Le 1er collectif comics de France

 


 
 

GrindHouse Stories : Sweet Home

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Tampon Grindhouse confirmé.
Un scénario maitrisé.
Des dessins qui collent parfaitement.
Des bonus riches.

Point(s) faible(s) :


Un goût de trop peu.
La richesse des personnages dans les bonus.


 
En résumé
 

Un braquage qui tourne mal, les flics aux fesses, et une balle dans le bide. Qu’est-ce qui pourrait aller plus mal ? Surtout quand on trouve refuge dans la villa d’une parfaite famille bourgeoise américaine. Mais n’est-ce pas ainsi que débutent nombre de scénario avant de tourner au cauchemar ?

 
Infos techniques
 

Histoire : Sébastien Viozat
Dessin : Kieran
Encrage : Kieran
Couleur : Kieran
Editeur :
 
Publié il y a 2 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Une lecture de série B ?

Simple et efficace

Il y a un an, Glénat a lancé un nouveau label : Grindhouse Stories. Dédiée aux univers de genre, la collection a notamment accueilli Amazing Grace et L’agent. Nouveau titre et nouveau genre aujourd’hui avec Sweet Home. D’entrée de lecture, le tempo est donné : nous sommes en pleine course-poursuite entre braqueurs et police. Au cœur de l’action, ça va vite, et les présentations sont rapidement faites. Trop peut être. Il faudra attendre la fin du livre et ses bonus pour découvrir tout le travail de Sébastien Viozat sur l’univers de son récit avec des récits sur le passé de chacun des personnages. Ce choix d’une narration accélérée, immergée dans l’action constante, est toutefois bien mené.

Le cauchemar des paillettes

Salement amoché, l’un des braqueurs a besoin de soins et son cas va scinder le trio. Ne voulant s’encombrer d’un poids mort, Zack abandonne Sally et Ethan sur la route pour poursuivre sa fuite. Plus que la course poursuite, c’est bien là le démarrage de l’histoire, qui va voir notre couple se réfugier dans une villa dans un quartier transpirant la richesse. Toutefois, derrière toute ce luxe, le récit nous montrera les sombres secrets des propriétaires pris en otage. Le scénario a pour moi ce bon goût des films tarantinesques, tels que Une nuit en enfer. Partir d’une situation banale, et renverser ce à quoi l’on s’attend par une histoire haletante ne laissant personne indemne.

Les planches de Kieran participent pleinement à l’ambiance du titre. Que ce soit dans son trait ciselé ou la palette de couleurs assez ternes, on se sent de moins en moins à l’aise au fil du récit. C’est détaillé comme il faut, avec des personnages expressifs. Et si la découpe reste classique dans l’ensemble, certaines pages nous bousculent comme pour nous rappeler de ne pas s’attacher au confort.

Sweet Home est un bon moment de détente. La construction maîtrisée du récit et les planches qui l’accompagnent répondent parfaitement à ce qu’on attend d’un titre estampillé GrindHouse. On regrettera une sensation de trop peu, paradoxalement accentuée par des bonus généreux.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Ombre planant au dessus de Lescomics City, traquant sans répit les fautes dans les ruelles de nos articles. Et de temps en temps, il prose sa patte également.


Vos commentaires :

Accueil Forums GrindHouse Stories : Sweet Home

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #34680
      ChtiDkois
      Participant

      Un braquage qui tourne mal, les flics aux fesses, et une balle dans le bide. Qu’est-ce qui pourrait aller plus mal ? Surtout quand on trouve refuge dans la villa d’une parfaite famille bourgeoise américaine. Mais n’est-ce pas ainsi que débutent nombre de scénario avant de tourner au cauchemar ?

      [Retrouvez l’article de chtidkois à l’adresse GrindHouse Stories : Sweet Home]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.