[Review] Vampirella

Prêt à vous faire sucer (le sang) ?

Vampirella est de retour et va devoir affronter une ville remplie de vampires et une secte de buveurs de sang.

Vampirella Master Series
Histoire : Mark Millar et John Smith
Illustrations : Mike Mayhew
Encrage : Mike Mayhew
Couleur : Gilbert Monsanto, Andy Troy, Brian Haberlin, etc.
Contient les épisodes #1 à 6 de Vampirella (2011-2012)
Publié par Graph Zeppelin

L’avis de Spider-Matt :

Pour commencer j’ai eu l’impression de m’être fait avoir en achetant ce comics sur Vampirella. Il nous est vendu comme étant entièrement scénarisé par Mark Millar. Seul son nom apparaît sur la couverture et au dos il est encore précisé que cet album contient 2 récits qu’il a scénarisés. C’est faux. Les trois premiers numéros sont bien de Millar mais les trois suivants sont de John Smith.

La première histoire commence avec une Vampirella remontant la piste d’attaques de vampires pour arriver dans une ville entièrement peuplée par ces créatures. Voulant les éliminer dans un premier temps, elle va se rendre compte que tout n’est pas si simple qu’il n’y paraît. Pas grand-chose à dire à part que je me suis ennuyé, que l’histoire s’oublie assez vite et que l’humour que Millar essaie d’insuffler à certains dialogues ou personnages ne suffit pas à relever le niveau. Au contraire par moment, ça ne fait qu’empirer les choses. Aucun suspens, on devine la suite des événement à des kilomètres à l’avance.

Le second récit voit Vampirella s’attaquer à un cartel de la drogue vampirique pour se retrouver à aider une mère et son fils échappés d’une mystérieuse maison rouge. Celle-ci abritant un culte en lien avec les créatures de la nuit. Ici, on se retrouve dans une sorte de remake de La Nuit des morts-vivants. Nous avons droit à quelques références au passé et aux origines de l’héroïne principale mais sans que ce soit approfondie. Les personnages gravitant autour de celle-ci ne sont que des figurants qui n’apporteront pas grand-chose au déroulement de l’intrigue.

Au final, tout est toujours prétexte à ce que Vampirella se batte contre des monstres en tout genre. Ça me va très bien, mais j’aurais préféré que ce soit complètement assumé au lieu de nous servir des scénarios bâclés avec des morales réchauffées à chaque fin.

Les dessins de Mike Myhew relèvent le niveau de ces deux récits par leurs qualités. Parfois un peu trop lisses à mon goût, ils savent cependant mettre en valeur notre buveuse de sang. Il faudra tout de même aimer le style photo réaliste qui a pour conséquence de rendre le tout assez figé.

Le comics Vampirella ayant toujours eu du mal à se frayer un chemin vers nos librairies, ce n’est pas cette version du personnage qui va changer la donne. J’ai trouvé le tout sans intérêt, heureusement que la partie graphique est là pour éviter le naufrage total.

La note de Spider-Matt : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Nos chroniques, Spider-Matt
Jetez un oeil ici...