Posté il y a 5 mois par dans la catégorie Dossiers
 
 

10 idées cadeau de comics sans super-héros et en 1 seul tome à offrir à votre tante pour Noël

D

ans un peu moins de deux mois c’est Noël ! Quelle bonne idée serait-ce de partager votre passion pour les comics avec votre famille. Le seul souci c’est que tata Farida adore la BD mais pas les comics parce qu’elle n’aime pas les super-héros et que beau-papa n’aime pas les ouvrages où il faut plusieurs tomes pour avoir toute l’histoire.

Permettez-moi d’être votre Messie et de vous offrir cette liste de 10 comics, garantis sans super-héros ajoutés et complets en 1 tome. Comme je suis sympa et que je sais que vous préférez garder vos sous pour suivre vos séries, ben en plus, ils coûtent moins de 30€ !

 

ThePrivateEyeThe Private Eye (Brian K. Vaughan / Marcos Martin / Muntsa Vincente) – Urban Comics

Dans un futur proche, suite à une fuite mondiale de données personnelles, Internet est désormais totalement banni. Le bien le plus précieux désormais, c’est le respect de sa vie privée. Chacun évolue donc sous une identité secrète et masqué. Dans ces conditions, difficile pour Patrick Immelmann, détective privé, de résoudre une étrange affaire de meurtre…

Pourquoi l’offrir ?

Brian K. Vaughan livre un récit d’une grande intelligence (comme souvent) et nous amène à nous interroger sur Internet. Tout en pointant ses dérives, il nous rappelle que cela reste un bel outil. Servi par un dessin très réussi (presque franco-belge) de Marcos Matin et surtout par une colorisation éclatante de Muntsa Vincente, The Private Eye fait partie de ses comics qui vous donne l’impression d’être plus intelligent à la fin de la lecture.

A qui je l’offre ?

A votre belle-mère qui trouve que les jeunes passent trop de temps sur leur téléphone  : soit elle sera confortée dans son idée et vous vous ferez bien voir, soit elle comprendra qu’Internet c’est formidable quand utilisé à bon escient.

 

Daytripper 5 ansDaytripper (Fàbio Moon / Gabriel Bà) – Urban Comics

Bràs de Oliva Domingos est le fils d’un célébrissime écrivain brésilien et auteur de chroniques nécrologiques dans le grand quotidien de Sao Paulo. Entre deux cigarettes et une nuit agitée il écrit lui aussi un roman. Découpé en 12 chapitres, dans Daytripper, Bràs voit sa vie se terminer à la fin de chacun d’entre eux, à différents âges de sa vie.

Pourquoi l’offrir ?

Si le pitch peut sembler plutôt sombre, Daytripper est un comics pourtant plein de vie et d’espoir. Certes nous assistons au décès du héros à plusieurs reprises, mais Fàbio Moon décrit les réactions et les incidences de cette mort sur l’entourage de Bràs avec tant de justesse qu’elles résonnent en nous d’une douce mélodie mélancolique. Le dessin fin, délicat et la colorisation en tons pastels de Gabriel Bà renforcent avec brio se sentiment. La force de cet ouvrage, c’est je pense, qu’en le lisant à différents moments de votre vie, vous ne l’apprécierez pas de la même façon. J’ai eu l’impression d’en avoir un peu plus compris sur le sens de la vie à la fin de ma lecture, c’est dire…

A qui je l’offre ?

A tout le monde, chacun en apprendra un peu plus sur lui même. Si cela a le même effet que sur moi, vos proches finiront avec une forte envie de vivre.

 

Kennel Bloc BluesKennel Block Blues (Ryan Ferrier / Daniel Bayliss / Adam Metcalfe) – Ankama

Oliver est un chien sympathique et un brin dingo. Incarcéré au chenil de Jackson State, il tente de survivre à la guerre entre les chiens et les chats qui ravage le lieu. Oliver pour affronter la mort qui hante quotidiennement ces sombres couloirs se réfugie dans un monde fait de couleurs et de chansons. Pendant ce temps, ses nouveaux amis élaborent un plan pour s’évader.

Pourquoi l’offrir ?

Un récit touchant et magnifique sur la condition des animaux de compagnie. Le scénario tout en émotion de Ryan Ferrier vous donnera envie d’adopter un chien à la fin de la lecture. Les passages très cartoon de Daniel Bayliss et la colorisation flashy d’Adam Metcalfe rendent parfaitement compte de l’état d’esprit d’Oliver, qui choisit de se construire un monde imaginaire pour survivre à l’ambiance de mort qui règne dans ces lieux.

A qui l’offrir ?

A votre cousine lycéenne Fatou qui rêve d’avoir un chihuahua et qui passe son temps à regarder des vidéos de chatons sur internet. Elle verra peut-être qu’il existe un envers du décor à tout cela.

