[Review] Mighty Morphin Power Rangers Pink

La vie en rose

Power_Rangers_Pink_Glenat_Comics_BoomKimberly Hart a tourné le dos à son passé de Power Ranger. Elle est désormais championne de gymnastique et tente de mener une existence normale, sans avoir à sauver le monde tous les quatre matins. Un soir, après une compétition victorieuse, Kim décide de se rendre chez sa mère dont elle est sans nouvelles depuis trop longtemps. La jeune femme débarque dans le petit village de Saint-Moineau, en France et se retrouve au milieu d’une horde de monstres…

Mighty Morphin Power Rangers Pink
Histoire : Brenden Fletcher ; Kelly Thompson ; Tini Howard
Illustrations : Daniele Di Nicuolo
Contient les épisodes Mighty Morphin Power Rangers #1-6
Publié par Glénat Comics

L’avis de Sonia Smith :

Confessons-le immédiatement, je ne suis sans doute pas le public visé par cette publication qui s’adresse avant tout aux nostalgiques des Power Rangers ou au jeune lectorat qui a envie de découvrir des héros jeunes dans des armures plutôt cool.

J’ai donc tenté de voir comment j’aurais pu lire cette histoire si j’avais été une jeune lectrice. Avant tout, le personnage de Kimberly est attachant. Cette jeune femme décide d’être maîtresse de son destin en s’éloignant d’un groupe de héros, renonçant ainsi à vivre des aventures hors du commun pour mener une existence plus paisible. Kim conserve toutefois le goût de la compétition et mène une vie apparemment très solitaire. Le caractère sombre et solitaire de la jeune héroïne permet de s’identifier à elle. Elle est à la fois bien ancrée dans son temps sans être une caricature kawaï accrochée à son smartphone, offrant un modèle positif et fort aux lecteurs et lectrices de ce titre.

Lorsqu’elle atterrit dans le village français de sa mère, Saint-Moineau, Kim se retrouve évidemment dans une situation délicate et doit enquêter sur la disparition de presque tout le village. Elle trouve un allié de circonstance, Serge (oui, on est en France) et affronte un adversaire bien connu des Rangers ! On retrouve ici une thématique bien connue : à grands pouvoirs, grandes responsabilités, on ne peut pas occulter son passé héroïque bien longtemps quand on est un Power Ranger. Ce titre me fait un peu penser au Club des Cinq ou à un épisode de Scooby-Doo : un mystère à résoudre, un groupe d’amis qui luttent ensemble contre un duo de méchants cyniques et une aventure qui finit bien avec des amitiés consolidées et renouvelées. Bien sûr, on est chez les Power Rangers, donc on ajoute le lien avec Zordon et les personnages colorés et casqués mais la philosophie reste la même : un groupe d’amis courageux qui luttent contre un adversaire pervers.

Sur le plan du récit, ce Power Ranger Pink est donc dynamique et met en avant des figures sympathiques et positives sans être cucul tandis que graphiquement Daniele Di Nicuolo offre un travail de qualité, variant avec bonheur le rythme du récit. Il faut également mentionner la coloriste, Sarah Stern, qui met en valeur le trait de Di Nicuolo : les costumes des Power Rangers sont rutilants et particulièrement réussis. Je regrette cependant des décors parfois minimalistes qui placent les personnages dans des emplacements un peu impersonnels. J’ai également apprécié le chapitrage de Glénat avec les couvertures réalisées par Elsa Charretier qui sont très réussies.

Power Ranger Pink est un spin off qui devrait séduire les fans de la série principale et les nouveaux lecteurs. Le titre mêle intrigue policière et baston intergalactique avec réussite et présente des personnages positifs aux individualités affirmées et à l’esprit d’équipe développé. Un livre sympa, à mettre entre toutes les mains.

La note de Sonia Smith : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Commentaires
Categories Nos chroniques, Sonia Smith
Jetez un oeil ici...