Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Deadly Class Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
5 votants

 

Point(s) fort(s) :


Une métaphore brillante
Le nihilisme de l'oeuvre
Les dessins et la colorisation

Point(s) faible(s) :


Rien, nada, walouh


 
En résumé
 

Deadly Class est une grosse frappe, aussi brillant dans sa métaphore d’une école violente qui reproduit les inégalités que sublime dans ses dessins, le récit vous happe et ne vous lâche pas. Il se pare d’une ambiance et de personnages attachants mais auquel le récit ne fait aucun cadeau. Bluffant et donc indispensable !

 
Infos techniques
 

Histoire : Rick Remender
Dessin : Wes Craig
Couleur : Lee Loughridge
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Classe de mort

Deadly Class est une œuvre sur laquelle je me suis mal engagée. Ma première lecture il y a plusieurs années m’avait laissé un goût étrange. J’attendais beaucoup de cette parution chez Urban Comics et j’avais eu l’impression d’être face à un produit qui n’était pas ce que j’attendais. Pensant me trouver face à Attrape-Cœurs mode violent engagée, le récit était finalement bien plus que ça et je n’avais pas su dépasser le cap de ma déception pour m’aventurer plus loin. Mais face à l’arrivée de la série, j’ai décidé de relire ce tome 1 et de me refaire un avis.

Verdict : c’est de la bombe !

 

Le début nous plonge clairement dans la tonalité du récit. Rick Remender n’est pas là pour faire du joli, le récit sera sale et profondément désespéré. Son héros, Marcus, est un gamin qui vit dans la rue, faisant de la débrouille, sa seconde nature. Mais il meurt à petit feu et n’a que quelques semaines à tenir dans cette mouise. Son salut viendra d’une école spéciale qui forme des assassins.

Pour ceux qui ne le savent pas, Deadly Class est en fait un récit très personnel pour son auteur. Né dans les années 80, il a grandi avec une haine du système scolaire et des inégalités qu’il manifeste très tôt ainsi que des tensions qu’il est capable d’exacerber. La métaphore de la série est donc assez évidente et, si c’est une école d’assassins, les parallèles que toute personne se sentant un peu à la marge aura vécu se feront très facilement. Et c’est peut-être pour cela qu’il m’a fallu revenir sur cette lecture. Parce qu’il m’a aussi fallu revenir sur mes propres années de collège et de lycée et accepter que ce furent des périodes pas franchement réjouissantes pour moi. Clairement, la série est forte de ce point de vue, elle parvient à rendre crédible les sentiments de son héros mais sans verser dans un trop plein qui la ferait basculer. Tout y est assez sobre dans le traitement psychologique. L’école possède ses clans, mettant en scène les clichés évidents mais ô combien ancrés dans la réalité sociale. Le problème, c’est que le héros n’est à sa place nulle part et s’il parvient à se trouver des amis, ce sont eux aussi des déphasés.

Ensemble, cette bande va partir en road-trip et se retrouver ailleurs, permettant de sortir du champ purement scolaire que l’on aurait pu craindre. Dès lors, le récit surprend, sait rebondir au moment où il le faut (ce qui n’est pas toujours la plus grande qualité de Rick Remender) et surtout, fait une bascule parfaite entre action et moments d’introspection. Puisqu’on en parle, il y a peu d’action dans ce tome, quelques scènes par-ci, par-là mais on se situe encore dans une phase de présentation. Mais les quelques séquences sont de pures réussites. Wes Craig parvient à chorégraphier des scènes qui ont une patate monstrueuse, découpant le tout astucieusement et intelligemment. Ajoutez à cela, son sens du style pour le look des personnages, la violence graphique et la colorisation de Lee Loughridge et vous obtenez une forme de quintessence artistique à tous les niveaux. Rick Remender sait parfaitement s’entourer et il le prouve une fois de plus.

La fin du tome donne également le ton de ce qui va, il me semble, définir le reste de la série. Personne n’est à l’abri, tout peut arriver. A travers ce premier recueil, on perçoit un nihilisme encore plus prononcé, une forme de détestation d’une société incapable de traiter efficacement ses gosses et qui ne cherche plus à résoudre les problèmes de violence. La présidence Reagan aura été marquée par cet aspect, la hausse de la violence et cette plongée dans la vie de Rick Remender n’en est que plus dérangeante. On sait que le tout est une métaphore, pourtant, on sait aussi que la société américaine s’est construite sur la violence des individus. Alors, oui, ce n’est pas une série qui verse dans le spleen comme je l’avais cru, il y a quelques années. C’est une série qui est, bien au contraire, crue. Elle le sera sûrement trop pour certains mais cet aspect semble finalement nécessaire. D’autres passeront à côté de ce message et n’y verront que des gosses suivant le chemin vers l’assassinat. Pourtant, il faut se saisir du message et de la réflexion que Rick Remender tente de distiller et la critique acerbe qu’elle engendre sur de nombreux mécanismes sociaux. Ses gamins sont extrêmes mais ils ont aussi le potentiel d’être une bande à qui on s’attache facilement.

Bref, tout ça pour dire que Deadly Class, c’est en fait de la bombe et que vous devriez foncer dessus. Autant sur le plan du scénario, intelligent et nihiliste que sur les dessins, hyper stylisés, c’est une pure réussite.

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Deadly Class Tome 1

Ce sujet a 1 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Comics Grincheux, il y a 2 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #24968

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Deadly Class est une grosse frappe, aussi brillant dans sa métaphore d’une école violente qui reproduit les inégalités que sublime dans ses dessins, le récit vous happe et ne vous lâche pas. Il se pare d’une ambiance et de personnages attachants mais auquel le récit ne fait aucun cadeau. Bluffant et donc indispensable !

    [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse [Review] Deadly Class Tome 1]

  • #24977

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Et s’il y a des amateurs de VO et de numérique qui n’ont pas franchi le pas, il y a un humble bundle en ce moment.

    Le principe, vous donnez ce que vous voulez, vous soutenez une association et vous obtenez les comics.

    Le contenu est différent selon le montant que vous donnez

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.