[Review] Ultimate Spider-Man : La Mort de Spider-Man

Peter Parker va arrêter de tisser partout !

Six des plus grands ennemis de Spider-Man, Norman Osborn (le Green Goblin/Bouffon Vert), le Dr Otto Octavius (Dr Octopuss), Kraven le Chasseur, Electro, L’Homme Sable et Le Vautour se sont échappés de la prison du S.H.I.E.L.D.
Unis par leur haine commune envers le Tisseur, le sinistre groupe est déterminé à faire payer à Peter Parker pour leurs précédentes défaites. Avec ces vilains qui menacent désormais ses proches, le Spider-Man de l’univers Ultimate devra faire le plus grand des sacrifices pour stopper ses ennemis une bonne fois pour toute.

Ultimate Spider-Man : la mort de Spider-Man
Auteur : Brian Michael Bendis
Dessinateurs : Mark Bagley, Sara Pichelli, David Lafuente et Chris Samnee
Contient les volets #153 à 160 du titre Ultimate Spider-Man
Disponible chez Hachette Collections

L’avis du Kit :

Les "Sinister Six" sauce Ultimate

Les « Sinister Six » sauce Ultimate

Depuis sa création au début des années 2000, je n’ai jamais été un assidu de l’univers Ultimate de Marvel Comics. Je suis plutôt un lecteur des comics Marvel de l’univers classique, celui de la Terre 616. Pourtant, j’ai tout de même accroché à cet univers parallèle lors de certains arcs narratifs mémorables comme les débuts de Spidey ou des Ultimates (les Avengers de cet univers). Cette saga trouve également grâce à mes yeux.
En 2010, Marvel annonce en grande pompe la Mort de Spider-Man. Le buzz est lancé et même les médias généralistes s’engouffrent dans la brèche sans forcément préciser qu’il s’agit d’ UNE version de Spider-Man. Les fans de comics  sont d’ailleurs spoilés au passage, une coutume qui fait les belles heures des réseaux sociaux aujourd’hui). La réédition de cette histoire en recueil dans la « collection de référence » de Hachette Collection est l’occasion pour ma part de replonger dans ce moment culte, fort en action et en émotion.

Peter Parker alias Spider-Man débute son entraînement aux côtés des Avengers, Iron Man et Captain America. Au même moment, ses pires ennemis s’évadent. Ils connaissent son identité secrète et les proches du héros comme Tante May et Gwen Stacy sont alors en danger. Notre tisseur devra aller jusqu’au bout de ses limites pour les protéger comme il n’avait pas pu le faire pour son pauvre oncle Ben.

d66d7781d6b6b0bca973688473e36f2c

L’ultime sacrifice du héros.

Brian Michael Bendis a débuté la saga Ultimate Spider-Man en 2000 avec l’idée de conquérir un nouveau lectorat, celui qui pouvait être rebuté par les 40 années de continuité de l’univers Marvel Comics. Le même Bendis la clôture 10 ans plus tard de façon poignante et héroïque. On pourra reprocher à l’auteur son manque de prise de risque récent mais, à l’époque, il a au moins osé faire ce que peu aurait fait…
L’auteur livre ici une très bonne histoire, le dernier baroud d’honneur du tisseur new-yorkais avec une palette d’émotions diverses. On est vraiment aux côtés du héros jusqu’au terme de sa lutte. La tristesse est encore au rendez-vous à la (re)lecture des pages finales même presque 7 ans plus tard. L’interaction entre les personnages est très intéressante, j’ai d’ailleurs bien apprécié celle entre Peter et J. Jonah Jameson, dans un registre auquel le patron du Daily Bugle ne nous avait pas habitué.

ultimate spider-man 160 i2

Les adieux poignants à Spider-Man

Aux dessins, on retrouve le fidèle Mark Bagley déjà présent au début de Ultimate Spider-Man aux côté de Bendis. Il signe la majorité des planches de ce « final » avec des dessins dynamiques et précis ce qui est d’autant plus appréciable dans ce florilège de scènes d’actions et de bravoure.
Dans les épisodes précédents ceux de Bagley, on reconnaîtra la touche graphique de David Lafuente, Sara Pichelli et de Chris Samnee qui apportent chacun leur pierre à l’édifice dans un prélude à l’arc principal. La minutie de Pichelli et le côté Golden Age de Samnee sont un apport non négligeable pour introduire ce tournant dans l’Histoire de Spider-Man.

En résumé, une histoire marquante et poignante de l’univers Ultimate. Bendis fait ses adieux avec brio et passion au Peter Parker de la Terre-1610 après 10 ans de collaboration. Pourtant, il ne dit pas adieu à Spider-Man pour autant mais ceci est une autre histoire, celle de Miles Morales…
Le tout est magnifiquement illustré par un panel d’artistes aussi doués que prolifiques.
Évidement, depuis la publication de ces épisodes, l’event Secret Wars est passé par là modifiant le multivers Marvel et reprochant les personnages Ultimates des personnages classiques. Cette Mort de Spider-Man reste une histoire mémorable à lire et à relire.

La note du Kit :

Commentaires
Categories Kit Fisto, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...
Concours du moment
- inscription nécessaire pour jouer -