[Review] Récit Complet Justice League H.S #1 : DC Univers Rebirth

DC Classique + New 52 = Rebirth

Un nouveau départ…
Avec Geoff Johns au scénario ainsi que Ethan Van Sciver, Gary Frank, Ivan Reis et Phil Jimenez au dessin, l’Univers DC est complètement remodelé pour associer ses personnages phares à ses héros historiques. L’éditeur américain offre une porte d’entrée accessible au plus grand nombre, du spécialiste au néophyte, et invite le lecteur à parcourir un Univers plus que jamais porté sur l’aventure et le merveilleux, où se tapit, dans l’ombre, une menace inattendue et redoutable !

Récit Complet Justice League H.S#1 : DC Univers Rebirth
Auteur : Geoff Johns
Dessinateurs : Gary Frank, Ivan Reis, Ethan Van Sciver, Phil Jimenez
Contient l'épisode US DC UNIVERS REBIRTH #1 
Disponible en kiosque et dans le recueil librairie omnibus DC Univers Rebirth chez Urban Comics.

L’avis du Kit :

Batman suit les indices à la « lettre »

Le New 52 est mort! Vive le DC Rebirth!

Telle aurait pu être l’annonce en 2016 du relaunch de la Distinguée Concurrence. La transition entre les deux avait plus ou moins débutée avec Convergence qui narrait le retour de certaines « versions pré-New52 » de nos super-héros dans le monde des New 52. Après 5 années d’existence, l’univers des New 52 ( DC Renaissance en VF) devenait moribond, la faute à une qualité scénaristique  en deçà des débuts en 2011 et à une grosse lassitude se son lectorat.  DC comics se devait de revenir au niveau qualitatif qu’on lui connaît. Et quoi de mieux qu’un bon vieux « relaunch » de derrière les fagots ! 😉

C’est donc à Geoff Johns, l’un des piliers de la Distinguée Concurrence des 10 dernières années de s’atteler à la tâche de la transition entre le New 52 et DC Rebirth. Ce one-shot sert clairement à établir les ponts, la temporalité, les univers distincts représentés par la période classique (1985-2011) et le New 52 (2011_2016) de DC. Le lien entre tout ça : Wally West, alias le  Kid Flash (puis Flash) de l’univers classique, perdu dans le temps et l’espace, qui tente de raccrocher le bus en revenant vers ses proches et ses alliés et leur faire remémorer les événements qui se sont déroulés avant l’event Flashpoint. Beaucoup de questions aux vues de l’introduction, de la conclusion et des événements élaborés ici par Johns. Les indices disséminés ici et là dans le comics ne laissent guère de doute sur l’identité de la personne qui  a manipulé le temps et l’espace jusqu’ici…Mais tant qu’on ne l’a pas vu, ne crions pas au loup tout de suite. Attendons de voir comment Johns veut clairement établir la chose. Celle-ci a d’ailleurs déjà été pas mal été contesté depuis la sortie V.O l’an dernier, mais après tout, la main derrière cette « manipulation » appartient aussi à DC Comics, donc pourquoi pas ? Il faut , je pense, avoir confiance envers le scénariste et producteur émérite de la Distinguée Concurrence qui a toujours su renouveler les personnages et les histoires au sein de la firme d’édition comics. Et si ce twist peut au final permettre d’attirer un nouveau lectorat de comics avec ce Rebirth , c’est du bonus. Et surtout si ces nouveaux lecteurs sont ensuite attirés vers d’autres histoires plus anciennes, classiques et culte de la firme, c’est encore mieux !  🙂

 

 

Le plus grand détective du monde débute une nouvelle enquête

Au  niveau graphique, Geoff Johns sait toujours s’entourer d’artistes de confiance avec qui il a fait ses preuves par le passé. Ici les planches de bonnes factures du trop rare Gary Frank (Superman, Batman Earth One, Shazam, Hulk…), de Ethan Van Sciver ( Green Lantern, The Dark Knight…), de l’excellent Ivan Reis ( Justice League, Aquaman, The Vision… ) et de Phil Jimenez (X-Men, Spider-Man, Planetary, Authority…) se suivent avec brio. Un casting « poids lourd » artistique avec des dessinateurs historiques de la firme pour l’introduction vers le nouvel univers de DC Comics. Du très beau travail qui permet de donner du cachet à ce one-shot.

 

 

 

 

 

 

En résumé, une introduction au nouveau relaunch de DC Comics plutôt intrigante et réussie avec plein de questions à la pelle pour la suite de l’aventure. Geoff Johns joue au poker avec nous quand aux multiples questions que pose ce one-shot. L’auteur fonce droit va vers la réussite totale ou la déconvenue ! Seul l’avenir nous dira si le point gagnant est confirmé. En attendant cet « apéritif » introductif est à ne pas rater car déjà bien difficile à trouver en kiosque et librairie. Affaire à suivre pour la suite !

La note du Kit :

Commentaires
Categories Kit Fisto, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...