Posté il y a 4 mois par dans la catégorie Dossiers
 
 

Jason Aaron dans Question de Style S02E04 – Partie 1

 

Jason Aaron a connu une carrière prolifique d’auteur chez Marvel, son travail étant régulièrement salué. De Ghost Rider à Wolverine, en passant par Thor, il a écrit sur de nombreux héros et est désormais la figure de proue du Fresh Start avec sa reprise des Avengers.

Son destin d’auteur est d’ailleurs intrinsèquement lié à Marvel ainsi qu’à Wolverine puisque c’est à l’occasion d’une histoire courte de huit pages sur ce personnage que cet américain originaire de l’Alabama se fait remarquer. Mais c’est un travail chez la Distinguée Concurrence qui va lui apporter la reconnaissance du milieu et le mettre sous le feu des projecteurs. De manière soit candide, soit parfaitement calculé, il envoie le projet d’une histoire racontant la guerre du Vietnam de deux points de vue : américain et vietnamien. Cette mini-série en six numéros qui n’est pas sans rappeler Full Metal Jacket est saluée par la critique et lui vaut d’être nommé pour un Eisner Award. Il ne le gagnera pas mais désormais, sa voie est tracée et il enchaîne avec une nouvelle série chez Vertigo, une série continue cette fois, qui va imprimer son style : Scalped.

Ce comics est cru, brutal et noir comme le sang séché, il ne fait pas de cadeau à la société américaine, forgée dans le sang des amérindiens qui se voient contraint de survivre dans la criminalité. Si De l’autre côté, sa mini-série pouvait passer comme une œuvre classique sur la guerre et la destruction des êtres qu’elle entraîne, elle est en fait bien plus que ça. Elle n’est pas reprise de Full Metal Jacket mais du livre d’un cousin de Jason Aaron : The short-timers qui a servi d’inspiration partielle au film de Stanley Kubrick. En analysant ce comics de façon rétrospective, on se rend compte qu’elle contient déjà tout ce qui fait son style et possède tous les éléments narratifs qui vont le guider jusqu’à aujourd’hui : étude de la violence, de ses origines à ses conséquences, personnages qui se font contaminer par un environnement toxique, etc. Le style de Jason Aaron et tout ce qu’il raconte est une manière d’interroger son pays et la violence intrinsèque qui y existe mais il parvient également à le faire dans ses récits pour Marvel.

Mais justement, comment l’auteur parvient à traiter de la violence dans des comics grand public comme c’est désormais le cœur de son œuvre chez Marvel ?

 

L’étude de la violence

Mais avant ça, gros retour en arrière sur Scalped !

C’est l’œuvre qui synthétise aujourd’hui le mieux ce que Jason Aaron construit au travers de son style narratif. C’est une histoire de vengeance, ce qui définit les premiers travaux de l’auteur. Mais c’est aussi un comics où il divise son intrigue entre plusieurs sujets et visite le passé.

En effet, au fur et à mesure de l’avancée du récit, des flash-backs se mettront en place, interrogeant et expliquant les positions dans lesquelles les différents protagonistes se trouvent. A travers cela, l’auteur cherche à chaque fois à comprendre les motivations des personnages et à démontrer en quoi leur utilisation de la violence n’est que le produit d’un système violent dès le départ. Dans le cas de « Scalped », les amérindiens se voient obligés de survivre et d’employer un mode de protestation puis de vie, violent. Ils combattent les blancs qui les ont exterminés par la violence car c’est tout ce qu’ils savent désormais faire. Jason Aaron fait cela en plongeant les personnages dans des situations désespérantes et désespérées, leur laissant percevoir peu d’espoir de s’en sortir indemne. Pour autant, Scalped est plongé dans un style auquel l’auteur donne une forme renouvelée : le polar noir. Son autre grosse série indépendant, Southern Bastards n’est pas aussi brutale avec ses personnages ou avec le monde, même si là encore, l’examen de la violence est très présent.

En effet, Jason Aaron étant né dans le Sud des Etats-Unis, une bonne part de ses histoires s’y déroulent ou y font référence de manière plus ou moins explicite. Cette zone du pays n’est pas forcément la plus réputée pour sa tranquillité ni pour sa paix. Dans Southern Bastards, c’est la reproduction de la violence et comment elle parvient à contaminer tout le monde qui est analysé. Le postulat de Aaron est finalement simple : lorsque l’on naît dans la violence, que l’on côtoie la violence quotidiennement, on ne peut que devenir violent sauf si on parvient à s’échapper de ce milieu. Mais le monde étant violent, cette violence finit toujours par vous rattraper. Cette analyse sociologique que ne renierait pas certains penseurs est clairement inscrite dans l’ADN du style Aaron.

Dans Scalped, Bad Horse a fui mais se retrouve contraint de retourner dans sa réserve natale et replonge dans un monde de violence où il va devenir un individu extrêmement violent. Dans Southern Bastards, c’est pareil. Earl a quitté sa ville natale mais revient à la mort de son père et se retrouve pris dans le cycle de la violence que son père avait tenté d’endiguer. C’est un constat presque nihiliste que dresse souvent l’auteur dans ses œuvres. Les individus ne semblant bon qu’à se battre, appliquant à la lettre la formule selon laquelle « l’homme est un loup pour l’homme ».

Mais à cela, il cherche aussi à expliquer les origines de cette violence, en montrant que les individus sont condamnés à reproduire les schémas mis en place par les générations précédentes. De Bad Horse à Earl, tous reproduisent des comportements violents même si leur envie n’est pas celle-ci, ils sont pris dans l’engrenage d’un destin auquel ils ne peuvent pas échapper. Quoi de plus logique que Caïn, le premier meurtrier de l’humanité, soit le personnage principal de sa dernière création : The Goddamned ?

En fait, chez Jason Aaron, les personnages sont tous des guerriers, des soldats. De manière directe dans « De l’autre côté » puisque ce sont deux soldats qui se font endoctrinés par une culture violente, de manière plus ou moins indirecte dans ses travaux chez Marvel. Thor est un guerrier, générateur de violence, Odin est le Dieu des dieux et apporte la violence par sa vision patriarcale d’Asgard, les Avengers sont des guerriers qui cherchent à trouver une alternative à la violence systémique.

Sans forcément tomber dans la gratuité et dans une violence visuelle exacerbée, l’auteur parvient à chaque fois à s’interroger sur les causes et les conséquences des comportements violents. Et si cela est évidemment percutant quand il l’ancre dans le réel. Cela est tout aussi déconcertant lorsqu’il le fait sous le biais des super-héros.

On se retrouve dans quelques jours pour la deuxième partie !

 

Partie 2 

Partie 3

Bientôt disponibles !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.