[Review] Midnight Tales

Pas de citrouilles à minuit !

midnight tales ankama label 619Nouveau projet du Label 619, mettant en oeuvre un groupe de Jeune Adolescente : les midnight girls. Leur objectifs ? nous protéger . Comment ? En usant de magie. Prenez place dans ce projet mêlant ésotérisme et épouvante.

Midnight Tales
Histoire : Mathieu Bablet, Elsa Bordier, Gax
Illustrations : Mathieu Bablet, Guillaume Singelin, Sourya, Gax
Publié par Ankama Label 619




L’avis de Ben :

A l’heure où la série TV Charmed est rebootée, “Midnight Tales” le nouveau projet du Label 619 piloté par Mathieu Bablet débarque. Coïncidence ? Je ne crois pas !

Quoi qu’il en soit, je vous encourage à plonger dans ce projet qui là ou Doggybags nous avait transporté dans l’horreur, la violence et le pulp, nous transportera aux frontières du mystique, de l’ésotérisme et de l’épouvante. Les conditions idéales pour le lire sont bien évidement un soir de pleine lune avec pour seule lumière une bougie à la flamme vacillante.

Midnight Tales, nous plonge au sein de l’Ordre de minuit et des Midnight Girls, organisation secrète qui nous protège pendant notre sommeil de toutes sortes de créatures extraordinaires et dangereuses. Autant vous le dire, on plonge dans les mythes et légendes qui ont et qui façonnent encore nos civilisations. Et comme d’accoutumé avec les ouvrages du Label 619, les histoires courtes sont ponctuées de compléments d’informations qui mettent en lumière certains points des récits et nous donne envie d’approfondir les sujets abordés.

Chaque histoire intervient dans un pays différents (Etats-unis, France, Inde, Angleterre) mettant en avant des légendes différentes et une culture différente, l’approche des phénomènes paranormaux est donc réalisée de manière différente avec le filtre local, permettant au lecteur de voyager au travers des pages, entre magie et dépaysement total.

Ce premier tome marche, les histoires sont cohérentes de manière isolé et en même temps on sent que l’on va dans le même sens et qu’on assiste à une trame qui nous guide vers une destination encore inconnue. La lecture doit être attentive pour essayer de récolter le moindre petit indice qui pourra nous mettre sur la piste du dénouement encore lointain. Mathieu Bablet, comme a son accoutumé se sert des ses histoires pour aborder des sujets sociétaux et politiques, le plus évident dans ce tome est l’émancipation de la femme.

Graphiquement, les univers sont bien distincts en fonction de l’artiste qui manie le pinceau, et chacun y trouvera son compte. Personnellement; j’ai mon chouchou avec Guillaume Singelin mais j’ai vraiment apprécié chacun des univers présent. Cette diversité est la marque de fabrique de Doggybags et c’est vraiment plaisant de la retrouver dans un nouveau projet.

Evidemment, l’ésotérisme tient le premier rôle, si vous êtes hermetique au genre il est fort probable que vous n’accrochiez pas à Midnight tales. Mais mis à part un rejet en bloc du genre, laissez une chance à ce nouveau projet.

Ce premier volume est donc convaincant et on attend le deuxième avec impatience.

Point de départ d’un nouveau projet du Label 619, Midnight Tales est un pari réussi mettant en avant des sorcières qui nous veulent du bien, et ça marche !

La note de Ben : 

 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Trés cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Ben, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...