[Review] Lady Killer Tome 1

Blanche-Neige est sanglante !

Gélénat Comics Lady Killer tome 1

Lady Killer c’est l’histoire de Josie Schuller, femme menant une double vie : dans la première elle est mère au foyer, a une heureuse famille ; dans la seconde elle est tueuse à gage pour une organisation secrète.
Tout se passe bien dans sa (ses) vie(s)… jusqu’au jour sa tête est mise à prix !

Lady Killer Tome 1 - A couteaux tirés
Histoire : Joëlles Jones, Jamie S. Rich
Illustrations : Joëlles Jones
Contient les épisodes Lady Killer #1 à 5
Publié par Glénat Comics

L’avis d’Alex :

Le récit se passe dans les années 50, on y retrouve alors pas mal de clichés de l’époque (la femme qui ne travaille pas, la belle-mère qui vit avec le reste de la famille, la place de l’homme dans la maison, etc.) qui nous rappellent le chemin que la société a faite pour le droit des femmes (même si on est d’accord qu’il y a encore du travail).

Ceci est d’ailleurs introduit de façon pertinente dans la préface rédigée par Chelsea Cain : le but de ce récit était de sortir du cliché de la femme fatale qui tue de manière “propre”, sans effusion de sang. On a ici affaire à une femme forte qui ne fait d’ailleurs pas dans la dentelle lorsqu’elle est en mission. C’est sanglant, il y en a sur les murs, sur les robes de madame… et elle s’en fout !

Bon, on a quand même droit à du fan service avec une héroïne qui utilise son physique avantageux pour parvenir à ses fins. Cela ternit un peu, à mon sens, l’image renvoyée même si je pense que c’était plus une ode à la beauté féminine qu’autre chose.

Le contraste entre sa place de femme au foyer et sa fonction de tueuse à gage est assez amusant.
C’est surtout ce côté-là de l’histoire qui est réellement intéressant, car le scénario est très basique. C’est donc la mise en scène de l’auteure qui donne tout son intérêt à cette œuvre.

On peut se dire à première vue, en lisant la préface “non les femmes peuvent aussi être violentes dans les films, etc.” mais c’est quand on se retrouve face aux scènes de violence que l’on réalise notre erreur : c’est bizarre voire dérangeant quand ces actes sont perpétrés par une femme. Pourtant, les scènes ne sont pas plus graphiques que d’autres comics, sauf que là c’est une femme que dézingue tout le monde. Ce qui confirme complètement la préface de Cain !

D’ailleurs le design de Josie n’est sans doute pas dû au hasard ! En effet, cette dernière ressemble à Blanche-Neige ! L’une des plus célèbres héroïnes Disney, archétype de la princesse. Ce choix renforce davantage la portée féministe de l’œuvre : les apparences sont souvent trompeuses !

J’ai particulièrement aimé le dessin de Joëlle Jones, il est en effet très dynamique avec une touche de vintage qui colle parfaitement au récit. Je rappelle que ce dernier se passe dans les années 50 et ce comics contemporain rappelle le style graphique des BD de l’époque : beaucoup d’aplats “simples” de couleurs pastels. Mais le coup de crayon de l’artiste rend le tout très dynamique : l’épaisseur des traits, les poses des personnages.
Bref le dessin est, à mon sens, parfait puisqu’il colle au contenu et au contexte.

De fortes idées féministes disséminées subtilement à travers un scénario simple, voir basique. Rien n’est laissé au hasard pour véhiculer l’idée de base: les femmes aussi peuvent faire du grabuge ! Un plaisir pour les yeux qui vous laissera, je l’espère, songeur.

La note d’Alex : 

pour comprendre nos notes subjectives : 
5/5 J'adore 
4/5 Très cool 
3/5 Sympa 
2/5 Sans plus 
1/5 Bof 
0/5 Pas pour moi
Categories Alex, Nos chroniques
Jetez un oeil ici...