[Review] Starlight

Duke McQueen, le nouveau Flash Gordon?

StarlightIl y a quarante ans, Duke McQueen a sauvé une civilisation alien. De retour sur Terre, personne n’a voulu le croire.
Depuis, ses enfants ont grandi, sa femme est morte et la vie n’a plus grand intérêt à ses yeux, jusqu’au jour où un garçon venu du monde qu’il a sauvé lui fait une offre qu’il ne peut pas refuser : repartir pour une dernière aventure.

Starlight
Auteur : Mark Millar
Dessinateur : Goran Parlov
Couverture : John Cassaday
Contient les 6 épisodes US de Starlight d'Image Comics pour le Millarworld
Disponible chez Panini Comics

L’Avis du Kit :

Duke McQueen et les souvenirs de son passé héroïque

Certes, ce recueil comics n’est pas forcément une nouveauté, il est sorti depuis septembre 2016 mais je n’avais pas eu l’occasion de l’acquérir et de le lire…jusque là.  L’auteur écossais Mark Millar nous revient du côté de la S.F après Chrononauts ( Review ici ).
Après le voyage temporel, il signe un pur hommage aux séries TV et aux films classiques de science-fiction en Noir & Blanc d’antan à la Flash Gordon ou autre Buck Rogers.

On retrouve ici Duke McQueen, sexagénaire, veuf et ex-pilote d’essai, qui a  sauvé un monde extra-terrestre il y a près d’une quarantaine d’années. Personne n’a jamais vraiment prêté attention à son extra-ordinaire histoire, y compris ses deux fils. Seule son épouse aimante, disparue depuis, croyait à ses aventures passées. Mais les choses vont peut-être changées pour le vieux Duke, lorsqu’un jeune alien débarque avec son vaisseau pour lui demander de l’aide afin de sauver son monde, Tantale, une nouvelle fois. Mark Millar signe un autre comics de son Millarworld avec finalité de le voir également adapté au cinéma. On verrait d’ailleurs bien un Arnold Schwarzenegger ou un Liam Neeson campé le rôle du personnage principal. Il débute son histoire de façon nostalgique et émouvante avec un vieux héros, veuf, délaissé par sa famille et pris pour un fou avant de partir vers le divertissement, l’action et l’aventure sauce space-opera. L’écossais n’oublie pas ici de garder un côté violent et provocateur qu’on lui connaît dans ses récits. Son histoire se veut être un hommage aux vieux comics, aux vieux serials du passé de par le côté chevaleresque du héros ainsi que la technologie et les décors présentés. Que ce soit sur sa vie sur Terre ou durant ses aventures galactiques, on éprouve tout de suite de la sympathie et de l’intérêt pour le personnage principal qui garde tout son aplomb et sa dextérité au combat malgré le poids des années.

Pour les planches de son récit, l’écossais Mark Millar s’associe cette fois-ci au croate Goran Parlov (Punisher, Black Widow, A+X, 5 Ronin…). L’artiste signe ici un travail de qualité tout en  retranscrivant un hommage appuyé à travers celui-ci. De ses  origines européennes, il garde des traces de l’univers franco-belge. Cela se ressent pleinement et on peut d’ailleurs constater l’influence de feu Jean Giraud alias Moebius ici. D’autres clin d’œil sont aussi présents aussi comme la culture nippone avec la similarité de l’armure du grand bad guy et de sa garde avec le héros de notre enfance Goldorak (pour les enfants des années 80/90 bien sûr 😉 ) .

 

Pour résumé, Starlight est un comics de Science-Fiction/Space Opera divertissant, fun, décomplexé et surtout abordable pour tout lectorat. Le duo Millar/Parlov nous plonge dans un univers mêlant les inspirations de la BD franco-belge à l’animation japonaise. Une œuvre maîtrisée hommage à la science-fiction d’antan , mêlée à un dynamisme contemporain, qui se lit avec l’impression de se retrouver devant sa télévision ou devant un grand écran de cinéma. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que l’auteur des récits du MillarWorld a aussi vendu les droits de ce comic-book.

La Note du Kit :

Commentaires
Categories Kit Fisto, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...
Concours du moment
- inscription nécessaire pour jouer -