Posté il y a 5 mois par dans la catégorie Dossiers
 
 

[Calendrier de l’avent] Jour 13 : Steampunk / Cyberpunk

Calendrier de l’Avent – Jour 13 : Steampunk / Cyberpunk

 

Bienvenue dans cette rubrique du Calendrier de l’Avent Comics consacrée à une sélection de titres Steampunk ou Cyberpunk recommandés par nos différents chroniqueurs !

 

Le choix de Dram00n :

Transmetropolitan

On a ici une oeuvre très puissante par Warren Ellis qui est très loin de son travail habituel pour laisser place à son ras-le-bol de l’époque. Transmetropolitan c’est un postulat assez spécial: En gros, l’humanité à un potentiel fou en terme d’intelligence, de compétences… mais ne l’utilise que pour des conneries et des futilités. Alors à ce rythme là, qu’est-ce que ca va donner dans le futur ? Récit très puissant, plus violent dans ses propos que dans ses actes mais surtout une oeuvre sociétale qui ne laissera pas les fans du genre indifférent. Menée par un personnage devenu emblématique par sa violence, sa grossièreté mais surtout par son discours, Transmetropolitan n’est pas une oeuvre qui ne sera pas du goût de tout le monde.

 

Le choix de Spider-Matt :

Tokyo Ghost

Archipel de Los Angeles, 2089. L’Humanité est devenue accro aux technologies qui envahissent littéralement leur quotidien. Faire le buzz est devenu le but ultime. Le gouvernement, corrompu et mauvais, tient sous son joug une population abrutie par un flux incessant d’images. Pour faire appliquer leurs lois ils ont entre autres Led Dent et Debbie Decay, un couple au service de ce pouvoir. Tout va basculer quand ils sont envoyés en mission dans les Jardins Préservés de Tokyo. Un endroit à part, hors d’atteinte d’un monde échappant à tout contrôle. Tokyo Ghost est une critique virulente de notre société de médias. Dans ce récit, être connecté agit comme une drogue dure sur beaucoup de personnes, y compris Led. Et quand ils n’ont plus leur dose de virtuel, tous les symptômes d’un état de manque apparaissent. Les politiques abrutissent les masses pour s’assurer d’en faire des moutons et ne pas être relié à l’information est perçu comme une anomalie. Un récit prenant  narré par un Rick Remender en forme et sublimé par le trait de Sean Murphy. À lire pour adultes et ados.

 

Le choix de Comics Grincheux :

The Private Eye

Brian K. Vaughan est un grand auteur, Saga le prouve à chaque tome… Ah mince, j’ai déjà dit ça la dernière fois !

Pas grave parce que c’est vrai ! The Private Eye le démontre en nous plongeant dans un monde où Internet a été coupé et où un détective privé tente de résoudre une enquête sans savoir à qui se fier réellement.

Ici, pas de cyberpunk noir ou glauque mais au contraire, un univers très coloré grâce au travail de Munsta Vicente. Mais une plongée dans un futur technologique qui a rétrogradé et où l’auteur propose une réflexion complexe et profonde sur le Web. Sans jamais être donneur de leçons, il donne matière à réfléchir tout autant sur les dangers et les bonheurs d’Internet.

 

Le choix de PrimeSinister :

La Ligue des Gentlemen Extraordinaires

Fin du XIXe siècle à Londres. Pour lutter contre des menaces dépassant l’entendement, les services secrets anglais recrutent une équipe de célèbres personnages dotés de pouvoirs paranormaux afin de préserver l’empire Anglais. La célèbre équipe rassemblée par Alan Moore nous offre un excellent moment de lecture. Bourré d’humour et de références à la littérature de l’époque, La Ligue des Gentlemen Extraordinaires nous emmène dans une aventure où se mêlent SF et paranormal pour notre plus grand bonheur ! A qui on l’offre ? A tonton Joseph, qui adore les films de Bela Lugosi.

 

Le choix de Ginlange :

Rai

Le Ghost In The Shell de Valiant ? Rai a un peu de cela, mais ne peut s’y résumer. Valiant Comics peut se targuer aujourd’hui de nous offrir un univers dense mais limpide, cohérent mais accessible, prenant et original. Action, aventure, humour, policier, SF, tous les genres sont représentés chez cet éditeur qui est l’alternative parfaite aux Big Two pour tout lecteur voulant un vent d’air frais, une lecture plus adulte et simple d’accès. On peut commencer par un récit prenant place en l’an 402 ou alors 4001 si vous préférez. C’est en ces temps futurs que nous suivons les aventures de Rai au sein de Néo-Tokyo, une station orbitale géante survolant la Terre. Le premier meurtre commis en 1000 ans va lancer Rai, le protecteur mystérieux de cette ville du futur, dans une enquête remettant en question l’ordre établi par le leader du Japon, l’intelligence artificielle « Père ». Le futur de l’univers Valiant se révèle aussi fascinant que merveilleux au travers d’une enquête cyberpunk parfaitement illustrée par un Clayton Crain en grande forme. L’atmosphère mystérieuse de Néo Tokyo n’est pas pour rien dans le charme incroyable dont dispose le titre, vous allez adorer la découvrir, l’explorer dans une intrigue aussi mystérieuse que retorse. En deux intégrales du plus bel effet, l’une des plus grandes réussites de Bliss Comics, foncez !

 

 

Le choix de Captain Talbot :

My Little Pony

J’ai beau chercher un titre Steampunk, je ne suis pas sur en avoir lu ou alors aucun qui m’a marqué. Alors j’ai décidé d’enfreindre la règle et de vous parler d’un titre qui n’a rien a voir. Alors parlons de My Little Pony, des ouvrages de la collection Urban Kids, alors vous vous en doutez c’est plus pour votre nièce de 10ans que pour papy patte folle mais les aventures de Pinkie Pie, AppleJack et Rainbow Dash sont sympathiques et sans prise de tête. Les volumes contiennent des histoires courtes et indépendante accessible aux jeunes lecteurs. Bref oubliez le steampunk et vive les poneys.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...