Posté il y a 5 mois par dans la catégorie Dossiers
 
 

[Calendrier de l’avent] Jour 7 : Drame

Calendrier de l’Avent – Jour 7 : Drame

 

Bienvenue dans cette rubrique du Calendrier de l’Avent Comics consacré à une sélection de titres dramatiques recommandés par nos différents chroniqueurs !

 

Le choix de Dram00n :

Outcast

Écrit par le papa de Walking Dead, Outcast est un titre d’un tout autre genre. Considéré comme un récit d’horreur par Robert Kirkman, et cela à juste titre, j’y retrouve un côté dramatique par son histoire. En effet, on suit un enfant qui semble être possédé et a toujours vécu en marge de la société. Exorcisé par sa mère, il gardera des séquelles importantes et sa vie d’adulte n’en sera que plus traumatisante. Intrigante, l’histoire va très vite poser beaucoup de questions et installer plusieurs personnages tous plus mystérieux les uns que les autres. Doté d’une ambiance pesante et très noire, on s’attache au personnage principal et cela, malgré la froideur qui ressort de ce dernier. Avec un scénario maîtrisé et une partie graphique sublime, un titre à mettre dans toutes les mains.

 

Le choix de Spider-Matt :

Rising Stars

Pederson, Illinois  1969. Dans cette petite ville des États-Unis d’Amérique, une boule de feu s’écrase en pleine nuit. Dix ans passent et les enfants conçus cette nuit là vont commencer à manifester diverses capacités hors du commun. Nommés « Spéciaux », le gouvernement cherche à les contrôler mais aussi à les mettre hors d’état de nuire si cela s’avérait nécessaire. Plus tard, adultes et difficilement insérés dans la société, ils sont peu à peu assassinés par l’un d’entre eux. Joe Michael Straczynski signe avec cette histoire l’une de ses œuvres majeures. Comment le gouvernement peut-il gérer des individus dotés pour certains de capacités effrayantes sans les enfermer ? Comment ces derniers peuvent-ils s’intégrer dans une société qui les considère comme des bêtes de foire dans le meilleur des cas et comme de dangereuses menaces dans le pire ? Plus le récit avance et plus nous entrons dans le quotidien de ces différents personnages qui sont juste nés différents. On s’attache à eux tandis que la situation dégénère et qu’ils se prennent de plein fouet la méfiance et le rejet des gens ordinaires. Chaque protagoniste a son histoire, son passé et a eu sa manière de gérer ce qui fait de lui quelqu’un de spécial. Un récit passionnant, émouvant et qui nous rappelle l’importance de la tolérance et du dialogue, le tout sur fond de politique. Un comics que je conseille aux adultes et jeunes adultes.

 

Le choix de Comics Grincheux :

I Kill Giants / Kennel Block Blues

Que ce soit l’un ou l’autre, vous allez chialer vos races ! Non, je rigole. Mais vous allez être émus par les histoires de Barbara et de Oliver où les auteurs parviennent à faire comprendre l’importance de l’imaginaire pour surmonter les difficultés de la vie. Les deux comics gravitent dans des univers différents, I Kill Giants est cru, Kennel Block Blues est coloré et pétillant malgré la dureté de son propos. Mais les deux récits partagent leur amour des laissés pour compte, les animaux ou les nerds. Bref, deux perles à savourer.

Retrouvez la review de Kennel Block Blues par ce même Comics Grincheux !

 

Le choix de PrimeSinister :

Royal City

Suite à l’hospitalisation de leur père les enfants Pike se retrouvent dans leur ville natale de Royal City où ils sont confrontés aux erreurs, aux fantômes,  de leur passé et particulièrement à celui de leur jeune frère, Tommy, mort noyé il y a de nombreuses années. Chacun d’entre eux vit avec le souvenir de celui-ci, à sa façon… Jeff Lemire aux commandes, tant au scénario qu’au dessin nous propose portrait social, une tranche de vie d’une famille qui a grandi dans les années 90, digne d’une oeuvre littéraire traditionnelle.. Dans une ambiance morose qui sent bon Nirvana et la chemise à carreau, Royal City nous transporte calmement dans un univers à la douce mélancolie. A qui on l’offre ? A tonton Adrien qui écoute le Masque et La Plume sur France Inter, parce que les comics cela peut-être intello aussi.

N’hésitez pas à lire la review du tome 1 par plusieurs membres de la Team.

 

Le choix de Ginlange :

Ghost World

Ghost World est le roman graphique le plus reconnu de son auteur non moins célèbre Daniel Clowes. Il conte l’errement entre l’adolescence et l’âge adulte de deux amies, Enid et Rebecca, spleen aussi mélancolique que cynique, se jouant de la pop culture comme des attentes des lecteurs. Peu d’œuvres auront aussi bien saisi le malaise adolescent, ce drame de tous les jours où l’avenir parait incertain et notre passé bien lointain. Aussi tragique que comique, c’est un portrait tout en nuance, une œuvre qui parlera à tous et aujourd’hui imprègne de nombreuses œuvres de la culture populaire. L’adaptation cinématographique assez libre de Terry Zwigoff datant de 2001 complète à merveille cette lecture, proto-Daria, véritablement indispensable.

 

Le choix de Kit Fisto :

Fondu au Noir

En 1948, une starlette est retrouvée morte mais Charlie, l’un de ses amis et scénariste du film qu’elle tournait, tente de découvrir ce qui s’est réellement passé la nuit du drame. Une plongée dans le Hollywood de la fin des années 40 où se mêlent « guéguerre » des studios de cinéma, machination,  violence et sexe. Un récit noir et dramatique par le maître des polars dans le monde des comics, Monsieur Ed Brubaker accompagné par l’un de ses fidèles illustrateurs, Sean Phillips. Une belle édition de Delcourt Comics pour une œuvre noire.

 

Le choix de Matt :

Black Hammer

Un groupe hétéroclite d’ancien super-héros a du apprendre à vivre ensemble depuis qu’il s’est retrouvé projeté dans une ferme, sans aucun moyen de quitter le canton perdu qu’ils occupent. Si certains font ce qu’ils peuvent pour s’accommoder de cette nouvelle situation, d’autres sont prisonniers de leur pouvoir et n’arrivent pas à accepter cette réalité. Jusqu’à ce qu’un évènement chamboule leur quotidien… Black Hammer est une oeuvre touchante qui s’intéresse aux humains avant les héros, c’est poignant et particulièrement réussi.

Vous pouvez retrouver la review du tome 1 par l’inégalable Captain Talbot.

 

god country urban comicsLe choix de Captain Talbot :

God Country

Un grand-père atteint d’Alzheimer, une famille déchirée par cette maladie et une épée de 4m ! God Country c’est une écriture talentueuse, des métaphores sur le combat contre la maladie et des combats entre homme et dieux pour l’épée. Une histoire émouvante sur un rythme endiablé.

Jetez vous dessus, plutôt pour tous les amateurs de comics indépendant.

Vous hésitez, lisez les review de Comics Grincheux et de Captain Talbot.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...