 

Homeland Directive (Robert Venditti / Mike Huddleston) – Urban Comics

Le Dr. Laura Regan est une biologiste, experte en maladies infectieuses, internationalement reconnue. Lorsque son collègue est retrouvé mort, toutes les preuves l’accablent. Trois agents de trois différentes agences gouvernementales, persuadés de son innocence vont l’aider à s’échapper, convaincus qu’elle est un dommage collatéral d’un complot gouvernemental. Rapidement, des mercenaires impitoyables vont se lancer à leurs trousses.

Pourquoi l’offrir ?

Robert Venditti nous livre un récit certes classique (je suis sûr que vous avez déjà lu 10 fois ce pitch) mais efficace et plutôt inédit dans les comics. L’histoire est prenante, avec un déroulé qui n’est pas trop téléphoné, et se lit d’une traite. Le dessin de Mike Huddleston est assez remarquable, jouant sur différents styles. Tantôt évanescent pour les ambiances secrètes et confinées des cabinets de la Maison Blanche, tantôt fin et tranchant lors des scènes d’actions, tantôt minimaliste lors des discussions entre les personnages (pour mettre en avant le contenu du récit).

A qui l’offrir ?

A beau-papa qui est fan de Jack Bauer (24) et de Carrie Mathison (Homeland), pour lui proposer un récit un peu plus crédible que dans les séries TV.

 

ikg hicomicsI Kill Giants (Joe Kelly / Ken Niimura) – Hi Comics

Barbara Thorson est une collégienne un brin geek. Fan de jeux de rôle, c’est une jeune fille à la langue bien pendue qui ne se laisse pas faire par les harceleuses de son collège. La jeune fille semble s’être créé un monde imaginaire où elle lutte contre de méchants géants avec l’aide de son petit sac qui se transforme en marteau en leur présence. Y aurait-il un lien avec l’ambiance familiale chez elle qui semble très lourde ?

Pourquoi l’offrir ?

I Kill Giants c’est le comics qui m’a mis les larmes aux yeux cette année. Je ne vous dirai pas pourquoi sous peine de vous spoiler, mais l’histoire est très touchante et encore une fois très juste. Le personnage de Barbara est de surcroît très cool ! Cela fait plaisir de voir une jeune fille forte en héroïne. Joe Kelly a vraiment très bien réussi son personnage principal. Les dessins de Ken Niimura sont agréables sans sortir de l’ordinaire. Le parti pris de la colorisation en noir et blanc est plutôt de bon goût pour cette histoire toute en émotion et en espoir.

A qui l’offrir ?

A vos cousins et cousines à partir de 12 ans, pour leur montrer que l’on peut être une fille et avoir la classe et savoir gérer le harcèlement. Pour d’autres raisons aussi mais, encore une fois, no spoil. Ils pourront en plus le prêter à leurs parents qui diront “ah mais c’est intello les BD maintenant”.

 

Mon Ami Dahmer (Derf Backderf) – Ca et là

Derf Backderf a grandi à Richfield, Ohio. L’un de ses amis au collège et au lycée s’appelait Jeff Dahmer. Pour ceux qui ignorent ce nom, Jeffrey Dahmer deviendra plus tard l’un des plus violents et des plus déviants tueurs en série de l’histoire.

Pourquoi l’offrir ?

Mon ami Dahmer c’est une oeuvre biographique et cathartique pour l’auteur. Il nous plonge dans la jeunesse de l’un des pires tueurs américains, sans sensationnalisme, sans voyeurisme. Backederf se contente de dresser le portrait d’une jeune homme mal dans sa peau, alcoolique dès le lycée et terriblement seul. Sans trouver d’excuses à Dahmer, il nous permet de comprendre comment un personnage déjà fragile psychologiquement peut sombrer dans la folie meurtrière la plus sauvage. Sans désigner de coupables, Backderf se remet en question et se demande si les amis de Dahmer (dont il fait partie) et si l’équipe enseignante du lycée n’aurait pu aider ce jeune homme avant qu’il ne bascule… Je ne parle pas trop du dessin qui est… on va être sympa et dire qu’il est vraiment accessoire dans ce récit.

A qui l’offrir ?

A votre beau-frère qui est curieux de tout et qui aime bien les films d’horreur, parce que Mon ami Dahmer est glaçant.

 

Tétris : Jouer Le Jeu (Box Brown) – La pastèque

1984 (magnifique année), Aleksei Pajitnov essaie de créer un jeu pour développer les aptitudes cognitives du cerveau humain. Plus tard ce jeu allait devenir Tétris, avec le succès international qu’on lui connait. Mais derrière ce succès flamboyant existe une histoire secrète, entre guerre de concurrence, négociations culottées et même meurtre-suicide.

Pourquoi l’offrir ?

Tétris est plus qu’un jeu vidéo, c’est LE jeu vidéo, une révolution sociétale, l’un des emblèmes d’une génération. Mais surtout l’histoire de sa création est passionnante, pleine de rebondissements et d’anecdotes qui rendent le récit dynamique et prenant. Les dessins sans être désagréables, sont simples, pas le point fort du titre donc.

