[Review] Space Mullet ! Un pari à la fois

Dans l’espace, tout le monde vous entend braire

Space Mullet !Jonah est dans les marines mais cette vie lui pèse chaque jour un peu plus. Quelques années plus tard, il a quitté l’armée et exerce le métier de routier de l’espace et enchaîne les petits boulot avec son coéquipier Alphius, un extra-terrestre de l’espèce des Zozobians. Alors qu’ils se chamaillent pour une histoire de papier toilettes, ils reçoivent un appel d’un vaisseau de la Terre Unifié. Une vieille connaissance de Jonah se rappelle à lui et lui propose une mission qu’il a bien du mal à refuser.

 

 

 

Space Mullet ! Un pari à la fois
Auteur : Daniel Warren Johnson
Dessinateur : Daniel Warren Johnson
Contient les épisodes 1 à 4 de Space Mullet !
Publié par Akileos

L’avis de Sonia Smith :

Si l’on est féru de science-fiction, on ne peut être qu’interpellé par Space Mullet, un titre du catalogue de l’éditeur Akileos. La couverture de l’ouvrage promet des rencontres bigarrées avec des personnages aux allures les plus étranges. Beaucoup a déjà été écrit dans ce domaine et Daniel Warren Johnson ne cache pas son envie de rendre hommage à la littérature et aux films qui mettent en avant les voyages spatiaux et les conflits intergalactiques.

Dès le début du récit, Jonah, le personnage principal, tourne le dos à son passé de marine dont on devine très vite qu’il lui pèse bien plus qu’il ne veut l’avouer. Jonah forme alors un duo improbable avec Alphius, duo qui n’est pas sans rappeler celui de Han Solo et Chewbacca, si ce n’est qu’Alphius est plus compréhensible qu’un Wookie. Ils se chamaillent comme un vieux couple et sont hyper attachants l’un comme l’autre. Evidemment, on sait bien qu’un élément va venir perturber leur vie routinière et cela ne rate pas !

Leur épopée les entraîne au cœur de la planète Dragon ou dans les bas-fonds de New Mars City. Space Mullet ravira donc les amateurs d’action intersidérale : bastons, embrouilles, pistolets, tous les ingrédients de bonnes vieilles bagarres sont au rendez-vous mais pas seulement. Grâce à ce formidable prétexte qu’est le périlleux voyage des deux amis, Daniel Warren Johnson saisit l’occasion de pointer toutes les failles d’une société qui se veut futuriste mais qui se rapproche furieusement de la nôtre. Guerres inutiles et sanguinaires, corruption généralisée associée à la violence, système de santé réservé à une élite, société divisée en castes où les pauvres végètent dans des recoins sordides, Space Mullet passe en revue tous les maux d’une société malade et injuste. Daniel Warren Johnson écrit de manière juste sans être aucunement caricatural, alternant l’humour et la gravité et mettant en scène des personnages vraiment attachants et qui semblent dénoter par leur noblesse dans cet univers poisseux et sordide.

Le style de Johnson évolue tout au long du récit et on constate l’évolution de son trait qui s’affine au fil des pages. L’auteur s’explique sur ses erreurs et s’en excuse longuement dans sa préface. On peut effectivement relever une imprécision dans le trait et des perspectives parfois un peu bancales mais on constate avec bonheur une rapide progression qui met en valeur les personnages et leur environnement.

Ses inspirations semblent multiples et il regarde à la fois du côté de l’Asie et de la bande dessinée européenne. Il utilise une bichromie qui permet de mettre en valeur son encrage et tout son travail sur les détails qui est parfois impressionnant quand on regarde ses villes ou ses vaisseaux. Chacun pourra évidemment retrouver dans Space Mullet ses propres références sans que l’on ait affaire à une pale copie de choses déjà vues. Les scènes de combat sont assez bluffantes tout comme la course de roller mortelle qui m’a rappelé à la fois le film Rollerball et les épisodes de Cobra où ce dernier joue au Rugball. C’est un vrai plaisir de voir Johnson progresser et nous offrir des pages de plus en plus travaillées qui soutiennent son propos avec brio.

Avec Space Mullet, les amateurs de voyages interstellaires et de space opera devraient être comblés. Le lecteur est propulsé dans un univers violent et sans pitié au milieu duquel évolue un duo improbable mais soudé par une amitié indéfectible. Daniel Warren Johnson a su marier ici des scènes d’action très réussies, une critique sociale sans concession et une belle histoire d’amitié inter espèces.

La note de Sonia Smith : 

 

Commentaires
Categories Nos chroniques, Sonia Smith
Jetez un oeil ici...