Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Planetary – Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


L'écriture de Warren Ellis

Point(s) faible(s) :


Aucun !


 
En résumé
 

Planetary a tout du comics culte. Par son écriture, ses personnages, son univers, il allie une maîtrise scénaristique et graphique de haute volée

 
Infos techniques
 

Histoire : Warren Ellis
Dessin : John Cassaday, Phil Jimenez
Encrage : Andy Lanning, Phil Jimenez
Couleur : Laura Martin, David Baron
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Videz la boîte et assemblez les pièces !

Planetary est une organisation particulière, elle dispose de trois membres : Jessica Parker, Le Batteur et Elijah Snow. Ils enquêtent sur des objets paranormaux, découvrant des mystères passionnants à élucider.

L’avis de Dram00n :

Je vous propose un petit retour dans l’histoire. On retourne dans les années 90 pour découvrir une œuvre incontournable de l’époque. Edité par Wildstorm (label initialement créé par Jim Lee pour Image Comics avant d’être revendu à DC), Planetary rentre dans un panier particulier à mes yeux, un panier qui contient The Authority, Top 10 et Ex Machina et qui a revu le genre du super-héros.

Durant tout le récit, on va suivre une équipe d’archéologues de l’étrange composée de trois membres, mais plus particulièrement d’Elijah Snow. Ce dernier, qui possède des facultés de surhomme, semble avoir oublié une partie de son passé et souhaite donc découvrir les secrets de l’agence pour laquelle il travaille. Ils vont donc creuser afin de découvrir les merveilles enfouies. Aliens, monstres, univers parallèles,… Ils vont très vite découvrir un groupe qui se fait appeler « Les Quatre » et qui va s’opposer à Planetary dont le but est d’empêcher ces découvertes majeures et les utiliser dans leurs propres intérêts.

L’histoire de Planetary est particulière à décrire mais, finalement, la couverture de ce premier tome d’Urban la résume très bien. Dès les premières pages, on peut ressentir toute la complexité du scénario. Comme une pièce de puzzle isolée, chaque chapitre ne semble pas avoir de lien avec tous les autres. Pour autant, plus la lecture avance, plus les formes commencent à s’emboîter et plus l’image globale devient claire dans notre esprit. J’ai découvert Ellis avec ce titre et je suis tombé sous le charme de son style. Plusieurs niveaux de lecture, bourrée de références aux films, comics, littérature… Ellis nous livre ici une œuvre complète avec une maîtrise sans failles. Le point d’orgue est évidemment le travail des personnages. On suit des hommes dotés de supers-pouvoirs, pour autant, Ellis ne veut pas en faire des héros, des icônes pour la société, juste des archéologues à la recherche des réponses à leurs questions. On se retrouve donc avec des surhommes dont on banalise les compétences afin de les rendre humains et cela ne fait que les rendre encore plus attachants à mes yeux.

Je vais me répéter pour Cassaday, mais je l’ai également découvert avec ce titre et je suis également tombé sous le charme de ses dessins. Un style très réaliste et des traits très fins qui mettent vraiment en valeur les expressions des personnages. Oui, les dessins sont en harmonie avec le scénario et oui les dessins attirent le regard dès le premier coup d’œil. Mais pour moi, le vrai point fort est l’utilisation des couleurs. Ces dernières vont souvent s’associer au caractère du personnage et on va retrouver beaucoup de dégradés dans les fonds qui vont renforcer le côté surnaturel du lieu.

Pour conclure, Planetary est un comics culte à mes yeux. Tant sur l’écriture que sur les dessins, ce comics est incontournable et ce premier tome n’est qu’une entrée qui m’a donné envie de me jeter sur le plat principal et sur le dessert.

 

Pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Très cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi

 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...