[Review] Supergods

Ceci n’est pas un comics !

Grant Morrison nous propose de revisiter les grands événements des super-héros à travers les différents âges mettant en avant plusieurs auteurs, dessinateurs et personnages qui ont contribué à leur succès. Le tout avec de nombreux parallèles entre la vie de l’auteur, la réalité et ces mythes super-héroïques.

Supergods
Histoire : Grant Morrison
Illustration de couverture : Michael Allred
512 pages
Publié par Fantask

L’avis de Comics Grincheux :

Grant Morrison est un puits de science. Quiconque aura lu ses travaux s’en sera rendu compte, notamment les différents travaux qu’il a mené sur le personnage de Batman mais aussi ceux sur Superman ou les X-Men pour Marvel. Son parti-pris est toujours le même, reprendre l’histoire des héros qu’il écrit, leur rendre hommage à travers des histoires narrativement très travaillées et souvent déroutantes. L’auteur est un des meilleurs et j’admire son travail. Mais ça, j’aurai le temps de le dire un jour si je parviens à écrire un Question de Style sur lui.

L’essai qu’il nous propose est intéressant à double-titre. Tout d’abord, ce n’est pas une encyclopédie qui va retracer de manière linéaire les différents âges des super-héros et nous expliquer les trucs importants qui se sont passés. Ça l’est mais seulement en partie parce qu’au-delà de ça, l’auteur se permet surtout de dresser des ponts et des parallèles assez nombreux entre sa vie, son rapport au super-héros mais aussi sa méthodologie de travail… qui permet de comprendre l’ultra-sophistication de ses récits. Ensuite, c’est intéressant parce que l’auteur a un regard critique sur de nombreuses choses et ne connait pas seulement les histoires mais aussi les auteurs, artistes et responsables éditoriaux qui ont bossé sur les titres dont ils parlent. Cela permet de donner un côté intime à la création de certains super-héros et surtout, Grant Morrison ne se gène pas pour dire ce qu’il pense de tel ou tel individu. Ainsi, c’est surtout son expérience chez Marvel qui montrera le visage très cadré et contrôlé de l’éditeur. Alors, évidemment, le portrait dressé de DC Comics est assez élogieux puisque c’est là-bas qu’il a pu faire ce qu’il voulait et continue à le faire, d’ailleurs. Dommage mais pas forcément étonnant. L’essai est très subjectif, dans de nombreux jugements. Néanmoins, c’est intéressant puisque cela permet de confronter les points de vue et de bénéficier d’un regard différent sur certains récits.

Au fond, on en vient à comprendre le style de Grant Morrison et surtout, il en vient à nous expliquer très simplement ce qu’il aime chez ces personnages, donnant là encore un aspect très intime à l’essai puisque les parallèles avec sa vie personnelle sont toujours très intéressants, sauf lorsqu’il part en délire sur ses expériences chamaniques. Parce que si vous n’êtes pas dans le trip, ça peut légèrement ennuyer. Ça a néanmoins un intérêt pour comprendre la construction complètement vrillée de certaines de ses histoires, notamment celles écrites pendant les années 1990. Pourtant, c’est intéressant parce qu’on comprend l’impact qu’ont eut ces personnages de fiction sur sa vie et on sent tout l’amour fou qu’il leur porte en tant qu’artiste.

Ainsi, on en vient pleinement à découvrir l’amour de Grant Morrison pour les super-héros et sa vision déiste de ces personnages. Elément qu’on retrouve très souvent dans ses récits et qu’il affirme pleinement ici. Il met en avant la puissance métaphorique de ces héros et se permet de tacler et de démonter le cliché du récit à destination des enfants qui est souvent dressé à l’encontre du comics. Il n’a de cesse au cours des 500 pages que couvre l’essai de mettre cela en avant ainsi que la valeur positive et foncièrement optimiste de ces personnages pour rappeler ce qui fonde les super-héros : l’espoir.

C’est certainement pour cela que l’essai a pleinement fonctionné sur moi. En effet, je crois, comme Grant Morrison, a la valeur foncièrement positive de ces récits et à l’impact positif qu’ils peuvent avoir sur nos vies. Le rappeler me semble être, aujourd’hui encore plus, une nécessité. A l’heure où les avis péremptoires et l’absence de mesure permettent aux extrêmes de monter partout, la simplicité du message que véhicule les comics est d’une importance capitale.

Bref, pour fan de comics et pour toute personne à la recherche de plus qu’une simple compilation d’infos sur les âges, Supergods est un puits de science, au sens étymologique. Permettant de s’abreuver de connaissances mais aussi d’exercer un regard critique sur l’évolution d’une industrie vieille de presque 80 ans, désormais. L’essai pose un regard plein d’amour sur les super-héros et leur capacité à transmettre des valeurs.

La note de Comics Grincheux : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Nos chroniques
Jetez un oeil ici...