche humoristique teintée de sensualité, avec laquelle il nous a habitué par le passé dans ses couvertures et ses diverses commissions. L’exemple flagrant ici est le personnage de Grace Skybourne, une des immortelles. C’est une femme plantureuse avec des formes et qui les assume pleinement, tout en se montrant sans pitié envers ses adversaires. La personnalité de son frère Thomas est intéressante. Un immortel torturé qui a tout quitté suite à la perte d’un être cher, et qui voit la menace pesée sur Terre comme la planche de salut de son existence. Un bon travail graphique appuyé par la colorisation de Marcio Menyz.

Le fait que certains aspects du passé de personnages principaux et secondaires soient à peine abordés apporte un intérêt certain au titre. On voudrait voir ce titre se développer dans un avenir proche. Lecture sans doute trop rapide et donc un peu frustrante aux vues des possibilités en devenir. En bonus de ce bel écrin des éditions Delcourt, une multitude de couvertures variantes en fin de recueil.

 

Quand les légendes arthuriennes sont mixées avec l’univers des films Highlander, James Bond et Indiana Jones, cela donne Skybourne. une mini-série indé décomplexée, fun, violente, horrifique et sensuelle dont Frank Cho à le secret. Seul souci, on est dans l’expectative d’une suite aux vues des tournures prises lors du final de cette histoire. Souhaitons que BOOM! Studios laisse le champ libre au créateur de ce nouvel univers pour un nouvel arc narratif.

La note du Kit : 

 

L’avis de Spider-Matt :

Q

uand j’ai appris qu’un comics scénarisé et dessiné par Frank Cho allait sortir je savais avant même d’en lire le synopsis que j’allais l’acheter. En effet, je n’avais aucune idée du talent de ce dernier pour scénariser une histoire mais je savais une chose : j’adore ses dessins !

Skybourne est l’histoire des enfants de Lazare (oui, celui de la Bible) : Abraham Skybourne, Thomas Skybourne et Grace Skybourne. Ils sont tous les trois immortels et chassent des créatures et artefacts mythologiques afin de les garder en lieu sûr et sous contrôle. Ça pourrait s’arrêter là, mais c’est sans compter sur le mage Merlin et l’épée d’Excalibur qui menacent l’humanité toute entière. À première vue, on pourrait croire que Grace sera l’héroïne de l’histoire car elle se trouve sur la première de couverture et les quelques extraits du comics qui nous étaient montrés sur le Net portaient sur les planches où elle est présente. Seulement il n’en est rien, le récit se concentre surtout sur Thomas et son immortalité qu’il ressent comme une malédiction. Cho étant célèbre pour ses dessins de personnages féminins aux forts attributs, il était sans doute plus vendeur de mettre en avant la seule fille du groupe…

Le scénario est assez simple, de type blockbuster hollywoodien, mais est relativement bien exécuté. Je suis tout de suite rentré dans cette narration sans temps morts et qui ne nous laisse aucun répit. Malheureusement beaucoup de concepts et d’idées sont lancés mais on reste en surface sans creuser le sujet. La réflexion sur l’immortalité et ce qu’elle impliquerait pour un être humain est très vite mise de côté au profit de combats épiques à coups d’armes enchantées et de tout un bastion de créatures légendaires. J’ai eu la sensation que Frank Cho avait une checklist des créatures mythologiques à caser dans son récit. On est aussi souvent dans la surenchère d’explosions et d’hémoglobine. La base sur laquelle repose la construction narrative peut donc paraître dans un premier temps riche et solide mais se révèle n’être qu’un prétexte à une action débridée et en roue libre. À moins que… La fin reste ouverte et nous ne voyons et n’entendons pas parler d’Abraham Skybourne, l’un des trois enfants de Lazare, qui apparaît pourtant dans le résumé de ce comics. J’espère donc que l’on nous offrira une suite et que cet univers fabuleux sera approfondi car sans ça, nous nous retrouverons avec une histoire certes agréable à lire mais pas très différente des productions actuelles de Mark Millar toutes trouvées pour une adaptation à la TV ou au cinéma (voir l’analyse de Comics Grincheux dans le Question De Style sur ce dernier).

Pour finir, et comme mentionné au début de cette review, la partie graphique est ce qui m’a en premier fait acheter ce comics. C’est du Frank Cho : on aime ou on n’aime pas, personnellement j’adore son style et le talent du monsieur n’est plus à démontrer. Marcio Menyz n’est pas en reste et fait un énorme travail sur la colorisation, l’ensemble est très harmonieux tout en dissociant bien les scènes de flashback.

La note de Spider-Matt : 

 

Pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Très cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi

Les mots clé de cet article
Boom Studios Delcourt Frank Cho Marcio Menyz Skybourne

 
Trentenaire originaire du Grand Ouest. Fan de ciné, de comics, de SF, d'Heroic Fantasy. Bercé par les années 80, forgé par le années 90, mes goûts pour la pop culture de ces deux décennies précises s'y retrouvent. Les années 80 m'ont fait découvrir les comics via les éditions Lug et l'univers Star Wars.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Skybourne

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Kit Fisto, il y a 4 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #17190

    Kit Fisto
    Modérateur

    Skybourne s’adressera surtout aux amoureux du dessinateur, le scénario tient la route mais n’est pas le point fort de ce comics. Toutefois si vous aimez tout ce qui touche à la mythologie sans forcément vouloir lire quelque chose de trop prise de tête je n’ai qu’un conseil : foncez !

    [Retrouvez l’article de kit-fisto à l’adresse [Review] Skybourne]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.