[Review] Final Crisis Tome 1

Sept soldats sinon rien !

Imaginez un instant : sept personnages qui ne se connaissent pas doivent lutter contre un ennemi commun. Problème : ils ne vivent pas à la même époque, ne connaissent pas la nature de leur adversaire et évidemment, ils ne se sont jamais rencontrés.

Final Crisis Tome 1 - Sept Soldats (1ère partie)
Histoire : Grant Morrison
Illustrations : JH Williams III, Ryan Sook, Frazer Irving, Cameron Stewart et Simone Bianchi
Encrage : JH Williams III, Ryan Sook, Frazer Irving, Cameron Stewart, Simone Bianchi et Mick Gray
Couleur : Dave Stewart, Frazer Irving, Nathan Eyring et Moose Baumann
Contient les épisodes Seven Soldiers of Victory #0, Seven Soldiers: Shining Knight #1-4, Seven Soldiers: Guardian #1-4, Seven Soldiers: Zatanna #1-3, Seven Soldiers: Klarion the Witcher Boy #1-3
Publié par Urban Comics

L’avis de Comics Grincheux :

Ce tome 1 de Final Crisis ne contient pas l’événement du même nom mais la première partie de la maxi-série Seven Soldiers of Victory. Nul doute que le lien sera établi avec la Crise Finale à un moment ou à un autre.

Cette maxi-série est originale dans son concept. Sept séries présentant chacune un personnage précis dans une aventure en quatre chapitres. Toutes sont liées par l’adversaire qu’ils affrontent et de nombreux autres liens que les habitués de l’auteur écossais n’auront pas de mal à détecter. Le symbolisme y est fort, rien qu’à travers le chiffre sept, motif récurrent des récits.

Mais ce qui séduit d’emblée, c’est que la narration de Grant Morrison est très fluide et directe. Il ne part pas dans toutes les directions et chacune des séries nous entraînent dans une nouvelle aventure, pleine de mystères. Surtout, le ton est différent. Les quatre histoires présentes dans ce premier tome brasse l’aventure chevaleresque, le récit fantastique, horrifique et policier. On retrouve donc une partie des séries avec Zatanna, Klarion, le Gardien et le Chevalier Etincelant. Qu’on soit très claire, j’en connais deux de nom, une dont je maîtrise l’histoire et un qui m’était totalement inconnu. Pourtant, je n’ai eu aucun problème de compréhension. Les histoires sont complètes, auto-contenues malgré le nombre de références croisées entre elles. Ce sera finalement le petit jeu rigolo à faire, trouver les références, les croiser, pour tenter de comprendre la méta-histoire racontée par l’auteur. C’est ce qui est le plus passionnant dans la construction narrative. Grant Morrison parvient à rendre clair une histoire qu’il a clairement construit comme une seule mais qu’il est parvenu à diviser de façon fluide et évidente. On sent les prémices des futurs récits et notamment de l’arc Le Retour de Bruce Wayne. Donc, si vous connaissez déjà, vous verrez de nombreuses références autres.

Mais rassurez-vous, les histoires peuvent se suivre de façon autonome. Chaque héros vit une histoire propre, avec un ennemi à affronter dans un environnement très spécifique. Le Gardien va aller dans les égouts de New-York, Zatanna va affronter des créatures magiques, Klarion plongera dans une ambiance horrifique et le Chevalier Etincelant aura l’histoire la plus étonnante et inattendue. On sent dans cette histoire, l’amour de Grant Morrison pour les grandes légendes et les héros de façon générale.

Pour l’accompagner, l’auteur écossais s’est entouré d’artistes de talents. Même si je ne suis pas fan de Simone Bianchi, force est de reconnaître que son trait est efficace pour illustrer des aventures chevaleresques. Le style de Frazer Irving convient bien pour illustrer l’univers pieux de Klarion, sans toutefois que la colorisation soit aussi poussée qu’elle ne l’est maintenant, son trait est moins expérimental et plus posé. Quant à Cameron Stewart et Ryan Sook, ils offrent un travail propre, malgré le look assez laid de Zatanna. Chacun d’entre eux va apporter sa touche et parvenir à donner son identité aux différents récits.

Bref, ce tome 1 de Final Crisis surprendra positivement ceux qui espéraient découvrir directement l’event. Les éléments disséminés dans ce tome et le prochain tome seront certainement nécessaires puisque d’après l’auteur lui-même, la lecture de Seven Soldiers est importante. En tous les cas, le travail est réussi, le projet est audacieux mais la narration est fluide et exemplaire, permettant une clarté de chaque instant, renforcé par le travail impeccable de Urban Comics pour l’édition. Foncez !

La note de Comics Grincheux : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Nos chroniques
Jetez un oeil ici...