A qui l’offrir ?

A votre autre belle-soeur, celle qui porte toujours un t-shirt d’un groupe grunge des 90’s et qui est fan de Zelda.

 

NOU3 (Grant Morrisson – Frank Quitely) – Urban Comics

Dans un laboratoire secret de l’US Army, un chien, un chat et un lapin ont subi des opérations cybernétiques qui ont fait d’eux des armes mortelles douées de parole. Suite à l’abandon du projet, il est demandé que l’on “se débarrasse” de ces trois animaux. Avec l’aide la scientifique qui a chapeauté leur transformation, ils parviennent à s’échapper. S’en suit une traque impitoyable menée par l’armée américaine alors que nos trois amis n’aspirent qu’à la liberté.

Pourquoi l’offrir ?

Grant Morrisson c’est un peu Dieu le père dans le milieu des comics. Un auteur dont le talent est reconnu par tous (sauf Alan Moore, jaloux ?). Il nous offre ici un récit court mais plein d’humanité. Enfin l’humanité est plutôt du côté des animaux en l’occurrence… Critique acerbe de la condition animale, cet ouvrage nous amène à repenser notre statut vis à vis des espèces avec lesquelles nous partageons la planète. Le dessin de Frank Quitely, superstar du milieu lui aussi, est toujours aussi juste et personne d’autre que lui n’aurait pu donner à ces trois animaux un regard aussi profond et touchant.

A qui l’offrir ?

A tonton Roger qui dit que les vegans c’est tous des terroristes et  qu’ici bas, la loi de la nature, c’est la loi du plus fort et vu qu’on est l’espèce Alpha, c’est normal que l’on exploite les autres animaux. Essayons de faire naître une réflexion en lui avec cet ouvrage.

 

Punk Rock Jesus (Sean Murphy) – Urban Comics

Dans la surenchère médiatique, une émission de télé-réalité propose à ses téléspectateurs de partager la vie de Jésus Christ depuis sa naissance, ou plutôt de Chris, son clone, créé à partir des cellules d’ADN retrouvées sur le Saint-Suaire. Surveillé par Thomas, un garde du corps ancien membre de l’IRA en quête de rédemption, Chris décide de s’émanciper à l’adolescence et de devenir chanteur d’un groupe Punk.

Pourquoi l’offrir ?

Parce que le pitch bien qu’un peu what-the-fuck-esque est en réalité d’une grande pertinence. Sean Murphy (qui est auteur et illustrateur de ce bijou) critique une société médiatique qui ne semble pas connaître de limites et attaque avec impertinence l’un des ses derniers tabous : la religion. Les personnages de Chris et de Thomas sont très charismatiques, l’un plein de candeur qui va vite devenir désabusé et l’autre sombre et torturé qui va trouver enfin une voie vers le pardon. Le graphisme est magnifique, mention spéciale aux véhicules pour lesquels Murphy semble posséder un immense talent de création.

A qui l’offrir ?

On évitera peut-être d’en faire cadeau à mamie Hortense qui est un brin bigote et qui pourrait être choquée par le postulat de départ, mais sinon, vous pouvez l’offrir à tout le monde, particulièrement à votre soeur, la prof d’histoire qui ne comprend pas trop l’attrait des gens pour les comics.

 

Joe-the-barbarian-urban-comicsJoe : l’Aventure Intérieure (Grant Morrisson / Sean Murphy) – Urban Comics

Joe est un adolescent diabétique qui vit avec sa maman. Alors qu’ils s’apprêtent à déménager, le jeune homme se retrouve seul et fait une crise d’hypoglycémie. Victime d’hallucinations, il se retrouve pris dans une quête de laquelle dépend sa survie. Quête digne des meilleurs romans ou jeux vidéos d’heroïc-fantasy.

Pourquoi l’offrir ?

Parce que vous avez deux grosses stars des comics aux commandes : l’un des meilleurs auteurs et l’un des meilleurs dessinateurs.  Je rajouterai même que la traduction VF est assurée par Martin Wincler, médecin et écrivain lui-même, auteur de La maladie de Sachs. Joe : l’Aventure Intérieure c’est la mise en image des quêtes vertigineuses de l’enfance, des monstres sous le lit, des épopées majestueuses où nos G.I Joe faisaient front commun avec Batman et l’équipe de Ghostbusters contre Shredder. Un récit émouvant qui a un goût de madeleine de Proust.

A qui l’offrir ?

A votre cousin Hughes qui ne parle que de business plan, de conf’call et de reporting, pour lui rappeler qu’un jour il a été un enfant (n’hésitez pas à lui offrir la B.O de la pub Herta pour qu’il l’écoute en même temps qu’il lira).

 

Allez on se donne RDV à Noël prochain et profitez bien de vos proches, parce que le temps c’est pas de l’argent, c’est de l’amour.

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US