[Review] Planetary Tome 2

Contemplez le puzzle !

Elijah a découvert qui était le quatrième homme, provoquant une grande remise en question chez lui. Pourtant, il n’a pas de temps à perdre, un groupe de métahumains pose des problèmes à Planetary et le groupe doit les affronter pour la sauvegarde des secrets ancestraux de l’humanité.1

Planetary Volume 2
Histoire : Warren Ellis
Illustrations : John Cassaday, Jerry Ordway
Encrage : Andy Lanning
Couleur : David Baron, Laura Martin
Contient les épisodes Planetary #13-27, Planetary/JLA
Publié par Urban Comics




L’avis de Dram00n :

On retrouve notre équipe d’archéologues qui avaient tant de questions sans réponses et à la fin du premier tome, le brouillard s’estompait pour laisser place à … encore plus de questions ! Il ne faut pas paniquer, comme le petit poucet qui sème ses cailloux, Ellis va semer toutes les réponses pour nous guider. Pour autant, ces douze derniers chapitres (qui représentent la moitié de l’œuvre) vont passer à une vitesse folle tant l’intensité est présente. On va suivre Snow et ses deux compères à la recherche des Quatres et autant le dire, ce voyage ne va pas être de tout repos.

Je vais être franc, Planetary est mon Watchmen à moi et j’ai dévoré ce tome en une soirée sans le lâcher des mains une seule fois. Planetary est complexe dans son approche et il faut savoir s’investir dans la lecture. Ce n’est pas une œuvre qu’on peut lire de manière passive au risque de rater beaucoup d’éléments, de références, mais surtout de se sentir submerger par le flux d’informations qui s’offre à nous. Si je dois comparer Planetary à un jeu, je choisis les échecs. On se demande souvent pourquoi tel choix, tel mouvement, tel pion, on est dans l’obligation d’analyser tous les éléments et ce deuxième tome représente la finalité de la partie. Ellis nous a présenté ses personnages, les situations, l’adversaire et maintenant, il a juste à mettre la machine en marche pour arriver à l’échec et mat.

Si je dois citer mes auteurs préférés, je pense qu’on peut mettre en commun leurs traitements des personnages, leur exploitation, le développement du caractère et de la personnalité et si j’aime Ellis dans cette œuvre, c’est justement parce qu’il ne déroge pas à cette règle. Tout au long de l’histoire, l’évolution de Snow est sans doute la plus frappante. Cette évolution coïncide avec le retour de la mémoire du personnage et on va très vite comprendre d’où vient sa notoriété si souvent abordée dans le premier tome. En effet, on réalise que cette équipe et l’agence Planetary a un rôle plus qu’important dans le développement de l’Histoire, des choix politiques,… Je ne vais pas revenir sur toutes les références disséminées par Ellis tout au long de l’histoire, mais il sait me donner envie de tourner la page, de chercher à comprendre et évidemment d’élaborer mes propres théories. Planetary est l’œuvre la plus puissante et la plus intense que j’ai lue d’Ellis.

La partie graphique n’est vraiment pas à négliger dans ce comics. Indices glissés dans le décor, sur les vêtements, sur le sol, … Ce tome 2 est encore plus représentatif de cette connivence entre Ellis et Cassaday. Le style très fin de Cassaday est encore présent et les expressions sont toujours d’une justesse remarquable. Je mettrai encore en avant la maîtrise des couleurs qui me transportent à chaque page.

Planetary est sans conteste mon œuvre ultime à moi. Je la compare souvent à Watchmen dans sa construction et dans son impact post-lecture et il m’arrive souvent d’y repenser. Comme tout œuvre, certains défauts sont présents évidemment. La construction des pages est parfois confuse et les rendus de mouvement ne sont pas toujours excellents. Cependant, ces défauts sont mineurs et n’entachent jamais la qualité de ce titre.

La note de Dram00n : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Dram00n, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...