[Review] Ninjak tome 1

Quand Batman est croisé avec James Bond.

20318On découvre Colin King, jeune recrue du MI-6, pendant sa première mission alors qu’il apprend l’art de l’espionnage et noue une dangereuse relation avec sa superviseuse…

Aujourd’hui, Colin King est Ninjak, le plus grand espion de l’univers Valiant, un maître assassin expert en arts martiaux et en gadgets high-tech. Il est en mission pour traquer les Sept Ombres, une cabale secrète de maîtres shinobi qui semble avoir de mystérieux liens avec son passé et son apprentissage…

Auteur : Matt Kindt
Dessinateurs : Clay Mann, Butch Guice et Juan José Ryp
Couverture : Raùl Allen
Contient Ninjak #1 à 5
Publié chez Bliss Comics

L’avis du Kit :

Après The Valiant, Bloodshot Reborn, Quantum & Woody et Divinity, le jeune éditeur français Bliss Comics lance un nouveau titre Valiant dans sa collection depuis sa reprise de la licence pour la diffusion en France.
Matt Kindt (Divinity, The Valiant, Rai) s’associe à Clay Mann (X-Men : Legacy, Poison Ivy) et au légendaire Butch Guice (Bloodshot Reborn, Captain America…) pour une mission mêlant mysticisme et technologies de pointe dans ce premier volume des aventures en solo de Ninjak. A l’occasion de la sortie du tome 2, petit retour sur le 1er tome : L’Armurerie.

20321

Moment détente avant l’action

Ici Colin King, jeune héritier britannique est l’agent « Ninja-K« . Pour une de ses missions, il est chargé par le MI-6 (service d’espionnage britannique) d’infiltrer une organisation secrète mystérieuse qui fournit le monde sous-terrain du crime avec son « Armurerie« . Grâce à son aptitude aux arts-martiaux et sa technologie de pointe, le Ninja/espion remonte la piste jusqu’à Kannon, un colosse au physique digne d’un « Sumotori« . Durant sa mission, le héros apprendra que ce Kannon n’est pas seul et qu’il figure sur une liste d’individus composant une cabale mafieuse internationale. Il devra en apprendre plus en jouant les taupes infiltrées, quitte à prendre peut-être trop de risque et d’être découvert par un visage familier d’une précédente mission.

20320

Ninjak en action

Encore une découverte pour moi avec ce titre, bien que présent dans le one-shot « The Valiant » (review ici), première parution VF de Bliss Comics pour le Valiant universe, ce Ninjak occupe ici un rôle à la James Bond saupoudré d’une touche japonisante avec le côté Ninja, Sumo, Samouraï. Une histoire d’espionnage de Matt Kindt divertissante, qui n’est pas forcément la plus originale qui soit malgré tout. Elle emprunte en effet des codes déjà bien connus dans la culture populaire de l’espionnage et de l’infiltration. Les scènes d’action se suivent entrecoupées de flashback sur la jeunesse de Colin King auprès du majordome de sa famille, qui au passage n’a rien à voir avec la gentillesse des Alfred Pennyworth de DC Comics ou d’un Jarvis de Marvel que nous connaissons bien, ainsi que sur le début de sa formation auprès du MI6.

20319

Colin King alias Ninjak

Côté dessin, le choix de Clay Mann est judicieux, il apporte une finesse et une justesse qui ne sont pas sans me rappeler ceux de Tony Daniel (Superman/Wonder Woman, Deathstroke…). L’artiste est appuyé par Butch Guice et Juan José Ryp qui dans un style bien que différent apporte justement un parallèle lié aux flash-back du héros sur sa jeunesse et son entrée dans l’agence d’espionnage british. En bonus vous pourrez trouver des couvertures et croquis du Ninjak et de son matériel.

Un bilan assez positif de ce titre, partant aussi dans un autre registre comme les précédents recueils sortis cette année chez Bliss Comics (pour la VF), et permettant à Valiant d’avoir un large panel de choix pour différents lecteurs en quête de connaissance d’un nouvel univers comics. Ce 1er tome est également parfait pour débuter car il nous plonge dans une mission du héros déjà installé dans cet univers tout en revenant sur son passé. Malgré tout, le côté espionnage et infiltration de l’histoire sont assez convenus. Mais les dessins des divers artistes sont très agréables et font que l’intégralité du recueil se lit très bien et très vite.

La Note du Kit :

 

Commentaires
Categories Kit Fisto, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...