[Review] Red Sonja – L’autre monde

Jean Reno et Christian Clavier n’ont qu’à bien se tenir !

Sonja la guerrière est projetée dans notre monde et va devoir s’y adapter tout en essayant de découvrir les raisons de ce voyage.

Red Sonja L’Autre Monde
Histoire : Amy Chu
Dessin : Carlos Gomez, Marcio Fiorito
Encrage : Carlos Gomez, Marcio Fiorito
Couleurs : Mohan
Contient les épisodes Red Sonja Vol. 4 # 0 à 6
Publié par Graph Zeppelin




L’avis de Spider-Matt :

Red Sonja est apparue la première fois en 1934 dans une nouvelle de Robert E. Howard (le papa de Conan le Barbare) et sera adaptée pour les comics en 1973 par Roy Thomas et Barry Windsor-Smith. Devenant le pendant féminin de Conan, le personnage n’a pourtant jamais vraiment percé en France. En effet, malgré quelques tentatives de publication de la part de Panini entre 2008 et 2009 le public n’était pas au rendez-vous et cela faisait 10 ans que Red Sonja avait déserté les librairies Française alors qu’aux USA la série se vend très bien. Il aura fallu attendre 2017 et la maison d’édition Graph Zeppelin pour voir le retour de cette héroïne.

L’histoire de ce volume voit Sonja être arrachée de son monde durant une bataille pour arriver dans le nôtre. Tout en découvrant celui-ci à l’aide de nouveaux amis elle devra combattre son ennemi juré, le sorcier Kulan Gath. J’ai vu beaucoup de monde comparer cette histoire aux Visiteurs et c’est vrai qu’on y retrouve ce côté déjanté. L’héroïne provient de l’âge Hyborien, période fictive se situant entre -14 000 et -10 0

00 avant J.C. Le choc est donc violent pour elle quand elle se retrouve confrontée à notre époque et toute sa technologie. Pour elle un simple bain chaud relève de la magie pure et simple. Le récit va beaucoup jouer sur ce décalage, ce qui va donner lieux à bon nombres de situations cocasses ou carrément drôles. Ca va aussi avoir  pour conséquence de rendre cette farouche guerrière très attendrissante à nos yeux et dépendante de ses nouveaux alliés issus de ce monde inconnu. Amy Chu maîtrise son scénario, qui a l’avantage d’être bien fourni pour seulement 7 numéros. Elle sait où elle va, même si tout ce qui touche à la langue parlée par Sonja et la compréhension qui en découle entre les personnages m’a paru un peu confus. On a le temps de s’attacher aux personnages qui ne sont pas trop nombreux et j’ai très envie d’en lire davantage sur ce petit groupe d’aventuriers. Quant à l’ennemi de ce récit eh bien il est méchant. Voilà. Ses motivations sont basiques et pas très travaillées ce que je trouve assez dommage. Il aurait fallu plus travailler le charisme de cet adversaire qui n’arrive pas à la cheville de celui de notre belle rousse. Ce tome n’a pas de numéro mais la fin étant clairement ouverte on ne s’étonnera pas d’en voir la suite un de ces jours.

La partie graphique est assurée majoritairement par Carlos Gomez qui va se faire plaisir en mettant en avant le côté sexy de notre combattante. Formes généreuses, bikini en écailles de dragon qui ne cache presque rien ou scènes la montrant nue en en cachant le strict minimum pour ne pas être contraint d’apposer une limite d’âge élevée au titre : tout y est. On ne lui en voudra pas, d’autant plus que ses dessins sont superbes. Les découpages sont variés et les pleines pages sont légions. Et pour ne rien gâcher les couleurs choisies par le studio Mohan embellissent grandement le tout. Pour finir nous avons le droit à une galerie de couvertures bien fournies, que ce soit par des auteurs célèbres ou juste des fans ou encore des photos de coplayeuses se grimant en leur idole.

Une très bonne histoire qui vaut surtout pour le côté décalé qu’apporte le fait de sortir Red Sonja de sa zone de confort. On passe un très bon moment en compagnie de cette héroïne trop peu connue du grand public.

La note de Spider-Matt : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Nos chroniques, Spider-Matt
Jetez un oeil ici...