[Review] Providence Tome 1

Fans de Lovecraft ? Fuyez pauvres fous !

panini comics Providence tome1Nous suivons Robert Black, journaliste à New York en 1919, qui cherche l’inspiration pour son prochain roman. S’intéressant à un livre étrange entouré de mystères, il sera amené à voyager à travers l’Amérique, y découvrant des choses sortant du commun.

Providence Tome 1 - La peur qui rôde
Histoire : Alan Moore
Illustrations : Jacen Burrows
Contient les épisodes #1 à 4 de Providence
Publié par Panini Comics

L’avis d’Alex :

Bon, par où commencer ? Adorant l’univers Lovecraftien, j’attendais beaucoup de cet ouvrage et je dois dire que j’ai été (extrêmement) déçu par ce premier tome de Providence !

Le livre ne tient pas vraiment ses promesses : Alan Moore fait référence à certaines nouvelles de H.P. Lovecraft, mais ne va pas en profondeur. Autrement dit, si vous n’avez pas lu les récits vous ne savez pas à quoi il fait référence et vous vous retrouvez avec des scènes complètement décousues !
D’ailleurs, l’équipe artistique aurait fait des nouvelles illustrées cela aurait été la même chose : Robert Black passe d’un endroit à l’autre alors que les lieux n’ont pas de rapport entre eux. On se retrouve avec une sorte de listing visuelle sans grand intérêt.

Moore a sans doute voulu faire comme dans les oeuvres originales : une liste de nouvelles sur des faits étranges. Mais le fait que le personnage principal soit le même rend le récit plus confus qu’autre chose.
Un autre point qui m’a gêné est la mise en avant de la sexualité de Black : ça n’apporte rien à l’histoire et à cause de certaines petites erreurs de noms de personnages lors de la traduction (les noms s’inversent en pleine conversation par exemple) et bien on est un peu perdu. De plus, je trouve ces passages maladroits car j’avais l’impression qu’ils faisaient passer une certaine communauté pour des obsédés sexuels et le résultat était l’inverse de l’intention de départ.
L’introduction de passages du journal intime du perso principal est un concept intéressant. Ils sont plus littéraires que le reste du comics. (le concept est sympa, le contenu, c’est autre chose…)
Une dernière chose : si vous n’avez pas quelques connaissances religieuses vous passerez à côté de certains dialogues (heureusement Google et Wikipédia sont des amis).

Le dessin de Jacen Burrows ne m’a lui aussi pas du tout plu : on est loin de l’ambiance oppressante et lourde que l’on retrouve dans les récits de Lovecraft. La seule chose qui m’ai mis mal à l’aise sont les visages figés des personnages où les expressions ne font pas toujours réalistes ou crédibles.
Les couleurs choisies sont intéressantes, mais le fait que l’encrage et les contrastes ne soient pas, selon moi, assez prononcés : on se retrouve avec un résultat très lisse… je ne vous raconte pas quand il y a des gros plans, c’est franchement moche !

La perspective est souvent bizarre sur les planches, les éléments de décors ne semblent pas ancrés dans la réalité. Comme si chaque parties de l’image avaient été faites de manière individuelle puis collées toutes ensemble. Les détails du résultat final ne font ainsi pas unis.

Le cheval semble flotter et n’est pas “ancré dans sol”, rendant la perspective de l’image assez étrange.

Donc voilà Providence est un ouvrage qui ne m’a pas plu du tout, mais je lirai quand même le deuxième tome pour la bonne raison qu’il est disponible à ma bibliothèque… Si vous voulez lire du Lovecraft passez votre chemin et achetez un vrai bouquin ou lisez Hellboy !

Vous pouvez regarder l’avis de Chris dans le Conseils Lecture Comics #11 qui diffère légèrement du mien.

Je me demande bien pourquoi cet ouvrage a autant fait parler de lui. Est-ce à cause du nom d’Alan Moore ou celui de H.P. Lovecraft ? Dans tous les cas j’ai trouvé que c’était une piètre adaptation du maître, on est loin de l’horreur engendrée par les nouvelles de ce dernier. Le scénario n’est malheureusement pas soutenu par un dessin solide qui manque fortement de contrastes, ce qui aurait pu renverser la vapeur avec l’horreur manquante initialement.

La note d’Alex : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Très cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Commentaires
Categories Alex, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...