Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] 52 tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Quatre auteurs talentueux à leur sommet
Une intrigue menée tambour battant
Des personnages travaillés et passionnants
Des dessins très beaux

Point(s) faible(s) :


La densité de l'intrigue qui pourra en perdre


 
En résumé
 

Bref, ce premier tome de 52 est un très bon début pour une série au concept innovant. Soutenu par une équipe qualifiée, le comics propose une intrigue dense, soutenue et intense où les personnages sont en plein spleen, perdus sans leurs guides moraux. Captivant !

 
Infos techniques
 

Histoire : Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka, Mark Waid
Dessin : Keith Giffen, Joe Bennett, Eddy Barrows, Chris Batista, Ken Lashley, Shawn Moll, Todd Nauck, Kevin Nowlan, Dan Jurgens
Encrage : Ruy José, Jack Jadson, Jimmy Palmiotti, Ken Lashley, Rob Stull, Tom Nguyen, Marlo Alquiza, Draxhall, Andy Lanning
Couleur : Alex Sinclair, David Baron, Kevin Nowlan
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 mois par

 
Dans le détail...
 
 

52 semaines chrono !

L’avis de Comics Grincheux :

J

e vous vois venir, vous allez vous dire : encore un event à la con qui prend la suite d’un event pour enchaîner les événements impactants dans la continuité ! Spoiler : non !

L’intelligence de 52 est avant tout dans son concept. C’est un récit en “temps réel”, à la 24. 52 numéros publiés chaque semaine pour pouvoir tenir une année. Chaque chapitre dure ainsi une semaine. Pour pouvoir gérer ce “temps réel”, l’histoire va être découpée entre plusieurs personnages et gérée par un groupe d’auteurs confirmés. Jugez plutôt dans les crédits : Geoff Johns alors à son diapason, Grant Morrison, Greg Rucka et Mark Waid, trois génies du comics moderne. Ensemble, ils vont construire une intrigue intense, dense et surtout passionnante.

On va ainsi suivre plusieurs héros : Renée Montoya et la Question, Booster Gold et Skeets, Black Adam et un groupe de personnages perdus dans l’espace dont je vous laisserai découvrir l’identité ! Chacun va suivre une aventure qui, pour ce premier tome, sera plus ou moins indépendante l’une de l’autre même si des liens commenceront à être visibles. Ce qui frappe, surtout quand on a lu Batman Eternal ou Future’s End, c’est le fait que tout avance progressivement avec un vrai sens d’unité. L’intrigue a une direction plus ou moins clairement établie dès le départ et on le ressent assez vite. C’est ce que je trouve fabuleux dans le récit est cette impression, comme dans une série TV, qu’un groupe uni dans un sens s’est formé pour mettre en place une grande intrigue qui n’est pas seulement un event de plus. 52 n’est pas un event. C’est une histoire qui profite des conséquences de Infinite Crisis pour parler du manque d’espoir, de ce que devient un monde qui a perdu ses repères moraux et où des personnages qui n’ont jamais eu droit au premier plan vont prendre le relais. C’est l’adversité, la détresse qui frappe dans ce comics. Surtout quand les méchants eux ne sont pas partis et comptent profiter du vide pour prendre l’ascendant sur un monde en souffrance. C’est surtout intéressant parce que Black Adam est une figure centrale de l’intrigue et que son ambivalence morale en fait un être unique et passionnant à suivre.

Surtout que, malgré les craintes de voir autant d’auteurs si différents et affirmés dans leur style, la narration est d’une fluidité impeccable. On sent des idées farfelues de Grant Morrison, on sent l’aspect noir de Greg Rucka, l’optimisme et les hommages à l’espoir des super-héros de Geoff Johns et Mark Waid mais le tout est fusionné au sein de numéros où on ne ressent pas de rupture de style parce que ce sont les personnages qui permettent à l’intrigue d’avancer et pas uniquement des concepts fous.

Du côté des dessins, c’est plutôt très beau parce que le comics a eu l’intelligence de confier l’ensemble des découpages à Keith Giffen. Ainsi, les dessinateurs n’ont plus qu’à appliquer leur trait dans les cases prévues à cet effet. C’est souvent beau, parfois brouillons mais il y a une unité dans ce premier tome qui fait plaisir quand on sait la capacité qu’ont les séries hebdomadaires à partir en vrille de ce côté-là. Les découpages sont d’ailleurs hyper précis, accentuant l’aspect urgent de l’intrigue, la tension de certains passages.

Bref, ce premier tome de 52 est un très bon début pour une série au concept innovant. Soutenu par une équipe qualifiée, le comics propose une intrigue dense, soutenue et intense où les personnages sont en plein spleen, perdus sans leurs guides moraux. Captivant !

La note de Comics Grincheux : 

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] 52 Tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Comics Grincheux, il y a 4 mois et 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #17617

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Bref, ce premier tome de 52 est un très bon début pour une série au concept innovant. Soutenu par une équipe qualifiée, le comics propose une intrigue dense, soutenue et intense où les personnages sont en plein spleen, perdus sans leurs guides moraux. Captivant !

    [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse [Review] 52 Tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.