Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Black Monday Murders – Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


La forme
Les dessins
Le génie d'Hickman !

Point(s) faible(s) :


Un récit très complexe


 
En résumé
 

Black Monday Murders est une œuvre particulière. Forte d’une construction inhabituelle, l’histoire intrigue et l’ambiance nous plonge facilement dans l’univers installé par Hickman et Coker. Pour autant, par la complexité de la narration, le comics ne fera pas l’unanimité et n’est pas orienté pour tous les publics.

 
Infos techniques
 

Histoire : Jonathan Hickman
Dessin : Tomm Coker
Encrage : Tomm Coker
Couleur : Michael Garland
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 3 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Money, get away !

Dans un monde régi par l’argent, on est bien loin de se douter du pouvoir magique de ce dernier. Seulement, cette puissance n’est manipulable que par certains, un groupe fanatique vénérant Mammon pour être exact.

L’avis de Dram00n :

Qu’il est dur de résumer ce comics ! A la fois par sa construction comme par la complexité de l’histoire. Développée sur plusieurs périodes, l’histoire va se construire avec des éléments disséminés dans les différentes temporalités traitées. C’est ici que peut se trouver la difficulté de se projeter dans le récit pour certains. Black Monday Murders n’est pas un comics que l’on peut lire juste pour la détente, il est important de se concentrer et de prendre le temps d’avancer au risque de passer à côté de plusieurs éléments. Jonathan Hickman trouve également plaisir à jouer sur différentes formes de narration. Alternant entre phases de comics, de rapports, de définitions, de journaux, l’auteur prend un malin plaisir à mêler le fond et la forme afin de surprendre les lecteurs.

J’étais vraiment impatient de lire cette œuvre, il m’est encore dur de savoir si j’ai bien capté tous les messages que veut me transmettre Hickman et une seconde lecture est quasiment nécessaire si l’on ne souhaite pas passer à côté de certaines pièces du puzzle. Avec huit numéros sortis en presque deux ans (ce tome 1 comprend les quatre premiers numéros), il est évident qu’il a pris soin de construire son histoire et que tout est pensé pour faire vivre au lecteur une expérience peu courante.

Le travail réalisé dans Black Monday Murders me fait très vite penser aux précédentes œuvres de l’auteur. C’est-à-dire une construction complexe avec une forme qui l’est tout autant. Pour autant, l’univers qu’il met en place ici est maîtrisé. Très sombre avec beaucoup de mystère et un côté surnaturel, Black Monday Murders va prendre la forme d’un polar sur fond de milieu financier. Très loin d’un discours moralisateur sur l’argent, Hickman veut ici nous livrer une vision surnaturelle du sujet et nous projeter dans un milieu qu’on est bien loin de pouvoir connaître avec ses secrets et ses mystères.

Le dernier élément intriguant dans le récit est l’utilisation de son personnage “principal”, l’inspecteur Dumas (il est très difficile de vraiment sortir un personnage principal dans le récit, mais c’est le seul à avoir une “fiche de personnage” au début du comics). Immédiatement présenté comme un mystère auprès de ses collègues, il est évident qu’il ne ressort pas comme un homme lambda et que plusieurs questions se posent autour de lui. Pas attachants, les personnages ressortent par une froideur et une absence d’empathie qui va tout de suite les dégager des horreurs qui les entourent. En soi, il va ressortir l’image que beaucoup se font des magnats de la banque.

Pour revenir sur la partie graphique, celle-ci sert vraiment les propos et aide à installer le lecteur dans l’univers. Très sombres, les couleurs vont porter l’ambiance. J’ai vraiment apprécié le travail de Tomm Coker dans la globalité, mais je n’ai qu’un seul petit bémol à faire ressortir, il ne dessine presque jamais les bouches ouvertes. La plus grande partie du temps, les bulles servent les propos de personnages qui ne semblent pas toujours s’exprimer. Malgré une qualité indéniable pour le travail des yeux, les expressions manquent parfois de profondeur. Un exemple simple est l’utilisation d’une bouche fermée pour quelqu’un qui crie, on ne va pas ressentir complètement la colère exprimée par le personnage. Evidemment, cela n’est qu’un détail par rapport au travail de Coker dans le comics qui je me répète, est de grande qualité.

Black Monday Murders est sans conteste une œuvre particulière dans mes récentes lectures. Forte d’une construction inhabituelle, l’histoire intrigue et l’ambiance nous plonge facilement dans l’univers installé par Hickman (bien aidé par les dessins de Coker). Pour autant, par la complexité de la narration, Black Monday Murders ne fera pas l’unanimité et n’est pas orienté vers tous les publics.

 

Pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Très cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi

 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Black Monday Murders Tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Dram00n, il y a 2 mois et 4 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #17592

    Dram00n
    Modérateur

    Black Monday Murders est une œuvre particulière. Forte d’une construction inhabituelle, l’histoire intrigue et l’ambiance nous plonge facilement dans l’univers installé par Hickman et Coker. Pour autant, par la complexité de la narration, le comics ne fera pas l’unanimité et n’est pas orienté pour tous les publics.

    [Retrouvez l’article de dram00n à l’adresse [Review] Black Monday Murders Tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.